Un bilan de 2018 et un Top 10

L’année touche à sa fin, et j’avais envie d’écrire un peu. Ici pas de test, de dossier ou quoi, je vais juste lister les dix jeux que j’ai le plus apprécié cette année, même si certains profitent uniquement de leur portage pour justifier leur présence ici. Je vais présenter un poil les jeux concernés quand même, mais pour la plupart des gens qui me lisent, vous risquez d’avoir déjà lu ce que je vais dire ailleurs. Cet article est entièrement subjectif d’ailleurs, y’a des jeux qui se rapprochent de la daube dans cette liste, mais faut savoir assumer un peu quand on s’amuse sur n’importe quoi. À noter que j’ai raté les jeux qu’on considère rapidement comme les gros hits cette année, par manque de temps ou d’intérêt, mais ça se rattrapera certainement. À côté de ça je vais parler d’autres jeux, et de ce qui me passe par la tête en ce moment, voyez ça comme un billet d’humeur ou quoi, j’ai des plans pour la suite et autant en balancer le plus possible.

10 — Octopath Traveler

Le thème de l’écran titre, histoire de se laisser emporter dès la première minute.

C’est presque triste qu’il soit aussi bas dans le classement. Il avait tout pour plaire, de sa DA du tonnerre à sa bande-son en passant par son gameplay, c’était exactement ce que j’attendais. Sauf que c’est terriblement répétitif, et que j’ai même pas eu le courage de le terminer (ou même d’aller bien loin). J’y retournerai certainement parce que j’aime les sessions que je fais sur ce jeu et que les compositions de Yasunori Nishiki c’est de la douceur à l’état brut. Si les séances de farm ne vous posent pas de soucis et que vous n’attendez pas des personnages qu’ils interagissent entre eux, vous pouvez certainement lui donner une chance. Les histoires des protagonistes sont assez attachantes pour se laisser porter quelques heures, et pour peu que vous soyez en manque de J-RPG en tour par tour, ce sera toujours mieux qu’un Lost Sphere ou qu’un I Am Setsuna.

9 — Mario Tennis Aces

La Switch c’est vraiment la console de luxe pour les jeux en multi local. Pas compliqué quand on a la PS4 et la Xbox One en face, dont le catalogue multi local est proche du néant, mais quand même. Nintendo fait l’effort de sortir des jeux qu’on peut sortir entre potes ou en famille, et a décidé de le faire un peu mieux que sur Wii U. Mario Tennis Aces c’est certainement le meilleur jeu de tennis de ces dernières années (faut dire que les prétendants au titre étaient un peu flingués) et il oublie pas de bien changer les règles des opus précédents, histoire de découvrir une formule toute neuve. Le jeu est super nerveux, les courts ont tous des propriétés plus ou moins fun (selon ce que vous cherchez dans le fun, apparemment la foule qui traverse le terrain ça fait pas rire tout le monde) et selon les règles imposées, on peut se retrouver à jouer à un jeu de baston plus qu’à un jeu de tennis. Nintendo semble suivre le jeu avec des persos ajoutés régulièrement, mais une fois la surprise passée, on s’en lasse un peu, et en général on a toujours tendance à sortir Mario Kart (ou Smash Bros maintenant) plutôt que Mario Tennis. Le mode histoire était un peu faiblard et les stats sans intérêt, mais c’était pas non plus un mauvais moment à passer. Dans tous les cas, pour jouer seul ou à quatre, y’a toujours moyen de s’amuser, et j’en demandais pas plus après le Mario Tennis Wii U qui était vraiment une énorme daube.

8 —Pokémon Let’s Go Pikachu

Qu’ils sont beaux quand même

Ah lui aussi ça me fait de la peine de le mettre ici, parce que bon, c’est un peu une honte d’avoir sorti ce truc. Le système de capture éclaté, les possibilités en combat réduites au strict minimum, Kanto sur le devant de la scène une fois de plus, mais bon, je suis qui pour résister à la nostalgie ? J’ai kiffé me balader dans un Kanto un peu plus joli que d’habitude avec mon Pikachu sur l’épaule, j’ai rempli mon PokéDex bien comme il faut, j’ai fait quelques échanges avec des potes, et j’ai coiffé mon Pikachu avec une afro avant d’aller battre le maître de la ligue. C’est clairement le moins bon jeu de la liste, ou presque, mais si vous avez une envie pressante de Pokémon, ça peut vous faire remonter quelques souvenirs ou vous faire découvrir une région que vous avez potentiellement ratée. Si vous voulez plus de détails sur celui-là, j’ai écrit un truc dessus le mois dernier ! https://medium.com/@Aurablade/pok%C3%A9mon-lets-go-un-peu-trop-nostalgique-8d150d9d7217

7 — Hollow Knight

Alors oui je sais, Hollow Knight est pas sorti en 2018, mais sur Switch, si. Et j’avais envie d’en parler un peu parce que je l’avais pas encore fait alors que merde, qu’est-ce qu’il le mérite. D’ailleurs sa vraie date de sortie est l’unique raison qui fait qu’il est pas plus haut, parce qu’il m’a définitivement scotché. Une bande-son incroyable, du contenu à ne plus savoir quoi en faire, un gameplay millimétré comme on les aime, et surtout, cet univers quoi. Hollow Knight vous invite à découvrir un royaume en ruines peuplé d’insectes sur qui s’abat tous les maux possibles. Si quelques uns seront assez amicaux pour vous tolérer, voir vous aider, la plupart tenteront de vous massacrer, pour une raison inconnue. Tout le monde a perdu la raison, et vous semblez bien être le seul capable de résoudre ce problème. J’aimerais bien vous dire de foncer, de faire ce jeu incroyable et de l’aimer comme je l’ai aimé, mais faut garder en tête que le jeu est un poil dur, et que si vous n’aimez pas l’exploration, vous risquez d’en ressortir plus frustré qu’autre chose. Au pire, écoutez sa bande-son, ça marche aussi.

6 — Dark Souls Remastered

Ah bah oui lui il est sorti cette année et je m’en fous de savoir que vous y avez joué en 15 fps sur PS3 à l’époque. Non en vrai comment je suis archi saucé qu’il soit sorti sur Switch celui là parce que j’ai adoré. De base je suis pas fan de fantasy, j’ai lâché Game of Thrones et j’ai pas vu le Hobbit, en général là on me lance des cailloux et on me crache dessus (je rigole c’était seulement au collège ça). Mais Dark Souls c’est bien construit, c’est génial à jouer, c’est une direction artistique bluffante, et je sais même pas pourquoi j’en parle comme ça parce que ça fait des années que tout le monde l’encense ce putain de jeu. Cela-dit, j’avais pas accroché à l’époque, et cette fois-ci il m’a retourné la tête. En plus il vaut plus rien sur PS4 et PC, donc je peux que vous conseiller de foncer, c’est vraiment un jeu que je risque de refaire quelques fois, c’est presque aussi bien que Bloodborne. Et bien entendu encore une fois les musiques c’était génial, merci Sakuraba quoi.

5 — Persona 3 Dancing Moon Night

J’en parle pas tant que ça, mais je suis totalement dingue de jeux de rythme. Pas de trucs obscurs où l’achat d’une borne à 200 balles est nécessaire, mais quand même. En plus de ça, Persona 3 fait partie de mes jeux préférés, et ce spin-off débile m’a permis de revoir mes bébés d’amour en full HD sur grand écran. En plus de m’avoir donné envie d’un Persona 3 HD, Dancing Moon Night a quelques remixs vachement cool d’une OST qui dépotait pas mal à la base. En vrai c’est peut être lui le jeu le moins bon de la liste, mais je suis faible face au fanservice et j’ai payé 10 balles en plus juste pour voir Shinjiro se déhancher sur la piste. D’ailleurs j’ai même pas pris la version Européenne parce qu’en soit en dehors du jeu de rythme le reste m’intéresse pas des masses, mais il est officiellement sorti chez nous début décembre avec les versions Persona 4 PS4 et Persona 5. Selon vos préférences, choisissez bien, de mon côté, celui là c’est clairement mon préféré. En termes de gameplay j’ai déjà vu beaucoup mieux en jeu de rythme, mais bon, que voulez vous, j’ai très peu de résistance face au casting de ce jeu là.

4 — Dragon Ball Fighter Z

On arrive dans le haut du panier. Dragon Ball Fighter Z en plus d’être visuellement sublime, est probablement le meilleur jeu Dragon Ball à ce jour. De mon côté j’ai découvert la licence avec le manga y’a à peine deux ans, mais j’ose même pas imaginer comment les fans de l’anime doivent péter des cases à chaque plan que propose ce jeu. Et en plus de ça, le gameplay bute. C’est du versus fighting nerveux, les possibilités sont maboules et niveau personnages je demande plus que Goku Enfant et Videl. Je vais pas partir sur les points techniques parce que je suis pas assez qualifié, mais de ce côté là c’est au poil aussi, c’est un très bon jeu de baston et en plus de ça il est accessible et les tutoriels assez complets. Évidemment ça fonctionnera mieux si vous êtes fans de Goku, mais même sans ça, c’est juste un excellent jeu, le seul point noir c’est son mode histoire qui est juste vraiment pas bien, mais bon, personne prend un jeu de baston pour ça.

