Le passé ce prologue

Les pages déjà tournées

Ce billet pour tout mot de départ de chez Webedia…

Des pages, souvent, j’en ai tournées. Déjà, étudiant en droit, quand d’autres dressaient des doctrines, je traînais mon talent d’un plaidoyer fictif à l’autre. Mes années professionnelles n’ont pas dérogé à la règle : mises à plat d’études qualitatives et verbatim, circulaires du Journal Officiel ou scripts publicitaires, tout y est passé sans plus d’avenir que l’éphémère intérêt que des clients y accordaient ou que la déclinante attraction qu’ils exerçaient à chaque fois sur moi.

Et puis ce passé sans avenir s’est révélé prologue de mes actes. Les pages que j’ai tournées ont commencé à prendre un sens moins littéral, une voie plus navigable, une direction plus magistrale. Ces différentes pages ont en un sens cessé de tourbillonner sans même avoir à bouger ; ce sont mes yeux qui se sont habitués au modeste reflet que leur noir et blanc nourricier renvoyait, c’est l’expérience qu’elles faisaient naître en moi qui dessinaient finalement les grands chapitres successifs d’une vie où la culture et le goût personnels se mêlaient aux savoirs et aux réalisations professionnelles.

J’ai eu, dans ce passé fait prologue, quelques maîtres et de nombreux compagnons. Tous m’ont aidé, beaucoup m’ont appris, tant et si bien que sans le savoir j’allais, grâce à eux, tourner de nouvelles pages que consciemment et parfois littéralement j’écrirais. Chez Webedia, puisque c’est là que je suis, bien entouré, c’est de là que je pars, à bien des égards, ces compagnons m’ont conduit à écrire. Sans ordre particulier et sans qu’ils soient au complet cités, qu’ils soient ici remerciés : Fabrice, Caroline, Romain, Michèle, Mathieu, Dalila, Eric, Antoine, Cédric, Clémence, Camille, Sophie, Isabelle, Benoît, Clément, Arnaud, Raphaël, Caroline, Laureline, Vincent, Clément, Marie, Marine, Johanna, Ivan, Delphine, Margot, Adeline, Claire, Thibault, Thibaut, Antoine, Stéphane, Marie, Adrien, Nicolas, Yoann, Caroline, Maïlys, Elodie, Amandine, Arnaud, Olivier, Matthieu, Olivier, Léa, Alix, Sandrine, Vannary, Caroline, Alexis, Romain, Clotilde, Colomban, Adrien, Willy, Jimmy, Laurianne, Charline, David, Elie, Adrien, Virginie, Julie, Fanny, Guillaume, Célina, Chaima, Hubert, Diana, Franz, Amélie, Myriam, Roxane, Annaïck, Christophe, Yann, Isabelle, Yoann, Vincent, Caroline, Judith, Candela, Sophie, Cécile, Will, Sarah, Stéphanie …

Pour tout dire j’ai préféré rappeler ce que j’ai souvent jeté, parfois posé, sur papier ces mois derniers. C’est sur une ultime rhapsodie que je quitte Webedia, en les remerciant tous pour ces manifestes et ces concepts écrits, pour ces médias créés ou embellis, pour ces pages qu’ensemble nous avons tournées.

Anthony

Rhapsodie d’écrits Webedia

Au chapitre promo geek

Une ode à l’audace de ceux qui ont joué (publiée)

Vous avez gagné un Honor 5X, mais l’important n’est pas là, il n’est pas ailleurs non plus ; il est en vous, il est dans votre audace, dans celle que vous avez, dans celle que vous poursuivez, dans celle que nous partageons.
Cliquer sur une bannière, remplir un formulaire, lire ce message, ce n’est pas ça, ce n’est qu’un début.
Regarder de nouvelles choses, ce n’est pas ça. Regarder la même chose avec un oeil neuf derrière chaque battement de paupière, c’est ça.
Aller au-devant d’un risque, ce n’est pas ça. Relever trois défis de front, être sur plusieurs fronts, c’est ça, c’est bien ça.
Accepter de ne pas être à sa place, ce n’est pas ça, ce n’est pas assez. Vouloir ne pas être à sa place, c’est ça, c’est bien ça l’audace.
Créez, snappez, instagrammez, partagez, zappez, filmez, osez, vivez … Qu’importe que vous le fassiez avec Honor, tant que vous le ferez avec audace.
Bienvenue parmi les audacieux.
Honor For The Brave

