Amilo
Amilo
Aug 27 · 7 min read

Rêves brisés, dommages collatéraux, déceptions, regrets, dégoûts…c’est le quotidien de tout bon sénégalais. On a l’habitude de se réveiller sans eau, de se coucher sans électricité, passer la journée dans la circulation et vivre de Yalla baaxna parce que la route de l’émergence est fluide.

Ce texte est écrit avec beaucoup de désespoir sachant nettement Ö combien le sénégalais est laxiste dans sa manière de faire et de penser, fataliste à outrance.

Il urge alors de repenser à l’éternelle question: pourquoi ne prenons-nous pas nos responsabilités face à nos dirigeants qui nous pissent dessus et nous font croire qu’il pleut ?

On a TOUT vu et vécu dans ce pays. Le plus révoltant reste les abus de pouvoir sous notre silence complice. La goutte d’eau de trop est le fiasco de la finale de l’Afrobasket de 2019 à Dakar Arena.

Nul besoin de vous parler de Dakar Arena et de la fortune qui l’a construite, nul besoin de définir l’Afrobasket qui est organisée par des minables, pour des minables. Oui nous sommes minables à un point où on subit sans broncher.

Ce « bijou » de Dakar Arena, a été précipité pour accueillir une Afrobasket non préparée, se situe dans une zone survendue. Figurez-vous qu’il n’y a pas même pas de signalétiques pour y accéder. Certains en ont fait les frais en reprenant le péage pour Dakar. Mais « grawoul quoi » (notre langage préféré) qui sous-entend une désinvolture indescriptible.

Jour de finale, une revanche à prendre sur les nigérianes, nos lionnes sont logées dans un hôtel sur la route des Almadies ET pourtant y’a un hôtel non loin de Dakar Arena…Bref certains diront que c’est des détails « amul solo » donc on ferme la parenthèse et on essaie de squatter une place de parking.

Pour les moins favorisés, on leur avait promis des Dakar Dem Dikk qui feraient les navettes Dakar-Diamniadio et comme par magie ces bus ont disparu comme les Pirates de Dieuppeul.

Il est 13h, il a déjà plu sur Diamniadio, la marée humaine aux alentours de Dakar Arena, la mobilisation des sénégalais pour pousser leur équipe à la victoire est impressionnante. Braver la pluie, sous le soleil, longues queues juste pour acheter des tickets, oui oui nous sommes dans une ère numérique, faut vraiment être patriote ou amateur de basket pour le faire. Hey toi qui n’étais pas là-bas, sache que ton sang se glace à la vue de ces supporters.

Le premier match était pour 15h 30 et des centaines de personnes patientaient dehors pour acheter leurs tickets, pendant ce temps, des gendarmes, des sapeurs faisaient entrer en catimini leurs potes/familles. D’aucuns diront que c’est normal, vive le Sénégal !

Deux guichets pour ces milliers de personne 30° à l’ombre, on ne voit ces files d’habitude qu’au niveau de la Senelec ou de la SDE où les autres guichets sont toujours fermés pour des raisons qui nous sont jusque là inconnues. Le client est roi partout sauf au Sénégal. Ce calvaire est devenu un état d’esprit validé par tout un chacun.

Pourquoi les tickets d’entrée ne sont pas vendus assez tôt ? Parce que la corruption fait vivre le sénégalais, toute cette complication est faite exprès pour faire valoir une magouille. Malheureusement la première chose qui va nous passer à l’esprit c’est les trafiquants de tickets. Quid de la fédération ?

Jusque là nous n’avons ni réponse, ni excuse émanant de la fédération.

Le stadium était plein à craquer mais les organisateurs continuaient de vendre des tickets. En gros, la Fédération a vendu bien plus de billets qu’il n’y a de places.

Au demeurant nos pensées vont vers cette maman qui après avoir finalement obtenu son billet à la sueur de son front a décidé d’offrir son billet parce que la fatigue avait pris le dessus.

« Weuy EAU secours » le prix des sachets d’eau avait doublé, pas d’accès aux toilettes sauf si on a déjà son ticket pour franchir l’entrée du stadium. Les bouteilles d’eau sont interdites dans l’enceinte du stadium et pourtant on en voyait partout dans la salle : paradoxe sénégalien. Après avoir bu, impossible de trouver des poubelles, peut être, sont-elles invivisibles à l’œil nu. Macky meune lépp mofa diaarr.

Dehors, les gens étaient assimilables à des fourmis et les pompiers pauvres soldats du feu, semblaient dépassés par l’ampleur et la fréquence des évanouissements. On dirait un bétail laissé en rade par son propriétaire, la fatigue se lisant sur chaque visage désemparé.

