Bientôt tous en direct ?

Alors que les réseaux sociaux ont tendance à s’uniformiser, un nouveau match voit le jour celui de la retransmission en direct. Pour l’instant, Twitter a pris de l’avance avec Périscope, mais pourrait rapidement être rattrapé par le Live de Facebook.

Le grand public français connaît désormais l’application Périscope. L’affaire Aurier est passée par là, où quand un joueur du PSG insulte son entraineur et certains de ses coéquipiers, en se faisant filmer via cette application mobile. Dans le doute, on peut se dire qu’il ne connaissait pas le fonctionnement de ce nouveau réseau social. Détenu par Twitter, Périscope permet, en résumé, de filmer n’importe qui, ou n’importe quoi, en direct depuis son téléphone et de le rendre visible à toute la planète via l’application au petit oiseau bleu.

Le précédent du 13 novembre 2015

Pourtant il ne s’agit pas du premier événement majeur sur Périscope en France. Pour le retrouver, il suffit de remonter quelques mois en arrière avec les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Ce soir là, la plupart des français ont eu le réflexe d’allumer leur télévision, et les chaines d’info en continu, pour voir et comprendre ce qui se passe. Comme quelques privilégiés, j’ai eu l’idée d’aller voir dans le même temps sur Périscope. Le résultat montrait alors tout le “potentiel” de cette application... Ce soir là, les lives que vous pouviez observer n’étaient pas des footballeur se filmant à dire débiter des insultes, mais des citoyens en plein Paris, en proie à la terreur et aux violences. Comme cet homme retranché derrière une voiture avec sa mère, alors que les coups de feu continuaient au loin.

Je vous passe les détails. Mais les évènements parisiens ont montré une chose : avec Périscope vous pouvez être en direct de n’importe où depuis votre salon. En l’occurrence, le soir du 13 novembre 2015, dans les rues de Paris. Il n’y a alors aucun filtre médiatique pouvant expliquer ce que vous voyez ou censurer les images. C’est cru, c’est en direct et c’est sans contrôle. Mais cela pourrait bientôt devenir un réflexe pour bon nombre d’entre nous, à tel point que Périscope est devenu hors service devant le trop grand nombre de connexions le soir des attentats de Paris.

Un match entre Périscope et Live de Facebook

Le match est d’ailleurs lancé pour ce nouveau marché du « direct » sur les réseaux sociaux. Facebook a en effet généralisé depuis peu de temps son outil « Live ». D’abord réservé à quelques stars, il permet là aussi de diffuser en vidéo et en direct depuis son téléphone, directement dans Facebook. Si Périscope peut s’appuyer sur les hashtags, très utilisés sur Twitter (#Periscope), Facebook prend plutôt appui sur les notifications pour vous signaler qu’un ami a débuté une diffusion en direct.

Disons-le franchement, pour l’instant vous trouverez surtout des personnes en train de se filmer toute seule ou avec un ami, n’ayant rien de spécial à montrer ou à dire, même quand on s’appelle Serge Aurier. Mais les deux services, outre leur simplicité technique, apporte un vrai plus sur l’interaction avec le spectateur. Il est en effet possible à chaque fois de savoir combien de personnes regardent en direct, de recevoir des commentaires (ou des likes) et donc d’y répondre en temps réel. La première application concrète devrait être l’élection présidentielle américaine, qui en est pour l’instant à la phase des primaires. Et dans ce domaine, un autre acteur ne devrait pas rester sur la touche : Snapchat, qui compile lui des prises de vue de ses utilisateurs, à l’occasion de grands évènements, tels que les Oscars ou le derby Real / Atlético Madrid. Le match ne fait donc que commencer.