ICOs : A red line has been crossed

Could a fundraising be qualified as an Initial Coin Offering (ICO) even though it does not respect one of the most fundamental characteristics of blockchain technologies: transparency ? The case of some recent ICOs suggest that it could be…We believe a red line has been crossed.

Blockchains, whether referring to Bitcoin, Ethereum or one of the multiple alternatives, share by their nature the notion of transparence: they are auditable by anyone, and in real time. Blockchain protocols are open source and public, allowing anyone to conduct their own verification of the code, without the need to rely on a third party, making these technologies “trustless”.

Without a transparent blockchain, there can be no ICO. Setting up an ICO without transparency does not make any sense. ICOs rely on the trust placed in a given project and its team ; without transparency, on what would rely this trust ?

These past few weeks, we have observed a worrying trend of ICOs trampling the most elementary rules. Missing or incomplete smart-contracts, unclear token sales conditions, partly fictitious or inattentive advisors, rating agencies that do not fulfill their role… when combined, these approximations or violations of best practices are ticking timebombs.

At the core of the issue: a severe lack of transparency that needs to be addressed, so as to enable a (better) autoregulation of ICO projects.

This lack of transparency can be seen on three levels : the technology used, the role of advisors, and the responsibility of rating agencies.

1/ Transparency of the technology

Only the deployment of a smart contract on a public blockchain or the disclosure of the addresses used for the fundraising allow to audit the progression of an ICO : reception of cryptocurrencies, number of tokens, fulfillment of the sale’s conditions of execution, etc.

In an ICO following these requirements, the amount raised as well as the distribution of the tokens can be checked on the ad hoc address, by anyone.

However, a couple of ICOs show an obvious lack of transparency. As an example: the currently ongoing ICO of the French company DomRaider. The company, created in 2013 and specialized in “drop catching” (the recovery of domain names immediately after expiry), launched its ICO on september 12th, with an initial fundraising objective of 35 million euros. Forbes, Challenges, BFM Business, etc. : the project has benefited from media coverage never seen before in a French ICO.

The problem is DomRaider will only deploy a smart contract after the end of its ICO, and not before. Furthermore, each investor is allocated a personal funding address, but these addresses are not public. It is therefore impossible to know in real time the amount of cryptocurrencies raised by the company.

However, the website of the project gives the impression that it has already raised the equivalent of more than 48 million euros. In the absence of transparency on these amounts, all types of speculation are possible. For instance, has the DomRaider team sold its tokens at the same price for all its investors during the ICO ? rating agencies indicate that DomRaider has raised nearly USD 45 million. Without transparency, how could one be certain ?

ICOBazaar displayed on October 3rd on its website that Domraider had raised USD 45 million.

This opacity, openly displayed by DomRaider, and which is by the way not specific to this particular ICO, is even more problematic that the amounts raised in the early stages of an ICO constitute a strong argument to encourage investment.

Banner from the DomRaider ICO (still ongoing), which led certain actors to think that the project had raised the equivalent of 50 million euros.

DomRaider is unfortunately not the only example. Let’s look at another ICO, which is building a decentralised platform for Esport streamers and gamblers : Gimli. While in ICO phase, Gimli’s team just radically changed the rules concerning its soft cap — The amount that, if not reached at the end of the sale, is refunded to the investors. Seeing the amount of funds raised accounting for hardly half of the initial objective, Gimli decided not to refund its investors, but rather to multiply, “in compensation”, by 5 the quantity of tokens received for an investment — Going against usual best practices and more generally the expected ethics towards the subscribers.

Gimli’s website presented in the first days a gauge indicating a soft cap which has since disappeared

2/ Transparency on the role of advisors

It is common knowledge: even though blockchains, thanks to their transparency, allow anyone to conduct their own audit of the code, it is common in practice to “externalize” trust to recognized figures of the ecosystem, deemed reliable.

The problem is that the role of these advisors is not really clear. Did they all go through a real due diligence, or do some just get paid in exchange for their image, without examining the project at any moment? At present time, a big blur surrounds this question of crucial importance in the investors’ decision process. That is even without mentioning that some ICOs do not hesitate to showcase certain people as advisors without their consent…

The goal here is not to point out a specific project or advisor: the problem is of greater scale. Things are going out of control regarding ICOs advisors. They provide a credibility stamp that is extremely scrutinized, and without which certain ICOs would not have been able to convince investors. Let’s not forget the project “TheDAO” in summer 2016 which benefited from the support of prestigious advisors (many of whom were eager to be dropped from the list once the hack had been discovered), that had without a doubt an impact on the substantial amount raised, which was a record at the time for a token sale.