Même dans ce genre d’événements, y’en a qui vont abuser de leur autorité. Le badge et la tenue leur permettant de faire entrer leur cercle d’amis, de familles…

A la lumière de toutes ces considérations, force est de constater que la FSB(a) est vraiment AMATRICE. Un pays qui se respecte et qui respecte ses citoyens ne s’engage pas à organiser une compétition quelconque à moins d’un mois. D’aucuns diront que c’est pour valoriser Dakar Arena, d’autres diront qu’on ne perd rien, nous nous disons foutaises.

La sécurité n’y était même pas garantie pour les joueuses à plus forte raison les supporters qu’on ne considère que comme de vulgaires parasites. A 18h 30 pendant que le match du Sénégal démarrait nombreux, disons des centaines ont été dehors, tickets en main, ne pouvant pas voir le parquet. Les organisateurs n’ont même pas daigné prévoir des écrans plats pour ceux qui sont dehors.

Alors, des personnes avec des tickets de loge 10000frs se sont retrouvées dans des loges 1000frs et vice versa.

Les pères accompagnés de leurs enfants, avec leurs tickets achetés très chers ne pouvant pas rentrer, nos excuses les plus sincères au nom de la Fédération.

Des tickets de 1000frs se sont vendus à 15000frs, certaines personnes se sont mis debout dans le stadium, d’autres se sont assis sur les couloirs, les escaliers, à deux sur le même siège...

On en a vu de toutes les couleurs, un homme qui sort de nulle part en plein match et aller verser de l’eau sur le cerceau. Est-il nigérian ? Est-il sénégalais ? Est-il membre de la fédération ?? C’est tout simplement inadmissible qu’une personne ait accès de si près au parquet et surtout pendant que les joueuses déroulent.

Certainement, un combat mystique était au rendez-vous. Les réponses sont quasi-claires : on ne se soutient pas assez au Sénégal, si on est écarté, non sélectionné, on ne voudra guère voir l’équipe réaliser un quelconque parcours honorable, voire décrocher le trophée. La méchanceté gangrène la société sénégalaise.

Pour les cartésiens, l’état du parquet était défaillant, le panier de la tribune jaune est défectueux, il rejette systématiquement les ballons.

Fin de match, défaite amère, les nigérianes restent sur le sommet. Où sont ceux qui disaient que “dakharr dou saff niaary yoon”? Bref, le moment le plus pénible fut la fin de match, le moment de rejoindre nos maisons.

Les longues files humaines du matin pour entrer dans le stadium sont supplantées par des bouchons monstres de véhicules le soir pour rentrer. Mon Dieu, aucune voiture ne bougeait, aucune parce qu’apparemment, faudrait attendre que les officiels sortent d’abord, ensuite le bus des lionnes…Nous, le vil peuple, pouvons attendre car nous avons aucun besoin qui presse. Rien ni personne d’important ne nous attend…Cela confirme bien le « rongogne badola moy siim thiéré bourr ».

Le pire, à la suite du départ des officiels, est que les gendarmes et autres forces de l’ordre, sont tous partis, nous laissant dans l’insécurité totale car notre vie importe peu.

Nos excuses vont aussi à l’endroit de ceux-là qui ont bravé la pluie sans réfuge aucun, au nom de la fédération.

Donc sous le vent, la pluie et le tonnerre, nos voitures dans la boue, batteries éteintes pour certains…La gendarmerie nous maintient sur place pendant presque 3h. Une partie des rares bus restés sur place a servi d’abris aux uns et aux autres qui cherchaient à fuir la pluie. L’autre partie a fermé ses portières. Imaginez alors l’entassement des gens sous cette chaleur suffoquante.

Massa à ceux qui sont arrivés chez eux au-delà de 4h, nos plates excuses au nom de la fédération.

En quittant Diamniadio l’on ne se doutait même pas qu’on allait encore subir les inondations au niveau de Dakar. Sans commentaires…

En toute honnêteté, il serait préférable au moins que ceux qui ont acheté des billets sans pouvoir disposer des bonnes places puissent porter plainte dans le cadre du collectif parce que ce qui s’est passé est juste hallucinant. Nous pouvons clairement constater qu' il y’avait une vraie mafia à Dakar Arena et ça se pressentait déjà lors des demis finales.

Pour conclure, je cite un supporter: « j’ai été choqué par le manque de considération de l’humain, pour un événement de cette envergure, il n’est pas possible de voir un tel manque d’humanisme dans la gestion des clients de Dakar Arena. De la vente des tickets à l’entrée du stade, en passant par le déroulement du match tout était chaotique. Ce qui me désole le plus, c’est d’avoir attendu 3h dans un parking sans aucune forme de communication envers les personnes que nous sommes. Qu’avons-nous fait pour mériter un tel sort ? La réponse est…je pense nous sommes sénégalais…nous nous plaignons, nous nous taisons et nous encaissons à nouveau. Tel est le requiem de notre quotidien au sein de cette nation » A MEDITER !!!!

    Amilo

    Written by

    Amilo

    Spirituellement opiniâtre…!!!

    Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
    Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
    Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade