Circomedia

A l’autel du cirque


Des monocycles accrochés aux arches de bois, un trapèze suspendu à la nef et de grands rideaux noirs qui cachent l’autel. Bienvenue à Saint Paul’s Church, l’église la plus théâtrale du Sud-Ouest de l’Angleterre.

A peine la lourde porte de l’église franchie, une mélodie enjouée et rythmée accueille le visiteur. Pas de prêtres ou de fidèles présents mais des techniciens et les élèves de Circomedia. L’école de cirque contemporain et de théâtre physique à la renommée nationale a investi les lieux il y a dix ans. Elle a donné une seconde vie à Saint Paul vouée à la ruine.

“Quand nous sommes arrivés, l’église était abandonnée et dans un état lamentable. Nous lui avons rendu son côté imaculé et spirituel par notre travail de restauration et notre art”. Rebecca Fitzgerald, la directrice commerciale de l’école, n’a aucun doute : Circomedia était la chance de Saint Paul, et non le contraire. “Bien sûr, cet espace visuel et unique nous permet d’affirmer notre présence dans la ville et nous donne un profil”.

Circomedia a gagné le prix de la meilleure réutilisation d’un bâtiment historique.

The Churches Conservation Trust, l’association caritative nationale qui a lancé l’appel d’offre pour reprendre Saint Paul en 2005, ne leur a posé qu’une seule condition: conserver l’ornement déjà présent et respecter la sacralité du lieu. “Nous entretenons de très bonnes relations avec l’association, affirme Rebecca. Vous ne verrez jamais de scènes de nu ici”. Si le religieux s’impose encore sur les murs, il disparaît dès que les artistes entrent en scène et planent sous la nef.

Entre philanthropie et acrobaties

Circomedia n’est pas qu’une simple école de cirque. Elle promeut la performance artistique pour les enfants, les jeunes en difficultés et les personnes handicapées en partenariat avec la ville et ses organisations. Rendre la culture du cirque plus accessible reste sa clé de voûte.

Des classes pour les 5–14 ans, le Youth Circus, a un succès fou après l’école. Plus de cent élèves participent à ce programme de découverte du cirque et Circomedia veut continuer l’aventure. Elle compte bien accueillir de plus en plus de petits acrobates en herbe à Saint Paul l’année prochaine.

Les Seconde année répètent leur enchaînements acrobatiques avant leur performance du lendemain.

Les 82 élèves permanents de l’école jouissent d’un lieu exceptionnel et le caractère religieux de leur environnement de travail ne leur pose aucun problème. Bien au contraire. “Je ne suis pas croyante mais je pense surtout que c’est une incroyable évolution pour Saint Paul, explique Liz, jeune acrobate de 19 ans. L’école a enrichi l’architecture de l’église”.

Le second plus grand trapèze d’intérieur d’Angleterre se balance doucement au dessus des jeunes acrobates qui s’entraînent. Demain, ils envahiront l’espace de la nef de l’église avec leurs performances aériennes. En parfaite communion avec leur art et le sacré.

Les techniciens prennent place à Saint Paul avant le spectable de demain.
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.