Voyage au monde des médias

Bonjour chers lecteurs, j’écris ce blog dans le cadre de mon cours de communication CMN1560.

“Aucune circonstance ne réveille en nous un étranger dont nous n’aurions rien soupçonné. Vivre, c’est naître lentement. Il serait un peu trop aisé d’emprunter des âmes toutes” Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes.

Ceci résume pourquoi moi, l’ingénieur en mécanique, a décidé de prendre ce cours. J’avais toujours envie de découvrir les autres programmes qui n’ont aucune relation avec l’ingénierie. En effet, la plupart de mes amis dans le domaine de l’ingénierie disent que ces cours tel que communication, psychologie etc. sont faciles, et qu’ils ne servent à rien. À mon avis, il n’y a rien dans ce monde qui ne sert à rien, il y a une raison pour n’importe quelle existence et c’est ce que je viens de confirmer à la fin de ce cours.

Pendant ma journée au monde de la communication et des médias, j’ai appris à voir les choses autrement, à voir les choses d’une autre perspective. En effet, j’approuve que, jusqu’à ce moment, j’étais plutôt matérialiste, ma vision penchait à celle des sciences exactes. Je trouvais que tout est fait par les maths, la physique etc… Et que la science est la base de notre vie; sans la matière rien ne peut être construit. J’avoue que toute ma perspective pour la vie n’était pas complétement fausse mais elle fut modifiée sans doute. J’avoue que j’ai sous-estimé le coté humaniste, social et communicatif de notre vie.

La communication était assez simple selon moi. Elle se manifeste soit dans les discours oraux, soit dans les dessins techniques qu’on utilise en mécanique.

Ces dessins sont conventionnels et tout le monde, ayant une formation en mécanique, peut les comprendre. Mais, en assistant à ce cours, je fus étonné par l’importance de la communication de nos jours et par les effets de son développement sur les divers domaines.

La communication est beaucoup plus compliquée qu’elle ne l’apparait et, certainement, elle a des racines historiques qui datent de quelques milliers d’années. La communication a toujours existé mais elle se manifesta de diverses manières à travers l’évolution de l’homo-sapiens. Au début elle était complètement orale, puis elle commença à se présenter sous forme de symboles et de signes aggravés dans les caves et les montagnes. À ce point, tout le monde était content, on pouvait échanger de l’information et transmettre des idées. Mais ce ne fut pas assez. À cet ordre, l’Homme a inventé les alphabets desquels naquit l’écriture. De nos jours, bien qu’une majorité sache écrire, seule une minorité connait l’immense influence que possède l’écriture sur notre présent. L’écriture a facilité l’enregistrement de l’information d’une façon conventionnelle. Autrement dit, chaque individu qui sait lire et écrire a accès à l’information. Et donc l’écriture a permis l’expansion de l’information à grande échelle .Cela a généré le développement des autres sciences et technologies.

Ce que j’ai trouvé intéressant dans mon cours est que parmi les technologies développées grâce à l’écriture, on trouve l’imprimerie! Quelle merveille!
 Je peux vous dire, et je pense que mon professeur P. Lévy sera d’accord avec moi, que l’imprimerie a changé le destin de l’humanité sur toute la planète. L’imprimerie a permis l’expansion des principaux ouvrages religieux et scientifiques (La Bible, Les Élements d’Euclide…)à grandes échelles partout dans le monde, c’est-à-dire le monde commençait à devenir ‘sur la même longueur d’onde’. L’échange de l’information fut le point de départ de plusieurs siècles de progrès scientifique puis technologique, un progrès qui n’a jamais cessé jusqu’à aujourd’hui.

Après l’écriture, il eut un cheminement de développement qui a englobé une diversité de domaine. Je cite, ainsi, le développement des sciences et donc des technologies : un progrès si énorme qu’il a engendré une révolution dans l’industrie et même, mes chers lecteur, la politique. En effet, il y a beaucoup de politicien tel qu’Hitler et Mussolini qui ont utilisé ces technologies pour publier leurs idées fasciste et dictatoriales et faire de la propagande pendant la 2ème guerre mondiale. Et quand je dis guerre mondiale vous savez très bien comment cela a affecté notre présent. Certes, certaines personnes ont mal utilisé les technologies développées grâce à l’écriture, cependant il y a aussi des bonnes utilisations. Les plus fameuses c’est la création d’internet. Cette dernière est une évolution dans le monde des médias. Elle a permis une connexion internationale et en temps réelle entre tous les pays du monde. Aujourd’hui on a accès à n’importe quelle information quand est ce qu’on veut et où est ce qu’on est.

Aussi perturbant que cela ne peut apparaitre à première vue, l’influence de la toile virtuelle ne cesse de grandir pour dépasser le stade d’une commodité. Oui! Être connecté à Internet est aujourd’hui une obligation et l’exemple le plus pertinent est celui des universités, en particulier notre université. Et s’il y a de plus en plus de sceptiques qui ne cessent de nous rappeler les méfaits d’Internet, une grande majorité a déjà compris que ce réseau possède plus d’avantages que de désavantages. Il est indispensable dans tous les domaines.

Durant une petite vision futuriste qu’on a faite durant les derniers cours, on a imaginé le monde en 2035, un monde où le potentiel d’Internet sera beaucoup plus exploité que ça soit dans le domaine éducatif qui sera sûrement plus orienté aux besoins spécifiques de chaque étudiant ou sur le domaine social et intellectuel où Mr. Levy prédit une révolution dans les sciences humaines.

Moi, qui ne comprenait que les aspects pratiques de la science, se voit intellectuellement bouleversé par la puissance de la communication .Moi, qui ne voyait en internet qu’un tas de codes et d’algorithmes, le perçoit d’une autre perspective, une perspective plus humaine et surtout plus profonde.

Que nous réserve l’avenir ? Mes chers lecteurs, je ne peux vous répondre mais je peux vous dire d’être optimiste et avoir foi en l’Homme car d’autant plus qu’il est capable de désastres, il a le pouvoir de se corriger et de se développer.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.