Le bon moment pour lancer sa startup.

Le bon moment pour lancer sa startup est la question qui empêche beaucoup d’entrepreneur de passez à l’action.

Le bon moment pour lancer sa Startup.

On l’entend souvent, il n’y a pas de bon moment pour se lancer et le plus tôt est le mieux. En revanche lorsqu’on se lance il n’y a pas d’autre façon que de la faire à 100%.

C’est normal d’avoir peur quand on pense à lancer sa startup et on trouve toujours des excuses pour ne pas commencer. Pour certain, être entrepreneur est une évidence et il leur est impossible de vivre autrement qu’en mettant en action les solution qu’ils imagent aux problèmes qu’ils rencontrent. D’autres ont comme un pré-sentiment qu’ils seraient plus heureux en menant une vie d’entrepreneur. Ils entendent une voie de sirène les appeler de plus en plus fort à plonger vers les eaux sombres de l’incertitude… jusqu’à ce qu’ils croisent la bonne idée.

Dans tous les cas “se lancer” n’est franchement pas un acte rationnel mais plutôt la rationalisation d’une pulsion, d’un besoin d’action, d’une foie absolue dans la vision de son projet. Il vaut donc mieux être profondément optimiste et déterminé pour se jeter à l’eau🎼.

Alors comment savoir si on est prêt ?

En général, c’est lorsque la passion et l’envie deviennent impossible à contrôler !

Tous les entrepreneurs le disent : le voyage est long, plein d’imprévus et semé d’embuches. Entreprendre est vraiment éprouvant moralement, émotionnellement et financièrement. C’est très loin d’être le compte de fée que raconte Startup Magazine, ou la Startup Conf’. Et pour ne pas se retrouver dans une situation vraiment trop délicate, il vaut mieux avoir le bon sens d’anticiper ces 2–3 petites choses :

Disposer de ressources minimales pour se lancer.

C’est un peu votre métabolisme financier de base : i.e. de combien j’ai besoin chaque mois au minimum pour vivre. Plus on vieilli, plus il devient important, mais plus on a (en principe) réussi à accumuler des ressources pour le sécuriser. Il faut aussi disposer d’un « Parachute », c’est-à-dire de prévoir le pire scénario et mettre de côté une réserve pour financer une solution de repli (retour à l’emploi). Il faut savoir que dans la plus part des cas un entrepreneur n’a pas droit au chômage…

Faire le point sur ses forces et s’entourer.

Il existe un grand nombre de structures d’accompagnement à la création d’entreprise. Il faut les utiliser comme un miroir, s’entrainer devant elles à améliorer la clarté de son exposé et éprouver sa force de conviction. D’une manière générale, il ne faut pas hésiter à parler un maximum de son projet, de son ambition, mais aussi des difficultés rencontrées et de ses propres faiblesses. Déjà parce que les personnes autours se sentiront rassurées par l’expression d’une certaines lucidité et puis surtout parce que c’est le meilleur moyen de recevoir des conseils. Vous bénéficierez ainsi d’un réseau qui vous apportera certaines ressources et certaines compétences nécessaires pour lancer sa startup plus vite. Vous pourrez aussi tester plus rapidement votre MVP et trouver votre marché.

Faire un rétro planning et définir son chemin critique.

90% des Startups meurent. Lancer sa startup revient donc à partir en position d’échec et lutter pour le transformer en succès. Il est donc indispensable dès le départ de se fixer une limite, d’avoir une définition précise de ce que signifie être en échec ( par exemple ne pas avoir de ressources financières pendant plus de 2 mois) et savoir reconnaître, lorsqu’on atteint cette limite, que la partie est finie. Il n’y a que deux issues heureuses pour une Startup, soit elle marche, soit elle meurt.

😵🚀 Qu’est-ce qui vous retient ou vous a retenu de vous lancer ?


Originally published at 4venture.

Like what you read? Give 4venture a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.