L’ “amour”

Ils parlent de l’amour comme s’il existait.. Ils en parlent comme s’ils l’avaient ressenti, vécu..
Ils parlent des battements de cœurs, des corps qui tremblent, des nuits sans sommeil, des sourires bêtes, des fièvres saines… Ils en parlent comme s’ils les avaient ressenti, vécu…
Ils se trompent, certains le savent, d’autres le seront, mais tous continuent à se berner, à se mentir.. Ils croient que l’amour est un sentiment pur et éthéré, qu’il régit notre monde et qu’il lie les êtres. Ils pensent qu’on peut aimer, qu’on peut nous aimer, que ça changerait quelque chose… Ils ne sont pas sots, juste désespérés, apeurés, attristés et ont besoin d’ “aimer” pour exister !
Comment ne pas être tenter par l’amour, par cet abstrait aux couleurs concrètes ? Comment se retenir de vivre dans un monde utopique, le temps d’une histoire, d’une durée, d’un “amour” ?
Non, je n’ai pas la haine. Je n’ai pas juste pas d’”amour”. J’y ai cru, j’y crois peut-être encore ! J’en ai besoin, tout comme eux. Je ne peux avancer, sans ce mensonge. Ils le définissent de l’ombre de leur chagrin, de la douceur de leur bonheur. Ils disent de lui ce qu’on disait des muses, des mythes..
Si j’avais à le définir, l’amour serait une description de tout manquement apaisé ou en volonté d’être apaisé ! L’amour est tout ce dont on a besoin ou peut-être tout simplement de tout ce qu’on croit devoir avoir, devoir ressentir, devoir vivre. L’amour est ce que nous voulons de lui qu’il soit ! Remplir un vide, renforcer notre ego, se sentir moins seul, rigoler, sortir, pleurer, injurer, trahir, en vouloir, motiver, détruire… L’amour est comme un flatteur, il ne vit qu’au dépend de ceux qui l’écoutent.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.