La Zakat, une richesse à réveiller

La Zakat est le 3e pilier de l’Islam et représente une des fondations de l’esprit de partage pour les musulmans. La Zakat signifie à la fois accroissement et purification. Elle ne diminue pas la richesse à l’image d’un simple impôt, mais elle lui donne de la substance, une raison d’être, celle d’être redistribuée en partie. Au nom d’un droit que les pauvres détiennent sur les possesseurs de biens et de capitaux. Au nom d’une équité qui vise la justice sociale et le bon équilibre dans la société.

Pas d’opposition donc entre les riches et les pauvres, les capitalistes et les socio-dépendants, mais plutôt un principe de partage équitable. Et ceci non pas au nom d’une générosité ou d’une charité imposée, mais bien plus, un principe qui vise à réconcilier les états de la nature, à renforcer la propriété privée, et les décisions divines.

La dimension spirituelle de la Zakat tient moins à l’acte de charité, en aval — centré sur les indigents ou leur assistanat —qu’à l’acte de dévotion et de soumission à la nécessaire purification du capital, en amont — centré sur le redevable et le droit qu’autrui détient sur ses possessions. C’est vers ce dernier que se concentre les injonctions, de s’acquitter de la Zakat et de joindre la Salat, comme si son salut ne passait que par le fait qu’il puisse se départir d’un peu du gras qu’il a accumulé dans une course personnelle à la croissance, qui l’éloigne nécessairement un peu de Son créateur.

Pour que la Zakat soit efficace, il faut en premier lieu, bien comprendre son objectif et son mode de calcul, et ensuite, assurer sa collecte et sa distribution aux bonnes catégories de personnes éligibles.

Un cadre méthodologique a été proposé par les experts du National Zakat Foundation, ONG britannique qui a réussi à redonner un souffle nouveau à ce pilier endormi :

Concernant le calcul :
La Zakat est payée à partir d’un seuil fixé (Nissab) sur des éléments précis de son patrimoine ou de ses revenus — mais qui excluent les biens liés à un usage personnel ou professionnel.

Concernant la distribution :
La Zakat est payée au bout d’un cycle annuel (hawl), elle était historiquement géré par les gouvernements des pays musulmans, et aujourd’hui par des ONG mais sans vraiment s’assurer d’un circuit court de distribution, le local est en effet à privilégier.

Le montant de la collecte de la Zakat est estimé à plusieurs centaines de milliards de dollars (au moins 200). En réalité, différentes études, notamment celle de la Banque Islamique de Développement, suggèrent que la Zakat devrait représenter environ 3% du PIB Mondial. Mais selon ces experts, la réalité est que cette collecte n’atteint que 0,15% du PIB soit 20 fois moins.

Plus proche de nous, outre-manche, le potentiel de la collecte de la Zakat s’élève entre 500 millions et 1,5 milliards de livres chaque année. Si la population musulmane en France est deux fois supérieure à celle du Royaume-Uni, nous voyons ce que cela pourrait représenter au niveau national. Une vraie richesse à partager…

Pour vous faciliter la compréhension de ce 3e pilier de la foi musulmane, en plus de son simulateur, 570easi a le plaisir de vous partager une infographie explicative avec un exemple de calcul. L’application SOeasi est également à votre disposition pour gérer vos projets et verser votre Zakat (en lien avec notre partenaire Zakat France).