Growth Hacking, growth hacking… Et le social hacking tu connais?

Je vous écris cet article suite à une question qui nous a été posée à la suite du pitch de présentation de ma startup.

Quelle stratégie de growth hacking allez-vous mettre en place?

Encore plus qu’il s’agissait de la première question posée de la part du jury.

En effet, pour une startup en early stage comme la notre, le plus important n’est-il pas avant tout la croissance?
Il est certain que l’automatisation des process et le fait d’être “data driven” sont des facteurs importants pour une stratégie d’acquisition, d’activation et de rétention.

Ce qui m’embête là-dedans, c’est qu’à force de voir le terme growth hacking repris pour tout, on voudrait nous laisser penser que si l’on n’utilise pas d’astuces, ni de hacks, notre startup serait vouée à l’échec. A l’instar de Hotmail par exemple et de son fameux “P.S. i love you. Get your free email at Hotmail”.

Aujourd’hui, la plupart des entrepreneurs font de l’ensemble de ces techniques, la recette du succès.

Je me dis pourtant que s’ils ont lu assidument les blogs posts de Sean Ellis, ils sont sûrement tombés sur le fameux essai de Paul Graham “Do things that don’t scale”.

On comprend dans cet essai, que beaucoup d’entrepreneurs veulent “scaler” trop vite et ne se concentrent pas assez sur ce qui importe vraiment.

Or, deux choses sont essentielles lorsque l’on démarre une startup:
- Avoir un (bon) produit qui répond à un besoin.
- Rencontrer, connaître et apprendre de ses premiers utilisateurs.

Après et seulement après, on pourra aborder les A/B testings, processus d’automatisations etc…

Et si la rencontre était le meilleur levier de croissance pour votre startup?

En tant que fondateur, vous êtes et devez être un “hustler”, un commercial dans l’âme. J’entends par là que vous devez être empathique, ouvert et humain.

Vous me direz, comment est-il possible de rencontrer l’ensemble de notre cible, de nos utilisateurs?

Je répondrai simplement que l’une des clés pour une startup est de savoir se fixer des objectifs mesurable et à notre portée.
Il ne sert à rien d’avoir un produit moyen et de le vendre à la Terre entière. Mieux vaut commencer avec un “killer product” et une cible bien segmentée.

Beaucoup de startups ont pris leur envol en se concentrant tout d’abord sur un segment réduit d’utilisateurs, de manière à obtenir un bon taux d’engagement, dans le but de s’étendre une fois avoir atteint le Product/Market fit.

Il est impératif pour tout entrepreneur de communiquer de façon transparente auprès de ses premiers clients. Cela paraît évident, mais beaucoup tentent d’éviter cette phase par timidité ou simplement par lassitude. Au lieu de faire une énième optimisation de sa landing page, il serait bon de décrocher le téléphone ou d’organiser même 10 fois par jour s’il le faut, des appels Skype avec sa communauté.

De toutes les techniques de croissance, c’est bien celle ci qui vous permettra de connaître au maximum votre marché, le comportement de vos utilisateurs et qui vous laissera passer à la vitesse supérieure.

Ces startups qui sont allées chercher leurs utilisateurs à la main

Airbnb:

Si l’on parle sans arrêt du hack de Airbnb sur Craigslist, on a souvent tendance à oublier que les trois co-fondateurs ont tout d’abord commencé par du porte à porte, et sont allés chercher leurs premiers clients comme cela.

Pinterest:

Ben Silbermann a récemment raconté avoir passé beaucoup de temps dans les bars, en s’adressant aux gens sur place et en leur demandant d’essayer son site internet. De telle sorte qu’il récoltait les feedbacks en direct, quand on voit ce que Pinterest représente aujourd’hui…

Stripe:

La stratégie de Stripe consistait à recruter des early adopters d’autres startups.
Leur stratégie de “collision installation” était simple:

Veux-tu essayer ma Bêta?
Oui.
Donne moi on ordinateur, je te l’installe.

En clair, ma réponse à la question du jury. La technique de growth hacking que j’utilise, c’est le social hacking. Je vais à la rencontre des gens, je leur parle, j’apprends d’eux et je recommence.

A single golf clap? Or a long standing ovation?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.