Mais Java, c’est aussi le paradis.

Au nord de Java, 70km au large des terre, il y a un petit archipel appelé Karimunjawa (en français Karimun Jawa se traduit par “à un lancer de pierre de Java”). Bon, je ne sais pas comment les javanais lancent leurs pierres mais il faut en réalité 5 heures de ferry pour rejoindre l’archipel et le trajet s’avère bien plus laborieux qu’un simple jeter de caillou.

Pour conclure notre voyage à Java, nous avons prévu 5 jours et 4 nuits sur ces îles peu connues mais trouvées par hasard par Sarah sur une vue satellite de l’Indonésie. Coup de bol, le ferry habituel est en panne depuis plusieurs semaines et nous sommes rabattus sur le “Mahari Express”, qui ne pourra pas embarquer notre voiture mais qui effectue le trajet en 2 heures. Départ tôt le matin depuis le port de Jepara, où nous avons passé la nuit.

Après 2 heures de folklore indonésien dans un bateau rempli à ras bord de locaux faisant le trajet avec leur poids en ravitaillement pour le mois, nous arrivons éreintés mais les yeux écarquillés devant ce qui nous semblait jusqu’ici illusoire : le paradis à Java.

L’île sur laquelle nous accostons est entourée d’une eau limpide qui abrite des récifs de corail jusque dans son port, lequel est tellement propre et protégé de la folie des hommes qu’il est aussi un très bel endroit pour plonger et admirer des poissons tropicaux.

Ces 5 jours passés sur l’île seront les meilleurs de notre roadtrip à Java ! Entre sorties en bateau et balades en scooter pour découvrir de magnifiques plages plus ou moins cachées, nous en avons pris plein les yeux. Ici, le tourisme n’est pas encore développé. C’était déjà le cas dans les coins reculés de Java que nous avons traversés en voiture, mais là c’est différent : nous sommes dans un archipel qui a tout le potentiel pour faire la fortune des agences de voyage et promoteurs immobilier… Nous avons l’impression d’être revenus 40 ans en arrière, à l’époque où les voyageurs à Bali étaient des précurseurs, des explorateurs. Ç’est génial, tout simplement génial !

Nous avons rencontré dans l’auberge “chambre d’hôte” dans laquelle nous séjournions un couple de polonais voyageant avec leurs deux enfants de 7 ans et 1 an et nous avons partagé pas mal de moments mémorables avec eux, dont une journée en bateau, navigant entre les îles de l’archipel et s’arrêtant ici et là pour découvrir récifs incroyables et autres îles quasi-vierges où nous avons pu alterner snorkeling (plongée au tuba) et barbecue de poisson sur la plage. La journée parfaite pour voler un peu avec le drone et capturer un peu de ce coin de paradis sur Terre.

Un paradis.

Non franchement… au risque d’être lourd : un paradis.

Ceci n’est pas la côte, il y a bien de l’eau aux quatre coins de la photo. Elle est juste… très transparente ! C’est un récif corallien entre deux îles, sur lequel nous avons jeté l’ancre pour plonger et admirer poissons clowns, murènes, sèches, raies pastenague, poissons perroquet et j’en passe…

Elle, c’est Pulau Cilik (Île Cilik). Notre pause barbecue. Un seul bateau amarré au ponton, combien de fois dans notre vie aura-t-on une île pour nous seuls pour toute une après-midi ?

L’archipel de Karimunjawa sera encore protégé quelques années. Après déjà deux mois de voyage avec Sarah entre Bali et Java, et connaissant moi-même maintenant le pays depuis 2008 avec quelques incursions sur les 55 000 kilomètres de côte que compte l’Indonésie, on me demande souvent où il faut aller, ce qu’il ne faut pas rater. Je n’ai plus aucun mal à vous répondre : allez à Karimunjawa. Si vous voyagez en Indonésie dans les 3–5 prochaines années, vous aurez le bonheur de découvrir l’Indonésie tel que l’on découvrait Bali en 1970 et d’admirer un joyau jusqu’ici épargné par l’homme.

A Bali, on est un peu comme au Musée du Louvre en admiration devant la Joconde derrière une vitre blindée, un cordon de sécurité et 150 perches à selfie. C’est beau et on y trouve notre compte (heureusement !) mais à Karimunjawa, on était au XVIe siècle dans l’atelier de Leonard de Vinci, 10 minutes après qu’il ait posé le pinceau.

Un joyau, je vous dis.

X.

A single golf clap? Or a long standing ovation?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.