3 — Monster Hunter World

Le podium donc. J’aime vraiment Monster Hunter, j’ai pas autant d’heures de jeu que certains sur les jeux précédents, mais je suis toujours heureux de battre un gros monstre, et surtout de jouer avec des gens que j’apprécie. J’ai pas joué à MHW à sa sortie parce que j’avais pas de PS4 sous la main, mais une fois que je l’ai découvert sur PC ? Impossible de revenir en arrière. Le jeu est beau, plus dynamique que jamais, les environnements sont vivants et gigantesques, on a le droit à un doublage, et les nouveaux monstres sont géniaux. Le jeu est riche en contenu, la traduction est hilarante, et adieu les quêtes de récolte chiantes comme la pluie, place aux combats intenses, aux traques stressantes, et aux armes plus satisfaisantes que jamais. On pourrait croire que j’en fais des caisses, et encore une fois la presse a eu le temps de s’attaquer à ce jeu il y a un moment, mais j’écris ces mots un tout petit peu après l’annonce d’une extension pour l’année prochaine, et si ça veut dire que mon bébé Zinogre peut pointer le bout de son nez, je vais m’y replonger avec plaisir, et même là j’ai encore pas mal de trucs à faire parce que j’y ai même pas joué tant que ça. Si je voulais être chiant, je dirais que les musiques sont assez décevantes, la série nous a habitué à des thèmes mémorables, et c’est pas vraiment le cas ici, mis à part deux ou trois exceptions.

2 — Celeste

Bon sang, Celeste est probablement le jeu qui m’a le plus surpris cette année. De base, on me l’a vendu comme un platformer hardcore qui allait me faire criser. Au final, je me suis retrouvé avec un platformer hardcore qui m’a fait ressentir plein de choses. Derrière ses apparences de jeu indé comme on en voit tant, habillé d’une difficulté qui repoussera bon nombre de joueurs, se cache une perle aux reflets qu’on ne cesse d’admirer. Tout d’abord, la musique, composée par Lena Raine, accompagne le joueur avec brio tout le long de l’escalade. Les pistes sont toutes réussies, et participent énormément à l’ambiance déjà bien instaurée par les visuels très doux. C’est un tout qui empêche la frustration de monter à chaque échec (qui seront nombreux, attention), et c’est rafraichissant, à côté d’un Meat Boy qui se fera une joie de faire voler votre personnage en éclats à chaque scie circulaire qui passe. La courbe de progression est parfaitement gérée, Madeline a (quasiment) toutes ses capacités dès le début du jeu, mais l’évolution du level design pousse à découvrir les possibilités tout seul comme un grand, et ça fonctionne parfaitement. Et enfin, ces personnages. C’est bien le dernier truc que j’attendais dans un jeu pareil, mais chaque rencontre est marquante, et au mieux, touchante. Bizarrement, le jeu a abordé le sujet de la dépression d’une façon assez surprenante, mais ça a été assez pour m’atteindre. Celeste est vraiment un excellent jeu sur tous les points, et facilement un de mes jeux indés préférés aujourd’hui. J’ai bien envie de vous dire de l’acheter et d’apporter votre support à un jeu qui le mérite mais j’ai aussi conscience que c’est pas toujours évident donc voilà gardez le juste dans un coin et pensez-y si vous avez l’occasion, je crois qu’il est dispo sur quasi toutes les plateformes.

1 — Super Smash Bros. Ultimate

Wow quelle surprise.

