Travailler 100% sur iPhone ?

J’écris cette note avec mes pouces.

Oui oui, avec les pouces.

J’avais pourtant bien pris mon iPad dans le TGV Paris — La Rochelle, mais je le laisse posé sur la table.

J’ai voulu écrire cet article dessus, mais j’étais obligé de m’avancer pour atteindre la tablette, et mon voisin de siège pouvait voir tout ce que j’écrivais.

Pas top.

Alors j’ai saisi mon iPhone, j’ai ouvert l’app Notes, et j’ai commencé à taper. Avec mes pouces.

Cela à plusieurs avantages :

- Les gens pensent que tu envoies un texto. Ils ne penchent pas la tête pour voir ce que tu fais.

- Avec l’habitude, c’est carrément rapide de taper avec les pouces. Peut-être même plus que sur un clavier d’ordinateur.

- La fonction 3D Touch te permet en une pression de déplacer le curseur et d’éditer ton texte facilement.

Le smartphone, c’est vraiment une boite magique.

Tu peux capturer tous types d’éléments (images, son, texte, position), les traiter, et les publier.

Pour un créateur de contenu, c’est suffisant.

Tu peux enregistrer des vidéos avec la caméra. L’idéal est de brancher un micro-cravate et de positionner l’iPhone au bout d’une perche à selfie.

Tu peux aussi les monter avec iMovie, et les publier sur YouTube.

Tu peux enregistrer un podcast avec un micro externe (Shure ou Blue Raspberry), le monter sur Ferrite et l’uploader partout avec Auphonic.

Tu peux écrire un article sur Notes ou Bear et le publier sur Medium ou Facebook.

Tu peux faire de belles photos, les éditer sur VSCO ou Pixelmator, avant de les poster sur Instagram.

Tu peux enregistrer des formations vidéo ou audio, et les mettre en vente sur Selz ou Coach.

Tu peux aussi lire un bon livre avec l’app Kindle ou écouter un bon MAKER cast ;)

Dans certains cas, c’est plus rapide et plus puissant qu’un ordinateur.

Ce qui est génial, c’est que cet outil de travail universel, tu l’as toujours sur toi, et tu peux l’utiliser sans que tout le monde te regarde.

Bien sûr, tu ne vas pas remplir des tableaux Excel avec, ni monter le prochain Spielberg.

Mais tu es capable de beaucoup plus que de scroller sur Facebook ou d’envoyer des snaps.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.