Allez-y — Mangez de la nourriture génétiquement modifiée. Ce n’est pas mauvais pour vous.

De Ryan Bethencourt, 15 Septembre 2015. Traduit de l’anglais par Vincent Berraud le 21 septembre 2015. (Go Ahead — Eat Genetically Modified Food. It’s Not Bad For You).

Je suis un végane, ce qui signifie que je ne mange ni viande, ni œufs ni produits laitiers. C’est une position philosophique, puisque je crois que c’est un tort d’abattre des êtres sentients pour se nourrir. Je suis aussi un scientifique. J’ai étudié la génétique à l’université, et à présent j’aide à construire et à financer une start-up de biotechnologie. Je travaille dans le centre-ville de San Francisco et je vis à Oakland (que j’adore).

Habitant ici sur la Baie, je vois beaucoup de confusion au sujet de la nourriture génétiquement modifiée. Par exemple, certaines personnes pensent que si on mange des produits sans OGM, cela veut dire qu’on mange naturel, ce qui est faux (des scientifiques sophistiqués appelleraient cela un « argument fallacieux », un « appel à la nature »).

Quasiment rien de ce que vous et moi mangeons n’est naturel. Nos ancêtres ont reproduit de manière sélective des plantes depuis au moins 20 000 ans et pendant ce temps, ils ont développé la plupart de la nourriture que nous connaissons, apprécions et mangeons de nos jours. Je suis désolé de vous le dire mais notre nourriture est presqu’entièrement artificielle — le maïs que vous mangez, les bananes que vous aimez, en passant par le brocoli et le chou-fleur. Aucun de ces aliments n’est naturel ; ils ont été modifiés par nos ancêtres.

Et non, suivre un régime Paléo ne nous rapproche pas de la manière dont nous avons évolué au niveau de l’alimentation. Les vaches que vous mangez aujourd’hui ne sont pas des bisons et ces cochons ne sont pas des sangliers. Cherchez mieux (et surveillez votre cholestérol !). Les primates ne mangent pas tant de viande !

Chose encore plus importante, la pratique de l’agriculture est tout autant contre nature. Ces pommes bio que vous adorez sont faîtes à partir de clones, cultivés artificiellement dans des champs qui sont irrigués artificiellement et traités artificiellement avec des biopesticides pour empêcher la destruction des récoltes par les insectes. En fait, les mêmes gènes qui sont introduits dans le maïs OGM, un insecticide nommé Bt, est aspergé sur vos pommes bios. C’est exactement le même biopesticide. Pensez-y un instant, et regardez-y à deux fois la prochaine fois que vous entendez parler ou que vous lisez du matériel publicitaire pour le bio. Je le répète : c’est la même chose. Vérifiez !

Les bibliques invasions de sauterelles et les famines qui ont suivi, ça vous dit quelque chose ? Que sont-elles devenues ? C’est bien ça : la science et l’agriculture moderne les ont éradiquées (jusqu’ici). Si nous devions faire pousser nos aliments naturellement, les produits biologiques ne dureraient pas un cycle de croissance — les plantes seraient de vulgaires bâtons dans un champ.

Alors, pourquoi est-ce que tant de monde est anti-OGM ? Est-ce parce que la nourriture est toxique ? Non, il n’y a pas de données substantielles pour soutenir cette perception, et non, il ne faut pas croire le moindre de ces blogs rudimentaires dont les sources sont des théories du complot. La réalité, c’est que si vous croyez que le changement climatique est réel en raison des données accablantes, alors pourquoi ne croiriez-vous pas que les OGMs sont sains vues les données accablantes les soutenant ? Je vous encouragerais plutôt à vous plonger un peu plus profondément dans la science, particulièrement ce document scientifique publié en 2013 qui passe en revue 10 années de données scientifiques et de publications examinées par des pairs sur la sûreté des cultures OGM, qui a trouvé que « les recherches scientifiques conduites jusqu’ici n’ont pas détecté les moindres risques significatifs directement liés à l’utilisation de cultures génétiquement modifiées. » C’est-à-dire : les cultures OGM sont sans danger !

« Ah », pensez-vous, « mais l’Union Européenne a proscrit les OGM ! Je vous ai bien eu ! »

L’interdiction de l’UE concernant les OGM n’est ni plus ni moins qu’un écran de fumée politique. En réalité, l’UE mange une tonne de produits OGM. Prenez le fromage, par exemple. Vous aimez votre Cheddar ? Si c’est le cas, vous mangez des OGM — une présure microbienne, une enzyme nécessaire pour la production de fromage dans la vaste majorité des fromages. Si nous devions récolter cette enzyme naturellement, elle viendrait de l’estomac de veaux morts (sans blague). Grâce à la présure OGM, le fromage est maintenant végétarien et un peu moins dégoûtant (une fois qu’on sait comment c’est fait). Cette position anti-OGM de l’UE n’est donc qu’un coup de théâtre politique.

Alors, pourquoi suis-je, en particulier, un végane pro-OGM ? Parce que je crois que conscience, savoir et science sont plus importants que des jeux politiques. Je suis contre l’utilisation d’être sentients dans la production de ma nourriture et je pense que nous pouvons utiliser la science pour donner à tout le monde ce qu’ils veulent — lait, fromage, œufs et même de la vraie viande — sans faire de mal aux animaux.

Mon espoir et mon but à travers mon travail et le travail d’autres personnes est qu’un jour (d’ici quelques années), vous soyez tous des véganes pro-OGM. Même si vous continuez à manger du steak, un jour il sera cultivé en laboratoire, plutôt que provenant d’animaux qui souffrent en cages — et ça, cela me convient très bien. J’en mangerais même quelques bouchées. Oui, un vrai steak végane. Considérez donc cela pendant un moment !

Ryan Bethencourt est co-fondateur et membre du conseil d’administration de Berkeley BioLabs en Californie.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated L’Animaliste’s story.