3/ Transparency on the role of ICO rating agencies

What is the exact role of ICO rating agencies, that have blossomed in the past few months ? The question is worth asking, with regard to the assessment of certain projects. Indeed, several rating agencies having examined DomRaider, rated it with almost the highest score: 4,6/5 on ICOBench, 4,5/5 on ICOBazaar

Clearly, the technical analysis of the ICO, that is expected from these websites, remains superficial. It seems that rating agencies have taken for granted the development of ICO smart contracts that fit expected quality standards, even though practical experience demonstrates that it is not always the case.

It is possible that some of these websites analyze above all the economic potential of the projects, without taking into account the risks. With such a lack of clarity on this matter, the ambiguity is extremely problematic because it may lead tens of thousands of investors to believe that an ICO is technically serious while this aspect has not been studied at all.

Transparency must be a prerequisite.

The aim of this article isn’t to challenge specific ICOs but to insist on the drift from what a real ICO should be to what some of these projects have become. If we want this amazing financing tool that mobilizes communities to keep its efficiency, best practices must be identified and followed. ICOs that violate these rules should not be given a free pass from the blockchain ecosystem and its actors.

Therefore, it is more than ever necessary for entrepreneurs creating ICOs, technical and legal actors around them and other parties such as advisors and rating agencies, to move together towards a more rigorous autoregulation, with a strong focus on transparency. Several initiatives have already been launched in that sense, such as ConsenSys Diligence and Project Transparency. It is the trust in our emerging ecosystem that is at stake. Let’s not play with fire, with the risk to suffer, in case of fraud, a severe backlash from regulators and the general public.

Article written by several major figures from the French blockchain ecosystem : Alexandre Stachtchenko (President of the ChainTech association, Cofounder of Blockchain Partner), Maxime Hagenbourger (Lead Developer at Blockchain Partner), Clément Jeanneau (Cofounder Blockchain Partner and ICOMentor), William O’Rorke (Legal Advisor at Blockchain Partner), Manuel Valente (Director La Maison du Bitcoin), Quentin De Beauchesne (Cofounder Ledgys and founder CryptoFR), Jacques Favier (Co-author “Bitcoin, la monnaie acéphale”), Jérôme de Tychey (President Asseth), Emilien Dutang (cofounder Blockchain Partner), Clément Francomme (CEO Utocat), Kevin Loaec (CEO Chainsmiths), Adrien Lafuma (cofounder Blockchain Partner), Sajida Zouarhi (Lead product manager at ConsenSys), Philippe Honigman, Johann Palychata, Romain Rouphaël (cofounder Belem), Thibaut Sahaghian (Business Development Manager at Stratumn), Clément Lesaege (CTO Kleros)


ICO : l’impératif de la transparence

Peut-on qualifier une levée de fonds d’Initial Coin Offering (ICO) alors même qu’elle ne respecte pas l’une des caractéristiques les plus fondamentales des technologies blockchain : la transparence ? Les cas de récentes ICOs semble indiquer que oui…

A nos yeux, un seuil d’alerte est désormais franchi.

Tribune co-signée par différents acteurs de la communauté Blockchain (liste en fin de tribune)

Les blockchains, que l’on parle de Bitcoin, d’Ethereum ou d’une de leurs multiples alternatives, impliquent par nature la notion de transparence : elles sont auditables par quiconque, et ce en temps réel. Les protocoles des blockchains sont en Logiciel Libre pour que chacun puisse effectuer sa propre vérification du code, son propre audit, sans devoir déléguer sa confiance à un tiers. De là le terme de technologies “trustless”.

Sans blockchain transparente, pas d’ICO. Concevoir une ICO sans transparence n’a pas de sens. Les ICOs reposent sur la confiance placée dans un projet donné et dans l’équipe qui le porte ; sans transparence, sur quoi reposerait cette confiance ?

Ces dernières semaines, nous avons constaté une tendance inquiétante d’ICOs bafouant les règles les plus élémentaires. Smart contract absent ou incomplet, conditions de vente des tokens floues, équipe d’advisors en partie fictive ou inattentive, agences de notation qui ne remplissent pas leur rôle… Mises bout à bout, ces approximations ou violations des bonnes pratiques peuvent constituer des bombes à retardement.

Au coeur du problème : un grave manque de transparence dont il est essentiel de prendre conscience, afin qu’émerge une (meilleure) auto-régulation des acteurs.

Ce manque de transparence se retrouve concrètement à trois échelons : dans la technologie employée, dans le rôle des advisors, et dans la responsabilité des agences de notation.

