L’opposition interne à la rescousse de l’Accord d’Arusha

Iwacu
Iwacu
Nov 13, 2017 · 2 min read

Par Egide Nikiza

Agathon Rwasa, au premier plan, et Tatien Sibomana (derrière lui), membres de l’opposition interne.

«Cette démarche unilatérale de révision de la Constitution traduit la volonté de Pierre Nkurunziza de se consacrer président à vie à travers un système type monarchie constitutionnelle.» Lit-on dans une lettre du 8 novembre signée par Nestor Girukwishaka, au nom d’Agathon Rwasa, Evariste Ngayimpenda, et Juvénal Ngorwanubusa, président du parti MRC-Rurenzangemero.

Ces politiciens interpellent le médiateur dans la crise burundaise, Yoweri Museveni, le secrétaire général des Nations unies et le président de la commission de l’Union africaine sur le danger d’amendement de la Loi fondamentale.

C’est une «démarche dangereuse pour notre pays et la sous-région. Elle constitue un mauvais précédent pour le monde entier.» La révision constitutionnelle implique des entorses à l’Accord d’Arusha. Ils évoquent l’ «enterrement» de ce dernier. Avant de souligner que lesdites organisations se sont porté garantes de l’Accord d’Arusha.

Au cas où la révision passerait, ces opposants estiment que le parti au pouvoir aurait tous les leviers pour imposer sa volonté. « Qu’est-ce qui empêcherait demain le Cndd-Fdd de supprimer définitivement tout référence à un quelconque partage politico-ethnique du pouvoir et de commettre l’irréparable ?»

Pour ce, ils appellent nommément la sous-région, l’Union africaine, les Nations unies et toute la communauté internationale à faire feu de tout bois pour empêcher Bujumbura de réviser la Constitution. «En tant que produit d’un consensus politique et social, l’Accord d’Arusha et la Constitution qui en est issue ne peuvent pas être révisés à l’initiative d’une seule force politique, fût-elle au pouvoir, à plus forte raison lorsqu’elle s’y est installée dans la controverse.»

Pour rappel, le Conseil des ministres a adopté, le 24 octobre dernier, un projet de révision constitutionnelle. La limitation des mandats présidentiels à deux quinquennats passe au septennat renouvelable une fois.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store