Un matin comme les autres

Ce matin est un de ces jours où l’on aimerait massacrer à coup de pelle toutes personnes souriantes venant nous souhaiter bonjour. Mais, on ne le fait pas. On sourit, d’un sourire non hypocrite mais de ce demi-sourire que l’on fait tous quand tout va mal, et on dit : Bonjour. On va même à demander des nouvelles des autres. Après tout, ils ne nous ont rien fait, du moins, toujours pas. Tout le monde semble de bonne humeur. Ma mère qui gueule à chaque vêtement ramassé par terre. Mon petit frère qui critique ma gueule de bois et tout le reste. Les voisins qui se disputent parce que le petit à demander l’argent de l’excursion. Mais ils ont cet air jovial après chaque coup de gueule. On dirait qu’ils se libèrent ainsi. Ils crient, parlent à très haute voix, une voix aiguë mais assez grave pour rester marquer dans les mémoires des gens non matinaux, moi. Et comme si ce n’était pas suffisant, il fait beau temps. Enfin pour eux, j’aurai préféré la pluie moi. Le soleil est tapant, il n’y a aucun oiseau qui gazouille. Mais ils le font surement, loin de chez moi ou de moi.. J’ai lu ce matin, que le marocain lisait une page par an. On aurait pu ne pas le citer, ça aurait été moins humiliant pour certains. Ceux, qui veulent l’européaniser ou qui en ont simplement hontes. Pourtant, les marocains sont cultivés. Ils sont à l’affût des actualités, parfois un peu trop. Ils ont le cœur tellement grands mais gros qu’ils ne peuvent supporter en plus de lire des vérités qu’ils ne veulent entendre, qu’ils veulent ignorer. Lire un roman d’amour, serait leur rappeler le vide de leur vie. Lire des écrits historiens et politiques leur rappelleraient uniquement leur bassesse dans l’histoire. Et ils en ont assez vécu… de souffrances, d’humiliations, d’incompréhensions, de jugements, de terreurs.. Je ne dis pas qu’il ne faut pas lire, loin de là. Il faut faire face aux vérités dures et drues du monde ! Il faut avoir le courage de se sentir ignorant, car on l’est tous, et d’y remédier. On ne peut rien à un peuple qu’on peut berner. Non qu’il soit con, mais simplement parce qu’il n’a pas les bons arguments en main ! Le soleil est moins frappant que tout à l’heure. Des boules de plumes aux couleurs nuance cafard, se mettent à faire du bruit, ils chantent soi-disant. Je rangerai ma pelle, aujourd’hui, elle me servira après… j’en suis sure.