Pourquoi avons-nous décidé de ne plus avoir de bureau fixe ? — Part 1 : Les cafés cowoking

C’est arrivé par la force des choses pour une bonne partie d’entre nous : une démission, le chômage post-diplôme, début du freelance ou un stage de fin d’étude dans une startup un peu fauchée…Nous étions en 2014. Tout était à (re)faire mais ne nous voulions pas le faire seul-es.

Un café coworking pour commencer

Notre choix s’est vite porté vers les cafés coworking, et ce, pour plusieurs raisons :

  • Nous étions fauchés : le café coworking permettait d’avoir un bureau hors de chez soi, sans engagement de durée. Il reste le meilleur rapport qualité-prix en terme de bureau nomade.
  • Nous voulions rencontrer des gens nouveaux régulièrement : sans engagement nous pouvions aller d’un espace à un autre, participer à des événements différents pour rencontrer des professionnels aux compétences aussi variées qu’atypiques.
  • Nous aimons le café et grignoter à volonté.

Le moins -

Et oui, tout n’était pas rose, on s’est malgré tout confronté à plusieurs problématiques :

  • La place : A moins de la réserver à l’avance, il n’est jamais possible de savoir si on pourra trouver une bonne place ou non. Notre développeur mesure plus de 2m, autant vous dire qu’il peut très vite se sentir à l’étroit.
  • Le bruit : Ce n’est pas toujours un problème mais il peut être fréquent. A moins d’avoir des pièces dédiées pour des rendez-vous ou des call, une journée peut être assez difficile à vivre si on a oublié son casque !
  • La visibilité sur les compétences présentes : Nous étions entourés de profils exceptionnels mais les approcher directement prenait du temps. Il fallait jouer de ruse : pause café/clope, afterwork etc…Pour demander un service ou proposer son aide il fallait tout un travail d’enquête en amont et un peu de ténacité après la première prise de contact. Si l’espace est animé par une personne dédiée qui connait tout le monde, c’est le top ! Avec un outil encore mieux ! Mais ces espaces là ne font pas encore légion.
  • La personnalisation : C’est un vrai-faux problème en réalité car c’est une question de personnalité. Mais il est arrivé qu’on lâche un espace car il n’était pas fait pour nous. Chaque café coworking a son identité selon son territoire et sa fréquentation. Mais il est vrai que les espaces les plus agréables et les plus intéressants sont souvent ceux qui savent s’adapter à leur fréquentation.

Le plus +

Avec ou sans barista, que la déco soit cosy ou non, ce qui nous a le plus apporté c’était avant tout l’Humain. Il existe peu de lieu de travail où l’on peut rencontre autant de compétences différentes qu’elles soient de la tech ou non.

On a pu rencontrer des dév, des UI/UX designer, des CM comme des juristes, agents immobilier, data analyst, éditeurs indépendant, des commerciaux, des profs…et autres métiers dont on ne connaissait absolument pas l’existence. Leurs expériences étaient toutes inspirantes et enrichissantes.

Même si on ne se parlait pas toujours, on se sentait à notre place car entouré de gens qui avaient tous décidé de changer de vie. Nous étions entourés de professionnels qui souhaitaient sortir du cadre de travail classique, sans pour autant rester dans la solitude.

Le bilan (calmement)

Dans l’ensemble, on garde un super souvenir des cafés coworking. On continue d’en fréquenter car ils ont contribué à notre histoire et notre parcours.

Nous en retenons les leçons suivantes :

  • Premier arrivé, meilleur placé
  • Inutile de déranger les gens quand ils travaillent, il vaut mieux attendre les pauses, les événements organisés par l’espace et autres moments informels
  • Toujours prendre le temps de se renseigner sur les gens avant de les solliciter (dans la mesure du possible sans être intrusif)
  • Toujours sympathiser avec les animateurs-trices et/ou barista : ils savent tout ! Le gestionnaire est souvent débordé donc pas toujours au courant.
  • S’impliquer dans la vie de l’espace permet d’avoir un usage plus personnalisé d’un lieu (participer aux événements, exploiter à fonds tous les services de mises en relation, donner des idées etc…)
  • Les meilleurs espaces sont ceux où l’on sent que quelqu’un porte un minimum d’intérêt à ce qu’on est, avant ce qu’on fait

Une suggestion ?

L’Hubsy Café ! C’est notre café coworking préféré ! Les boissons sont délicieuses mais surtout l’équipe est géniale, avenante, toujours à l’écoute. Les fondateurs, Anthony et Jérémy, ont su créer un espace chaleureux où même si on y est assez studieux, on peut échanger joyeusement au comptoir. Toute l’équipe s’intéresse vraiment aux gens et a toujours le sourire — cette bonne humeur est assez virale, ce qui ne gâche rien.

Mais comme on vous l’a dit, chaque espace est différent. Il faut en tester plusieurs avant de trouver son spot. Il existe un super Google Sheet qui rassemble pas mal d’espaces à Paris. C’est une liste partagée ! N’hésitez pas à y partager vos QG : http://bit.ly/2pT8Ot9

A venir
Pourquoi avons-nous décidé de ne plus avoir de bureau fixe ? — Part 2 : Les incubateurs de startup

Like what you read? Give Asgora a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.