Talitha koumi 2

Pour la deuxième fois, nous nous rendons dans un internat de jeunes filles. Il est tard et les filles nous attendent déjà depuis un moment.

Comme à chaque fois l’accueil est chaleureux.

Contrairement au premier internat, celui-ci est situé en ville à seulement quelques centaines de mètres du lycée.
Ici il y a quarante pensionnaires. Elles vivent à six dans chaque chambre et n’ont ni eau ni électricité.
Ici aussi, ce sont elles qui s’occupent de faire leur repas.

La distribution s’effectue rapidement, nous sommes en petit comité. Elles se mettent alors à chanter toutes ensemble.

L’une d’elle prend la parole et nous explique combien cette petite lampe solaire va lui être utile dans son quotidien (notamment pour les devoirs)

Encore une fois, nous sommes persuadés que ces petites lumières que nous disséminons un peu partout au Burkina, vont briller longtemps et illuminer des vies.

Ce soir, l’ambiance générale qui se dégage de la cour de l’internat est tout simplement féérique.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.