Unef : Lilâ Le Bas appelle à manifester le 15 septembre

Lilâ Le Bas prend le flambeau à la tête du syndicat de l’Unef et remplace William Martinet. (Photo AF/pour le Figaro Etudiant)

William Martinet quitte l’Unef laissant la place à Lilâ Le Bas, une étudiante de l’Université Paris-est-Créteil, qui devrait être élue le 23 septembre.


«Heureuse de prendre bientôt la présidence de l’Unef et déterminée pour mener les nombreux combats qui sont devant nous!» a annoncé sur Twitter Lilâ Le Bas qui prend la succession de William Martinet, âgé de bientôt 28 ans. Pour cette militante, quatrième femme à prendre la tête de l’Unef depuis sa création, les objectifs sont déjà fixés. Calendrier oblige: «La priorité, c’est de répondre à l’urgence de la rentrée», a-t-elle expliqué lors d’une conférence de presse, mardi 30 août. «En sachant qu’un étudiant sur deux doit être salarié pour financer ses études, que le coût de la vie a augmenté, qu’il y a les loyers, les frais de scolarité, que le système d’aides sociales est à bout de souffle, nous serons présents pour répondre aux problèmes des jeunes et les aider». La jeune femme, qui prend une année de césure pour cette présidence, cite notamment le nouveau dispositif de l’Aide à la Recherche du Premier Emploi (ARPE) qui reste à populariser auprès des jeunes.

«Nous avons été à moitié entendus et nous souhaitons ouvrir les discussions»

Évoquant la présidentielle proche, elle affirme la nécessité «d’inscrire les jeunes dans le débat politique». Lilâ Le Bas justifie: «Il faut que les six prochains mois soient utiles. Nous ne cesserons pas de faire pression sur le gouvernement pour que le quotidien des étudiants s’améliore». L’Unef rappelle alors la date «unitaire» du 15 septembre, jour de mobilisation pour le refus de la loi travail. Elle condamne aussi la précarité des jeunes pendant leurs études et lors de leur insertion dans le milieu professionnel. Concernant le service civique et militaire obligatoire, le syndicat rappelle son opposition à un système «qui rajouterait une étape de paupérisation pour les jeunes».

Mais l’un des grands combats du syndicat étudiant reste la sélection entre la première année de master et la deuxième. En février dernier, le Conseil d’Etat avait validé la sélection à l’université pour une liste de formations. Plus tôt, plusieurs étudiants avaient saisi les tribunaux administratifs après avoir été recalés à l’entrée de leur master 2.Thierry Mandon, secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement Supérieur a annoncé le lancement d’une nouvelle réforme. «Le gouvernement s’est engagé à ne pas faire passer cette décision en force. Mais nous restons convaincus qu’une révision est nécessaire». Président sortant, Wiliam Martinet confirme: «Nous avons été à moitié entendus et nous souhaitons ouvrir les discussions sans qu’il y ait d’affrontement mais plutôt un compromis entre tous les acteurs». Un rendez-vous avec Najat Vallaud-Belkacem est d’ailleurs prévu pour mettre en route des négociations

Bio express: Lilâ Le Bas, âgée de 23 ans, est titulaire d’une licence information, communication, culture de l’université Lille 3 et d’un master 1 action publique de l’université Paris Est-Créteil. Membre du Bureau National depuis mai 2014, Lilâ Le Bas a suivi plusieurs dossiers importants du syndicat. Elle a participé à l’organisation de la mobilisation étudiante contre la Loi Travail et aux négociations avec le gouvernement qui ont abouti, entre autres, à la création de l’Aide à la Recherche du Premier Emploi (ARPE).

Elle était également responsable des dossiers universitaires comme celui de la sélection en master. Représentante de la tendance majoritaire du syndicat suite au dernier congrès en 2014, Lilâ Le Bas sera donc élue le 23 septembre prochain, puisqu’elle a été désignée par le Bureau National de l’UNEF, conformément au mode de scrutin de l’organisation.

Article publié le 30 août 2016 sur le Figaro Etudiant

http://etudiant.lefigaro.fr/vie-etudiante/news/detail/article/unef-lila-le-bas-appelle-a-manifester-le-15-septembre-21335/

A single golf clap? Or a long standing ovation?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.