TFE: Le bonheur est autour de vous.

Après mon premier projet de TFE: Smile, une campagne événementielle afin de partager des bonnes nouvelles, qui n’était pas assez axée sur le web, j’ai redéfinie ma problématique lors de la réalisation de Around.

Que ce soit pour Smile ou Around, les principaux thèmes sont le bonheur et l’optimisme. J’ai toujours eu un certain attachement avec ces thèmes. Avec une société qui nous inondent de mauvaises nouvelles et notre habitude à voir le verre à moitié vide, être optimiste tous les jours n’est pas une mince affaire. Pourtant si nous sommes autant pessimiste, c’est aussi la faute à notre vision du bonheur.

Pour Smile, je me suis concentré sur l’optimisme. Comment rendre les gens un peu plus positifs chaque jour? Comment peut-on faire sourire quelqu’un? Comment peut-on contre-attaquer cette avalanche de négativité des médias? Je me suis focalisé sur ce que les médias nous renvoyait afin de nous rendent plus heureux.

Alors que pour Around, je suis revenu au simple thème du bonheur. Et si au lieu que ce soit les médias qui nous rendent plus optimistes, on se rendrait compte que le bonheur vient simplement de nous?

J’ai alors débuté mes recherches sur cette problématique: qu’est-ce que le bonheur et comment il est perçu?


Une définition

Le bonheur est pour certain un grand objectif à atteindre et pour d’autre seulement de petits moments qu’on apprécie et qui nous rendent plus heureux. Les deux options ne sont pas mauvaises, mais démontrer un peu partout : les simples actions qu’on peut faire chaque jour et qui nous satisfait représente le bonheur.

Puisque ces actions nous rendent heureux pendant un instant, nous sommes plus positifs. Quand nous sommes plus optimistes, nous travaillons mieux, nous voulons être plus actifs, rencontrer, partager, aimer… Se fixer des objectifs contribue au succès, mais les atteindre ne fait pas le bonheur durable.

Pour beaucoup de personnes interrogés, le bonheur ne s’apprend pas. Et c’est là que la plupart se trompe. Ce n’est pas comme une leçon qu’il faut apprendre par cœur pour en connaitre la solution, mais il y a parfois des pensées ou des rituels à avoir pour comprendre ce qu’est le bonheur.

On peut ressentir et comprendre le bonheur quand on a ce déclic que celui-ci n’est pas un objectif, mais les plaisirs qu’on vit tous les jours : manger un plat qu’on adore, prendre une douche chaude après une journée de travail, rire avec des amis, ressentir la gratitude de quelqu’un, faire une bonne action…

Dans “L’apprentissage du bonheur”, Ben-Shahar évoque le cas des patients malades en phase terminal, qui semblent avoir pris conscience de la juste valeur des choses et réussir à apprécier la vie telle qu’elle est.

“La vie serait infiniment plus heureuse si seulement l’on pouvait naître à l’âge de quatre-vingts ans pour se rapprocher petit à petit de dix-huit ans.”- Mark Twain
Pour réaliser le potentiel de bonheur que nous avons en nous, il faut d’abord accepter l’idée que tout est là.

Simplicité et rituels

Le bonheur est simple. Ces activités plaisantes ou ces petits plaisirs peuvent ne pas rendre heureux si on est trop débordé. Comme pour un parent, comment peut-il apprécier le temps passé avec ces enfants le soir s’il a une tonne de choses à faire.

Il faut alors simplement simplifier. Le changement ne se fait pas du jour au lendemain, mais faire un petit pas chaque jour est la meilleure solution. Il faut toujours prendre le temps de réaliser ce que l’on veut comme il faut.

Pour prendre le temps d’apprécier une chose à sa juste valeur, il faut parfois changer ces habitudes. S’obliger pendant quelque temps à de nouvelles habitudes crée dans notre cerveau de nouvelles connexions en seulement 30 jours. Ces nouvelles habitudes deviendront donc naturelles.

Il faut alors créer des rituels. Un rituel est une action que l’on accomplit parce que l’on en a envie, ça n’est pas une obligation sinon ça ne serait ni efficace ni durable.

Un rituel peut être: écrire son journal pour avancer, progresser, faire de l’exercice qui a des vertus antidépressives et améliore la mémoire, développer et utiliser la pleine conscience en méditant, en respirant ou en vivant l’instant présent, ranger, faire une seule chose à la fois, prendre son temps, devenir curieux, faire les choses pour soi-même et non pour recevoir de la reconnaissance des autres, écrire une lettre de gratitude pour quelqu’un et lui lire à haute voix, se réjouir du succès des autres, cesser de procrastiner…

Apporter du bonheur aux autres nous rend heureux, et pour apporter du bonheur aux autres il faut être heureux soi-même.

Orientation

  • Avec cette citation de Florence Servan-Schreiber : “Si on savait, dans sa journée, repérer 3 événements, goûts, rencontres, images, sensations, morceaux de musique qui nous avaient fait du bien cela nous permettait de vivre plus longtemps et en meilleure santé. C’est toute la force de savoir exprimer sa gratitude, de détecter les 3 éléments qui nous portent, nous rassurent, nous confortent et surtout nous rendent heureux de vivre ce qu’on vit et qui vont nous permettent de dire merci à la vie, à quelqu’un, à soi-même.”
  • Et avec l’expérience 100 days without fear, qui montre bien que réaliser et dépasser une étape peut nous changer.

Ma problématique serait: comment pourrait-on se rendre compte que le bonheur est autour de nous?

J’ai pensé que mon projet pourrait s’orienter vers une application mobile qui permet de mettre en avant les petits pas que l’on fait chaque jours qui nous rend heureux et de prendre conscience du bonheur que l’on a autour de nous.

Plus en détails

Au départ, j’avais pensé à un genre de chat que pourrait avoir l’utilisateur avec l’application afin de trouver une solution pour être plus positif. Mais le fait qu’on discute avec une sorte d’intelligence informatique m’a dérangé. J’aimerais que l’utilisateur se retrouve à redécouvrir ce qu’il a autour de lui et en lui. Un sourire, un geste de politesse, un paysage peut amener de la joie.

C’est pour cela que l’idée d’une application mobile qui nous donnerait de petites actions à faire ou à prendre conscience me paraît plus adéquate.

Article suivant >

Like what you read? Give Auriana Bastian a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.