1/ Transparence de la technologie

Seuls le déploiement d’un smart contract sur une blockchain publique ou la publication des adresses utilisées pour la levée permettent d’auditer en temps réel et en transparence le déroulement d’une ICO : réception de cryptomonnaies, nombre de tokens, respect des conditions d’exécution, etc. Dans les ICOs transparentes technologiquement, les investissements, les fonds récoltés ainsi que la distribution de tokens peuvent être vérifiés sur l’adresse ad hoc, par n’importe qui.

Un manque de transparence se retrouve pourtant dans certaines ICOs. C’est le cas par exemple de celle, encore en cours, du projet français DomRaider. Cette entreprise créée en 2013, spécialisée dans le “drop catching” (la récupération de noms de domaine tout juste expirés), a lancé son ICO le 12 septembre, avec un objectif initial de levée annoncé à 35 millions d’euros. Forbes, Challenges, La Tribune, BFM Business, L’Opinion, etc. : le projet a bénéficié d’une couverture médiatique très large, inédite en France pour une ICO.

Problème : DomRaider ne déploiera un smart contract qu’à l’issue de son ICO, et non avant l’opération. En outre, chaque investisseur dispose d’une adresse personnelle pour investir, mais ces adresses ne sont pas publiques. Impossible, dès lors, de connaître en temps réel le montant de cryptomonnaies récolté par l’entreprise.

Le site du projet surfe sur l’ambiguïté en donnant l’impression que le projet a d’ores et déjà levé l’équivalent de plus de 48 millions d’euros. Mais en l’absence de transparence sur ces montants, toutes les spéculations sont possibles. Entre autres : l’équipe de DomRaider a-t-elle vendu ses tokens au même prix à tous les investisseurs ? En l’occurrence, les sites de notation indiquent sans pincettes que DomRaider a levé près de 45 millions de dollars US. Or, sans transparence, comment en être certain ?

ICOBazaar indiquait sur son site le 3 octobre que Domraider avait levé 45 millions de dollars

Cette opacité, assumée par DomRaider, et qui n’est d’ailleurs pas propre à cette ICO, est d’autant plus problématique que les montants levés durant les premiers temps d’une ICO constituent de facto un argument pour inciter les internautes n’ayant pas encore investi à le faire.

Par ailleurs, dans le cas particulier d’ICOs accueillant des paiements en monnaies traditionnelles, comme c’est le cas de DomRaider, il est impossible, cette fois-ci par nature, d’auditer en temps réel les montants récoltés. C’est pourquoi, à nos yeux, chaque investissement dans une ICO devrait pouvoir être visible sur la blockchain durant l’opération, que celle-ci reçoive des paiements en monnaies traditionnelles ou en cryptomonnaies.

Bandeau de l’ICO DomRaider (encore en cours), dont la mise en page a amené certains acteurs à penser que le projet avait levé l’équivalent de plus de 50 millions d’euros

DomRaider n’est malheureusement pas un cas isolé. Pensons ainsi à l’ICO d’un autre projet porté par une équipe française (mais domicilié à Malte et opérant depuis les Etats-Unis), qui construit une plateforme décentralisée pour les streamers et parieurs d’eSport : Gimli. En pleine levée, l’équipe de Gimli a purement et simplement changé les règles concernant son “soft cap” — ce montant qui, s’il n’est pas atteint à la fin de la vente, déclenche le remboursement des investisseurs. Les fonds récoltés atteignant à peine la moitié de l’objectif initial, Gimli a décidé de ne pas rembourser ses investisseurs, et de multiplier « en échange » par 5 la quantité de tokens reçus contre un investissement — un procédé qui va à l’encontre des bonnes pratiques habituelles et plus globalement de l’éthique attendue vis-à-vis des souscripteurs.

Le site de Gimli présentait dans les premiers jours de l’ICO une jauge indiquant un “soft cap”, disparue depuis

2/ Transparence sur le rôle des advisors

On le sait bien : même si la blockchain, grâce à sa transparence, permet à chacun d’effectuer son propre audit du code, il est très courant en pratique que la confiance soit “externalisée” à des pairs reconnus comme étant fiables. De là l’avantage pour les porteurs de projet de mettre en avant ce qu’on appelle des advisors (des conseillers). On en dénombre ainsi 22 sur le site de DomRaider, dont plusieurs figures connues de l’écosystème blockchain.

Le problème est le suivant : le rôle de ces advisors n’est pas véritablement connu. Ont-ils tous réalisé une due diligence digne de ce nom, ou certains sont-ils simplement rémunérés en échange de leur image, sans avoir à aucun moment étudié le projet ? Leurs recommandations ont-elles été suivies d’effets ? A l’heure actuelle, un grand flou règne sur cette question pourtant cruciale dans la décision des investisseurs. Sans parler du fait que certaines ICOs n’hésitent pas à indiquer comme advisors des personnes qui n’ont pas demandé à l’être ou dont la prestation s’est limitée à un conseil sur certaines parties techniques du projet, jouant sur le flou artistique de la notion.