Au chapitre le luxe est une fête

De l’art de réunir (publié)

Le groupe Barrière…
Ce n’est pas le monde. C’est tout un monde en tension.
C’est la découverte qui révèle, et c’est le mystère qui appelle.
C’est le luxe, et c’est également la fête.
C’est l’art de vivre, et c’est aussi le divertissement.
Et Barrière ce sont des nuances qui assemblent des différences.
Et Barrière, c’est le bonheur qui s’écoule.
Et Barrière, c’est le plaisir qui s’anime.
Et le bonheur c’est le plaisir des sages. Et le plaisir c’est le bonheur des fous.
Et ainsi les hôtels Barrière furent, sont et resteront…
Et ainsi les hôtels Barrière sont les lieux des épicuriens, et leurs moments de bonheur.
Et ainsi les hôtels Barrière sont des histoires passées, présentes et à venir.
Et ainsi les hôtels Barrière sont des expériences de découverte qui créent des souvenirs, qui se promènent dans le temps long.
Et ainsi est l’expression des hôtels Barrière.
Et si le casino n’était pas qu’un jeu ; et si le casino était une expérience mystérieuse…
Et si les casinos Barrière étaient des moments de plaisir et d’excitation.
Et si les casinos Barrière étaient des expériences mystérieuses qui créent des émotions, des expériences qui réveillent l’instant.
Et si les casinos Barrière étaient tout à la fois jeu, dépaysement, culture et convivialité.
Et si les casinos Barrière s’exprimaient toujours avec une part de mystère.

Au chapitre Gen Y&Z

A qui parlons nous au juste ? (publié)

PureBreak s’adresse à ces générations Y&Z qui a ses mots, son langage (Yolo, Lordt, Bae, boolin, etc.) ; qui a son sens du second degré, du sarcasme immanent, de l’ironie et du LOL (gifs, cinemagraphs, rip, etc.) ; qui se moque d’elle et du reste ; qui aime se cacher pour troller mais aussi se montrer pour partager, (se) construire, faire (hackers, makers), et tout ceci à la fois en bons slashers…
A une génération qui…
Quand elle écrit elle parle.
Quand elle aime elle mème.
Quand elle se regarde elle partage.
Quand elle se montre elle façonne.
Quand elle joue elle est sérieuse.
Quand elle regarde elle vit.
Quand elle peut elle veut.
Quand elle se repose elle travaille.
PureBreak
Whatever

Au même chapitre

Des flux rafraîchis (publiés)

Tic Tac, Tic Tac, Tic Tac … Bon, vous l’aurez compris il y a comme un petit bruit de pastilles rafraîchissantes derrière Tic Time 😁
Chez Tic Tac nous nous sommes dits que tout ce fun que vous recherchiez sur vos écrans méritait bien un vrai petit journal 😒
Alors, à côté de nos boîtes habituelles, nous en avons rempli une toute neuve avec des GIFs et des illusions, du cosplay et du kawaii, des jeux et de l’inspiration. Et voilà, c’est ça Tic Time, votre boîte de fresh & fun news. Enjoy 🍹!

Au chapitre final (le dernier écrit ici)

Plutarque débarque en ville (non publié)

Les villes se sont pensées fermées avant de se vivre ouvertes
D’abord citadelles faites de murailles et de défenses
Elles sont devenues villes reliant le monde et ouvertes sur lui
Avec le travail du temps
Avec les relations qu’elles ont tissées entre elles
Et à travers leurs marchands
Avec le brassage de cultures et d’horizons
Dont elles sont les ports de partage
Les villes et leurs urbains sont maintenant les parangons
De l’ouvert et du partagé, du commun et du réciproque, de la rue et de ses vues
//villes c’est le pont qui les relie, dans leurs similitudes et leurs différences
//villes c’est le symbole des rues à hauteur d’homme, de celles de l’expérience urbaine
//villes c’est le signe des espaces partagés, de ceux dont la curiosité n’en finit jamais de nous piquer