Ma Levée de fonds avec AngelSquare x WebEngineering

WebEngineering propose des solutions en ligne pour l’emploi et la prestation en ingénierie, et ceci via deux services:

o Un site d’emploi spécialisé dans l’ingénierie, n°1 français des sites d’emploi spécialisés en ingénierie — qui capte plus de 20% du flux d’ingénieurs en recherche d’emploi chaque mois.

o Une place de marché dédiée à la prestation en ingénierie.

Les recruteurs peuvent publier des offres d’emploi ou de mission, et ont accès à une CVthèque riche de plus de 20.000 CV d’ingénieurs en recherche d’emploi ou de mission.

La startup a bouclé une levée de fonds de 210k€, notamment auprès de Jean-Marc Bouhelier (PhotoBox, 1001 Menus, Running Heroes…) et de Mathieu Collas (fondateur de Telaxo). Elle leur permettra notamment de développer une stratégie commerciale et marketing de long terme.

D’après Alexandre Roy, CEO de WebEngineering, “AngelSquare (nouveau service de Fundme), via ses mises en relation pertinentes, nous a clairement permis d’accélérer notre levée de fonds.”

Retour avec lui sur les enseignements de sa levée de fonds…

Leçon I — Anticiper et gérer son timing

“Nous avons démarré nos premières actions de prospection auprès des Business Angels et des fonds d’amorçage au mois de juin 2015. Le timing était mauvais, car l’été a ralenti nos négociations.

Fin novembre, quand nous avons réuni notre Assemblée Générale, nous pensions enfin en avoir fini avec l’opération. Cependant, ce n’était pas tout à fait le cas car 3 semaines se sont ensuite écoulées avant de recevoir l’intégralité des souscriptions. Puis, une fois les documents légaux récupérés, nous avons envoyé notre demande d’enregistrement au greffe (nécessaire pour récupérer le K-bis puis pour recevoir les fonds ndlr) en pleines fêtes de Noël. Résultat, les fonds n’ont été libérés qu’à mi-janvier 2016.

Au total, entre nos premières actions de prospection et la libération des fonds, il se sera écoulé 8 mois.

En conclusion, une levée de fonds, quelque soit son montant, fait intervenir plusieurs paramètres que l’on ne maîtrise pas forcement et que l’on sous-estime bien souvent.

C’est pourquoi, il me semble nécessaire d’anticiper tous ces éléments et d’avoir une bonne visibilité financière (au moins 9 mois). Passé ce délai, il sera peut être trop tard pour bien maîtriser sa levée de fonds et ne pas se retrouver en « état d’urgence » — ce qui peut conduire à l’échec de l’opération ou à la dévalorisation de votre société.”

Leçon II — Un tien vaut mieux que deux tu l’auras

“En septembre 2015, nous avions déjà sécurisé 210k€ auprès d’investisseurs privés. Nous étions aussi en contact avec des fonds d’investissement qui se disaient intéressés pour mettre des tickets entre 500–700k€.

Les discussions et les négociations se sont éternisées, et au final, au mois de novembre, nous n’avions toujours pas de propositions fermes de leur part.

Nous étions à ce moment-là dans une situation très dangereuse. D’un côté nous étions dans l’attente et tous très euphoriques à l’idée de réaliser une belle levée, mais, plus le temps passait, plus le risque de perdre les 210k€ de promesses d’investissement validées depuis près de 3 mois augmentait.

Après de mûres réflexions avec nos actionnaires et notre équipe, nous avons pris la décision de réaliser cette levée de fonds en deux tranches. Nous avons donc clôturé une première tranche de 210k€ fin novembre et laissé une seconde tranche ouverte jusqu’au 31 mars 2016.

Cela nous a permis de mettre en place les actions nécessaires pour augmenter notre traction, et même de réaliser un chiffre d’affaires plus important que prévu. Résultat, nous nous interrogeons désormais sur la pertinence de poursuivre la seconde tranche de cette levée…”

Un brin d’actus

Un mois après avoir bouclé la première tranche de sa levée, WebEngineering a multiplié son audience et son volume d’inscrits par 1,7 et confirme ainsi son leadership sur le marché français.

La startup est désormais en train de préparer son développement à l’international et prévoit de se lancer courant avril / mail en Belgique, en Angleterre et en Espagne.

Merci à Alexandre pour son retour & Keep rockin’ !

Facebook // Twitter // Angelsquare.co