L’enjeu n’est pas là de pointer du doigt spécifiquement un projet ou leurs advisors : le problème est bien plus large. Nous constatons de façon globale un dérapage sur le “mercato” des advisors aux ICOs. Or ces advisors apportent un tampon de crédibilité, très recherchée, sans laquelle certaines ICOs n’auraient pas pu convaincre les investisseurs. Souvenons-nous du projet TheDAO au printemps 2016 qui avait bénéficié du soutien d’advisors très prestigieux (beaucoup s’étaient d’ailleurs empressés de se retirer de la liste lorsque le piratage avait éclaté !), ce qui n’avait sans doute pas été étranger au montant très conséquent, et alors record, levé pour une token sale.

3/ Transparence sur le rôle des agences de notation d’ICO

Quel rôle exactement jouent les agences de notation d’ICOs, que l’on a vu fleurir au cours des derniers mois ? La question mérite d’être posée, en regard des évaluations de certains projets. Ainsi, plusieurs agences de notation ayant évalué DomRaider mettent quasiment la note maximale au projet : 4,6/5 sur ICOBench, 4,5/5 sur ICOBazaar

Manifestement, le travail d’analyse technique de l’ICO que l’on est en droit d’attendre de la part de ces sites est resté superficiel. Il semblerait que les agences de notation aient pris pour acquis le développement de smart contract d’ICOs aux normes de qualité attendues, alors que l’expérience montre que ce n’est donc pas toujours le cas.

Il est à envisager que certains de ces sites analysent avant tout le potentiel économique des projets, et non leurs risques. Mais en l’absence de clarté sur la question, cette ambigüité est très problématique car elle peut laisser croire à des dizaines de milliers d’investisseurs qu’une ICO est sérieuse techniquement alors même que sa solidité technique n’a pas été vérifiée.

La transparence doit être un pré-requis

Cette tribune n’est pas destinée à mettre en cause la probité de tel ou tel porteur de projet, mais bien d’insister sur la dérive des ICOs dans laquelle certains de ces projets s’inscrivent. Si nous voulons que cet outil extraordinaire de financement et de mobilisation des communautés garde son efficacité, il faut dès à présent mettre en place des bonnes pratiques et s’y tenir. Les ICOs qui les enfreindraient ne devraient plus bénéficier de blanc-seing de la part de l’écosystème blockchain et de ses acteurs.

Dès lors, il est plus que jamais nécessaire que les entrepreneurs créateurs d’ICOs, les acteurs techniques et juridiques qui les entourent et les autres parties prenantes que sont les advisors et les agences de notation avancent vers une autorégulation plus exigeante, avec comme instrument premier la transparence. Plusieurs initiatives ont du reste été lancées en ce sens, comme le ConsenSys Diligence et le Project Transparency. C’est la confiance à l’égard de notre écosystème émergent qui est en jeu. Ne jouons pas avec le feu, au risque de subir, en cas de fraude, un sévère retour de bâton de la part des régulateurs étatiques et du grand public.

Par Alexandre Stachtchenko (Président de la ChainTech, Cofondateur Blockchain Partner), Maxime Hagenbourger (Lead Developer chez Blockchain Partner), Clément Jeanneau (Cofondateur Blockchain Partner et ICOMentor), William O’Rorke (Legal Advisor chez Blockchain Partner), Manuel Valente (Directeur La Maison du Bitcoin), Quentin De Beauchesne (Cofondateur Ledgys et fondateur de CryptoFR), Jacques Favier (Co-auteur de l’ouvrage “Bitcoin, la monnaie acéphale”), Jérôme de Tychey (Président de l’Asseth), Emilien Dutang (Cofondateur Blockchain Partner), Clément Francomme (CEO Utocat), Kevin Loaec (CEO Chainsmiths), Adrien Lafuma (Cofondateur Blockchain Partner), Sajida Zouarhi (Lead product manager chez ConsenSys), Philippe Honigman, Johann Palychata, Romain Rouphaël (Cofondateur Belem), Thibaut Sahaghian (Business Development Manager chez Stratumn), Clément Lesaege (CTO Kleros), Alexandre Kurth (Lead Blockchain Altran France, secrétaire de l’Asseth), Albin Cauderlier (CEO Mubiz), Gilles Cadignan (CEO Woleet), Clément Bergé-Lefranc (Cofondateur Ledgys), Pierre Lorcery (Trésorier La ChainTech), Raphaël Pralat (CEO Charonne)

Like what you read? Give Alexandre Stachtchenko a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.