Bernard Stiegler : la fin d’un philosophe
Stéphane Vial
5313

Les livres de Bernard Stiegler sont très difficile à lire. C’est conférences ont marqués aussi ma mémoire, j’ai rencontré le Mr aussi est pu le faire sourire , pour le remercier infiniment d’avoir été un pont dans la connaissance entre une philosophie ancienne et notre époque. Ré-injecter le sens du mot pharmakon, est un geste assez fort àmon sens pour mériter les honneurs. Avec le recul je dirais qu’il a fait le sacrifice de ce confronter à ce que le monde ade plus noir et de plus sombre, ce n’est pas pour le rendre populaire .. Il faut bien un bouc émissaire, et il doit éprouver du contentement à le jouer , il faut bien une rupture critique et vous l’écrivez avec légitimité. Comment ne pas ce perdre en baignant dans le chaos ? C’est inévitable .. Je souhaite qu’il aille bien.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.