Chère marcheuse, cher marcheur,

Benjamin Griveaux
Jun 20 · 5 min read

Depuis trois ans, nous marchons ensemble pour transformer la France et l’Europe. Cette marche est née d’un pari fou. Celui de nous engager collectivement dans une aventure politique d’un genre nouveau. Loin des appareils, nous avons décidé de réunir des personnes de bonne volonté, femmes et hommes, jeunes et expérimentés, ruraux et urbains, avec un objectif commun : que nos concitoyens ne soient plus le décor de la vie politique française, mais en redeviennent le coeur battant. Nous avons pour cela décidé ensemble que nous ne nous attacherions pas aux étiquettes politiques du passé pour bâtir la France et l’Europe de demain. Et c’est ce que nous avons fait depuis trois ans en renouvelant comme jamais les visages de celles et ceux qui siègent à l’Assemblée Nationale, ou des membres du gouvernement.

Ce mouvement sans précédent de transformation politique, économique et sociale de notre pays, j’ai eu l’immense honneur de l’accompagner en portant la parole de notre candidat Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, puis à Bercy et comme porte-parole du gouvernement. Depuis deux mois, du projet de loi sur la restauration de Notre-Dame à la Loi d’Orientation des Mobilités, j’oeuvre sur les bancs de l’Assemblée Nationale où les électeurs de la 5ème circonscription de Paris ont décidé que je les représenterai.Comme co-fondateur de notre mouvement, je mesure mieux que personne combien c’est d’abord votre énergie et votre enthousiasme qui nous ont permis de renverser des montagnes.

Après ces deux premières années du quinquennat, notre pays commence à retrouver des couleurs et semble, enfin, conjurer ses vieux démons du pessimisme et du défaitisme. Nous avons aussi commis quelques erreurs, à n’en pas douter. Nous les avons reconnues pour pouvoir mieux avancer car un pouvoir sourd aux attentes de sa population est un pouvoir empêché.

Pour que la transformation que nous appelons de nos voeux se matérialise concrètement dans la vie de nos concitoyens et qu’elle soit synonyme pour chacun d’émancipation et de justice, nous devons agir dans nos villes, au plus près de nos concitoyens. C’est ce que j’appelle le « temps des maires ». C’est pour cela que je suis candidat à l’investiture de notre mouvement pour transformer la ville qui m’a adopté lorsque j’y suis arrivé étudiant en 1995 et dans laquelle j’élève mes enfants, avec un seul objectif : rendre à chacun le plaisir et la fierté de vivre à Paris.

Depuis un an, nous nous sommes tous mobilisés autour d’une opération dont l’envergure n’a pas d’équivalent dans l’histoire parisienne : Paris & Moi !

Vous le savez mieux que personne, vous qui avez fait de Paris & Moi un succès.

A l’issue de semaines passées à la sortie des 303 stations de métro, près d‘un millier de marcheurs ont recueilli 7 000 questionnaires et près de 14 000 témoignages. Il a fallu une équipe de 30 bénévoles pour les analyser et enrichir ainsi les réflexions des 15 groupes de travail thématiques de LaREM Paris. Cette démarche s’est accompagnée d’un travail précieux de formation de centaines de citoyens permettant de préparer les prochaines échéances et d’identifier les nouveaux visages qui représenteront notre mouvement à cette occasion.

C’est en ayant à l’esprit cette méthode — écoute et proximité — et les résultats de ce travail colossal que je suis allé à la rencontre des Parisiens ; pour affiner mon regard, confirmer des intuitions, bousculer mes certitudes et pour, in fine, trouver avec les Parisiens les réponses à leurs questions.

Je veux que notre projet pour Paris s’inscrive dans la cohérence de la méthode d’En Marche et qu’il s’organise autour des quatre grands axes prioritaires dont les Parisiens nous ont parlé et qui ont été présentés en janvier dernier au Trianon :

  • Remettre de l’ordre dans l’espace public pour retrouver une Ville agréable, sûre et propre,
  • Améliorer la qualité de l’air en répondant à tous les besoins de mobilité,
  • Lutter contre la grande exclusion et la solitude, notamment des parents célibataires et des personnes âgées,
  • Faire revenir les classes moyennes à Paris et promouvoir une politique du logement, de l’emploi et de l’attractivité à l’échelle du Grand Paris.

Notre projet, nous allons le construire ensemble ces prochains mois.Mais nous ne le ferons pas seuls dans notre coin, recroquevillés sur nous-mêmes. Si je suis désigné pour être votre candidat à Paris, je souhaite lancer au mois de septembre une grande plate-forme de délibération pour permettre aux Parisiens de débattre, de proposer et de voter. Depuis la Grande Marche jusqu’à la récente convention citoyenne sur le climat, notre méthode c’est de faire confiance au dialogue et à l’intelligence collective : d’abord, en allant écouter les Parisiens, puis en co-construisant notre projet avec eux. Ecouter, consulter, proposer et décider ensemble. C’est notre ADN depuis les premiers jours pour permettre à chacun de s’engager, pour faire émerger de nouveaux talents, pour faire tomber les barrières tenaces qui tiennent encore éloignés de la vie publique un trop grand nombre de nos concitoyens.

Avec des talents et des parcours aussi variés que ceux d’Anne, d’Antonio, de Cédric, d’Hugues et de Mounir, nous allons proposer aux Parisiens le projet et la méthode les plus innovants. Je fais une entière confiance à notre mouvement pour choisir la meilleure candidate ou le meilleur candidat derrière qui nous ferons tous campagne jusqu’à la victoire.

Voilà à quoi je vais employer toute mon énergie dans les mois qui viennent : non pas « gagner Paris », mais faire gagner tous les Parisiens.

Vous pouvez compter sur mon engagement !

    Benjamin Griveaux

    Written by

    Député de Paris, candidat à la mairie de Paris pour rendre aux Parisiens le plaisir et la fierté de vivre à Paris