On s’y attendait pas vraiment hein. Y’a peu de jeux que j’ai attendu autant que celui-ci. J’aurais tendance à dire Metal Gear Solid V, et Kingdom Hearts 3 qui approche rapidement, mais sinon niveau attente insupportable, Smash Bros Ultimate était bien placé. Déjà parce que la sortie d’un Smash Bros. c’est l’évènement qui va regrouper tout le monde un petit moment autour du même jeu, que chaque trailer avant et après la sortie pour annoncer un personnage c’est un grand moment accompagné des meilleures réactions possibles, et que tout le monde aime jouer à Smash Bros. quoi. Là on va finir avec un casting de 80 personnages, des guests comme Solid putain de Snake, des stars comme Mario et Link, des enfants, des chiots, des Pokémon, tous ici pour se mettre sur la gueule. Le jeu est loin d’être exempt de défauts, le online étant un des soucis principaux du jeu pour le moment (ce qui est plutôt honteux pour un jeu de combat hein) mais quel pied. Déjà j’ai eu droit à Daisy dans le jeu alors que Waluigi est toujours en train de pleurer avec sa raquette. Ensuite, c’est vraiment le jeu facile à sortir pour jouer avec n’importe qui, et c’est pas compliqué de faire jouer tout le monde, même en famille. La Switch permet aussi de jouer n’importe où, de façon bien plus confortable que sur 3DS, et à moins de jouer avec 8 Ice Climbers sur un stage géant, la console tient le 60 fps constant. Les améliorations apportées au jeu précédent font toutes plaisir, et en dehors des quelques choix douteux au niveau de l’ergonomie (qui je l’espère seront réglés avec une mise à jour) le jeu a tout pour éclater n’importe quel personne qui sait ce que c’est un jeu vidéo. Le mode aventure réussit ce qu’il entreprend (même si beaucoup voulaient un émissaire subspatial, je m’éclate vachement plus avec tous ces combats thématisés) et le mode classique est lui aussi vachement cool. Je regrette quand même l’absence des trophées, remplacés par 1300 esprits à collectionner sans description. Mais le contenu solo reste vachement fat, et puis c’est Smash Bros, il va tenir quelques années en multi, et les premières annonces de DLCs me chauffent déjà plus que de raison. Et allez, évidemment, la bande-son est complètement maboule, plus de 28 heures de musique de qualité, avec des remixes géniaux pour un bon nombre de licences, autant terminer là dessus.

Mentions spéciales

J’aimerais bien jouer à God of War et Red Dead Redemption 2 qui semblent être des jeux plutôt sympas, on va pas se mentir. Spiderman, lui, malgré les critiques plutôt positives, m’a laissé de marbre alors que j’étais archi chaud, au final je l’ai même pas terminé. Dead Cells a failli avoir sa place dans le top 10, mais j’ai préféré privilégier Hollow Knight qui m’a quand même vachement plus retourné la tête. Sonic Mania Plus c’est une extension que j’ai beaucoup apprécié aussi de par sa richesse et son amour pour la licence, mais je me voyais mal lui faire une place à part entière. Enfin, j’ai toujours l’extension Torna de Xenoblade 2 sur le feu, accompagné de Shin Megami Tensei: Strange Journey Redux, mais je risque d’y passer un moment. N’empêche que les deux sont cool et que je m’amuse à chaque fois que j’y retourne, manque plus qu’un peu de motivation pour en torcher au moins un des deux.

Et puis sinon en 2018

Là c’est la partie billet d’humeur et tout ce qui va avec. J’ai tellement de choses qui ont changé cette année que je sais pas trop par où commencer et je vais pas parler de tout non plus. J’ai quitté mon taff, j’ai rencontré plein de gens, j’ai quasi changé tout mon mode de vie en vrai. J’ai aussi un vrai appart, et dans l’immédiat j’ai décidé d’arrêter de me laisser abattre par tout ce qui passe et de me bouger un peu plus pour tout régler plutôt que de tout accumuler. Mon taff m’a probablement bien niqué et j’en suis même à voir un psy aujourd’hui, c’est pas un mal, mais ceux qui sont le plus proches de moi savent que c’était vraiment un boulot de merde et que j’aurais du me bouger avant de ce côté là. Je me suis remis à écrire aussi, pour moi cette fois-ci, parce que ça me permet d’évacuer, comme ici, ou juste parce que certains aiment lire ce que j’ai à raconter, concrètement même si ça paie pas les factures, ça me suffit quand c’est comme ça. Évidemment l’objectif sur le long terme c’est d’être lu et de payer les factures en plus, mais pour le moment, ça me convient. Je profite du temps que j’ai de libre pour apporter ce que je peux aux gens que j’apprécie parce que vraiment, beaucoup m’ont aidé et je sais pas trop comment j’aurais fait sinon ? Je commence un peu à comprendre ce que certains m’ont dit à propos de Paris quand je suis arrivé aussi, y’a tellement de trucs qui puent la merde mais pour le moment j’apprends à faire avec, puis si j’arrive à gérer tout le reste, on verra ensuite. J’espère juste me lancer sur la bonne voie, arrêter de faire de la merde comme trop souvent et gérer l’année qui arrive là. Désolé si c’était brouillon pour ceux qui ont lu jusqu’ici, j’espère que vous passerez une bonne fin d’année et que vous savez un peu plus que moi vers où vous allez. Merci à ceux qui ont lu, à ceux qui m’ont soutenu cette année, qui comptent beaucoup même quand je le dis pas souvent alors que c’est important.