Nous sommes les 99 Singes

Manifeste du 100e Singe

Partant du constat, aujourd’hui collectivement admis, que notre mode de vie/consommation/production actuel n’est pas durable, et ce à plusieurs niveaux :

Écologiquement. Les activités humaines, par leur voracité et leur conception d’une nature, objet de spéculation et d’exploitation outrancière, ont dégradé les écosystèmes et mis en péril le futur à long terme de la planète.

Humainement. Les personnes se sont éloignées de ce qui faisait l’essence de l’humanité : l’interconnexion, la tolérance, le lien à la nature… et on assiste à l’ascension des extrémismes, des populismes, des communautarismes, des violences (physiques ou psychologiques) faites aux individus.

Économiquement. Le modèle économique capitaliste et ultra-libéral prôné depuis de nombreuses années a favorisé l’avènement d’un pouvoir détenu par quelques-uns et mis à mal les notions de démocratie populaire. Les écarts de richesse se creusent, la déstructuration des services publics est galopante, les inégalités s’accroissent. La recherche absolue du profit met à mal la santé des individus, leur cohésion et leurs valeurs.

Notre quotidien est régi par la quête et/ou la poursuite d’une activité rémunérée, sésame qui ouvrirait les portes de la consommation et de la reconnaissance sociale.

La valeur travail n’est plus associée à la notion de plaisir, de sens et de passion mais rime avec obligation, souffrance, aliénation et temps perdu.

La grande prégnance de cette activité rémunérée dans les vies personnelles (en terme de temps, d’impact psychologique et de santé) met à mal les équilibres personnel et familiaux.

Le temps indirect qui lui est consacré (temps passé dans les embouteillages ou dans les transports pour se rendre à son lieu d’activité) induit des conséquences sur l’environnement et sur la santé morale des individus.

Il reste très peu de temps à consacrer aux activités qui donnent sens, à l’interconnexion avec les autres, aux relations familiales, amicales, à la spiritualité et à l’implication pour une société plus durable.

Nous sommes les 99 Singes qui décidons de se mettre en action et d’encourager, soutenir et promouvoir ce passage à l’action (sans aucune échelle de valeur quant à la taille de l’action entreprise), pour permettre au 100e Singe d’impulser un changement positif à l’échelle de la société (voir la Théorie du 100e Singe ou Théorie de la Masse Critique).
  • Nous proposons de redéfinir le sens du mot travail. De son étymologie d’origine “tripalium”(qui désigne un instrument d’immobilisation du bétail ou des esclaves romains) nous souhaitons lui donner le sens d’ ”opus”(ouvrage) qui correspond au travail comme résultat de la création ou d’une activité naturelle. Il est à l’origine des mots français : coopérer, coopération, coopérateur.
  • Nous souhaitons permettre à la notion de travail de retrouver sa dimension de plaisir, de réenchantement du quotidien, de sens et de responsabilité sociétale quant à sa mise en œuvre.
  • Nous souhaitons apporter les conditions nécessaires pour que le travail retrouve une place raisonnable permettant aux autres dimensions de l’être humain de se développer (travailler moins pour vivre mieux).
  • Nous souhaitons permettre la création de lien social, d’interconnexions humaines, dans des zones vidées de leurs petits commerces, de leurs places, de leurs lieux de sociabilité au profit des grandes zones commerciales et des mouvements pendulaires vers les grandes villes (syndrome de la périphérie urbaine).
  • Nous souhaitons propager positivement les actions positives menées au sein de la société et des territoires afin que chacun prenne conscience de son potentiel créatif, puisse avoir l’envie et les moyens de se mettre en action. Et ce notamment vers les enfants, à qui nous devons offrir des alternatives éducatives leur permettant de se reconnecter à la terre, à la production manuelle, aux activités professionnelles à impact positif sur la société, en maintenant le lien avec les avancées numériques actuelles.
  • Nous souhaitons décloisonner les deux grands espaces de vie communément admis de l’individu, la maison et le lieu de travail, en créant des activités transversales (Tiers-Lieux), à la fois sociabilisantes et favorables au travail, qui permettent les interactions, les collaborations, l’intelligence collective et la valorisation des compétences de chacun.
  • Nous souhaitons mettre à disposition des lieux (espaces et bâtis) dans des zones touchées par la spéculation immobilière, le bétonnage massif des espaces semi-ruraux et l’urbanisation massive.
  • Nous souhaitons préserver de l’agriculture intensive et de l’expansion urbaine, les terres agricoles en périphérie des grandes villes, pour permettre de rapprocher l’agriculture biologique des grands centres urbains, et sauvegarder les patrimoines bâtis anciens.
  • Nous souhaitons diffuser des pratiques écoresponsables et permacoles globales car nous pensons que l’intégration de ces pratiques à l’échelle de la société permettra un changement de paradigme salutaire. Que ce soit en matière de consommation : circuit-court, 0 déchet… ; de construction : matériaux sains, naturels, construction passive, faible empreinte carbone… ; d’agriculture : permaculture, agrobiologie… ; d’énergie : diminution des gaspillages, énergies renouvelables ; de relations humaines : entraide, collaborations, coopérations ou de production : valorisation des circuits cours, initiatives locales, rapport au travail…
  • Nous souhaitons permettre à tous de connaître, se former et intégrer dans ses pratiques professionnelles et personnelles les questions d’impact sociétal, innovation sociale, changement de société, nouveaux modes de gouvernances, épanouissement individuel, développement de ses potentiels.
  • Nous souhaitons mettre en place des conditions d’accueil et de travail favorisant l’émergence de l’intelligence collective, des collaborations, dans la bienveillance, le respect des individus et la tolérance. Le mode de gouvernance horizontal sera une priorité.
  • Nous nous engageons à intégrer dans nos pratiques professionnelles et dans la globalité du projet du 100e Singe, la congruence avec ces déclarations d’intention. Nous nous engageons à créer les outils et les collaborations nécessaires à la réalisation de ce manifeste.
Pour que l’utopie d’aujourd’hui soit la réalité de demain.

Pour suivre le projet du 100e Singe, rejoignez-nous sur Facebook @le100esinge et sur Twitter Le 100e Singe