Petites suggestions à l’attention du futur étron qui nous gouvernera.

1) Fin du Cumul des mandats

Ok, perso, j’ai essayé de cumuler des taffs à plein temps au KFC, Décathlon et Leroy-Merlin, et j’ai fini par chier dans les buckets de pilons de poulet des gens. Alors, faut m’expliquer comment on fait pour être député, maire et sénateur en l’espace d’une vie unique. Car même si l’on part du postulat que ce ne sont que des postes de branleur, c’est quand même chaud de passer 105 h (3 x 35 h) par semaine à se douiller la quiche, à la fin ça pèle, et ça morfle. Donc, soyez corrects, laissez d’autres chômeurs vous la secouez à votre place.

2) La misère c’est comme une grosse diarrhée, ça n’attend pas.

Hello les mecs, y a des gens en France à qui il arrive de sauter des repas, de vivre dans la peur de la nuit, de tomber dans le délit pour finir les fins de mois, de faire la queue à la banque alimentaire pour ramener du lait en poudre à ses enfants. Oui, je parle de ce sentiment de désespoir qui fait qu’on n’a même plus la force d’esquisser un espoir, même pour la jouissance du fantasme, tellement on a pris dans la tronche. Oui, ce cercle vicieux de la fin de mois qu’on attend avec impatience et de devoir se priver pour tout, juste se contenter de survivre, en gardant un semblant de dignité. Putain, on fait quoi pour ces gens avant qu’ils ne se fassent sauter le caisson. Ok, faites passer des lois contre la pauvreté, dans 2 ans, elles seront ptet mises en application, et les mecs auront surement le courage d’attendre.

3) Un service civique de 3 mois obligatoire entre l’âge de 16 à 21 ans.

Les noirs, les blancs, les arabes, les gros, les juifs, les riches, les moches, les beaux, les pédés, les fin de race, les cathos, les grands, les gras, les blonds, les provinciaux, les parisiens, les ouvriers, les cadres, mélangez les tous dans une même baraque pendant 3 mois, et faites-les bosser sur un projet d’intérêt général. Leurs stéréotypes tomberont et plutôt que de perdre son temps en treillis, on appellerait ceci le service civique caritatif. Et plutôt que de l’imposer à un âge précis, leur laisser (aux gamins) le choix dans la date. Ok, facile la contrepèterie.

4) Fin des avantages des élus.

Faut pas se leurrer, tous les métiers ont leurs propres petits avantages. Sauf qu’en entreprise, t’as droit à 50% sur ta Navigo et le droit de gratter des post-it, et à l’Assemblée Nationale, tu disposes d’une grosse enveloppe parlementaires pour offrir des sacs Vuitton à tes gosses pour te faire pardonner d’être un père indigne. Je veux bien renoncer à mes post-it si eux, oublient leurs 130.000 EUR annuels.

5) Pénalisation des cas de corruption et exil fiscal.

Tout le monde a des affaires au cul. Et tout le monde trouve ça normal… Mais si toi, tu braques une banque c’est 15 ans de taule, mais par contre, quand lui, fiste à la chaine des rangée de contribuables, ça va, ça passe crème… Moi, je dis double péné pour Nico et Bukkake à la Santé pour Jérôme.

6) Représentation de la société civile dans les cabinets ministériels.

On dit souvent les politiques déconnectés de la réalité. C’est tout à fait logique puisqu’aucun être humain ne peut maitriser seul tous les thèmes, surtout quand on est nés avec une cuillère en argent dans la bouche. C’est pour ça qu’au lieu de rester cloitrés entre copains de l’ENA dans des cabinets endogames, invitez donc des VRAIS gens (je parle de gens qui bossent sur le terrain au quotidien) pour traiter main dans la main des affaires importantes.

Ainsi, avec cette fine équipe constituée de professionnels du secteur concerné et de technocrates (pour l’aspect budgétaire et gestionnaire), vous sortiriez des lois concertées, démocratiques et surtout une putain de légitimité quand vous en causerez à la plèbe. Vos partouzes seront ptet moins classes mais …..

7) Pas touche aux hôpitaux et à l’école.

Parce qu’on a le meilleur système de santé au monde, et qu’on n’a pas le droit de laisser crever des gens devant les hôpitaux. Et parce que sans éducation, ça laisse le champ libre à des Morano, Copé, Rachline et Dati.

8) Arrêt des subventions aux écoles privées.

Parce que ça me fait chier des payer pour que des enfoirés puissent mettre leurs chiards dans des écoles pétées de ronds, alors que dans ma ZEP, les p’tits suisses sentent toujours autant le foutre.

9) Prise en compte du vote blanc

Dans une époque où la défiance envers la classe politique est à son sommet, ce truc n’a plus de sens. Dans un système qui met à la tête des partis les mêmes personnes du même sérail, (endogame, se reproduit) c’est un vote de dépit qui nous anime.

Le vote blanc n’est pas un vote d’indécis, c’est un vote de conviction qui a pour seul message : « Allez-vous faire biffler pendant de merdes, on va revoter jusqu’à qu’il y en ait un qui vaille le coup. » Le vote blanc c le vrai vote antisystème, contestataire, pas celui de celui de cette truffe de Marine.

Bonus à l’attention des électeurs : Faites de vos enfants des gens prêts à affronter la vie.

Et ça, l’Etat ne peut rien pour vous. Démerdez-vous, vous y arriverez à la longue.