Comment cultiver des laitues avec technique hydroponique

Redonner le goût de la terre

L’année 2016 est pour moi une année paradoxale : d’un côté nous avons les lobbies agro-pharmaceutiques qui ne cessent de garder et d’accroître leur emprise sur la manière dont nous devons nous nourrir pour mieux nous guérir. Il y a également ces accords de la COP21 qui se veulent très politiquement correct et qui selon tous les experts ne permettront pas d’atteindre les objectifs liés au réchauffement climatique. De l’autre côté nous avons de fabuleuses initiatives citoyennes comme Fermes d’Avenir, Ciel mon radis, La sauge mais également Acteur Paris Durable et j’en passe, qui essaient de changer les mentalités en rééduquant et reconnectant les citoyens à la terre. Depuis les années 50 et l’arrivée de la monoculture intensive, nous avons progressivement perdu (la France et plus largement les pays occidentaux) notre savoir faire lié à la terre (il n’y a qu’à voir les agriculteurs d’aujourd’hui, qui ne touchent plus du tout à la terre si ce n’est avec leurs tracteurs). La perte de ce savoir-faire est la conséquence de cette catastrophe écologique que nous subissons aujourd’hui. Nous sommes dans une phase de déconnection avec la terre dans laquelle notre génération (celle des Y) ne sait même pas si un ananas pousse dans la terre ou sur un arbre. Comment pouvons-nous changer les choses si 90% de la population ne parle pas la langue de la terre ? C’est à cet effet que le documentaire « Demain » aura l’impact souhaité sur le court-terme mais très peu sur le long-terme ! On ne comprend pas et on ne s’identifie pas à la sémantique des personnes interrogées. Je ne prône pas un exode urbain, loin de là, je pense plutôt que l’avenir de l’agriculture saine et bio se fera avec les technologies d’aujourd’hui.

Je constate seulement, et cela beaucoup le disent déjà, que la résolution de cette catastrophe passera par les consommateurs (par nous) et donc par sa reconnexion à la terre. Je suis convaincu que ces initiatives de sensibilisation permettront, sur le long terme, aux citoyens d’être en empathie avec la terre et donc de changer leur décisions qui impactent directement l’environnement. 
 
 Ces initiatives peuvent avoir lieu en milieu rural comme urbain dès lors qu’elles sensibilisent un maximum de français. A la suite d’un entretien pour un job, j’ai dû effectuer un exercice sur la culture de laitue dans un conteneur. Cela m’a tellement intéressé que j’ai écrit ce petit dossier. Je souhaite le partager car il peut également servir à ceux qui n’auraient pas de jardin et qui souhaiteraient cultiver chez eux, dans une pièce peu lumineuse ou une cave, de la laitue ! Une première étape vers cette fameuse reconnexion !

La première étape était donc de rassembler un maximum de données et d’informations pertinentes afin de savoir si ce légume était adapté à la culture hydroponique. La deuxième était de trier puis d’exploiter ces informations pour atteindre une culture très productive et de qualité. La troisième serait de mettre en place plusieurs cultures de laitue romaines selon différentes techniques hydroponiques afin de déterminer la culture la plus rentable en termes de quantité et de qualité. Enfin la quatrième étape serait d’appliquer cette culture dans les conteneurs, le tout en un temps très limité.

Mon objectif : apprendre par la pratique

L’objectif de ces quelques jours de recherche était d’apprendre suffisamment pour commencer un prototype de culture en passant de la semence à la récolte, tout en gardant à l’esprit le côté productif et qualitatif de la culture.

Le projet est de produire des laitues fraîches et en abondance en raccourcissant les cycles de croissance (donc en produisant plus vite) et en réduisant au maximum les coûts.

- La technique NFT semble être la plus appropriée pour ce projet car peu risquée(elle est répandue et considérée comme fiable dans la culture de laitue)

Dans un premier temps, je présenterai les conditions optimales (température, humidité etc,) pour la culture de la laitue hors sol en intérieur. Dans un deuxième temps, je détaillerai tous les aspects techniques important liés à cette culture. Enfin, dans un troisième temps, je proposerai un plan de développement pour le projet (le plus cohérent possible) afin de le rendre opérationnel le plus rapidement possible.

I- PROPRIETES DE LA LAITUE ROMAINE

La laitue romaine présente différentes variétés qu’il faudra sélectionner en fonction de leur saveur mais également de leur capacité à croître dans un milieu clos.

  • Laitue Romaine “Ballon” : Variété rustique de l’été à l’automne. Pomme large et volumineuse vert pâle.
  • Laitue Romaine “Blonde Maraîchère” : Variété à feuilles vertes blondes, très serrées et craquantes.
  • Laitue Romaine “Féria” : Variété originale et goûteuse avec des feuilles vertes et rouges.
  • Laitue Romaine “Rouge d’Hiver” : Variété très résistante au froid pour des semis tardifs. Les longues feuilles vertes sont teintées de brun-rouge.
  • Laitue Romaine “Tantan” : Variété de petite taille, résistante à la montaison ; elle peut se récolter du mois de mai au mois d’octobre.
  • Laitue Romaine “Verde Inverno” : Variété verte d’hiver résistante au froid avec des longues feuilles vertes bien serrées.
  • Laitue Romaine “Verte Maraîchère” : Variété très ancienne, rustique, résistante au froid avec des grandes feuilles vert foncé.
  • Laitue Romaine “Xanadu” : Variété hivernale de petite taille idéale pour les cultures sous abri. (1)

Pour obtenir les données les plus précises sur la culture de la laitue romaine, j’ai croisé plusieurs études. Celle qui reste, à mon sens, la plus précise et sérieuse est une recherche réalisée par des Italiens sur la culture hors sol et en intérieur de la laitue que vous trouverez dans la bibliographie (2). Cette étude compare plusieurs tests de culture en changeant deux données : la température et la radiation des lampes. Elle concerne la laitue Lactuca sativa de variété capitata qui est très proche de la variété romaine. Les autres études sont tout aussi précises et vont confirmer les conditions nécessaires pour la culture de laitue. (3)

Voici les conditions idéales pour cultiver les laitues romaines hors-sol :

Les graines (dormance)

Les graines : on compte 600 à 1000 graines au gramme. La graine se conserve trois à quatre ans à une température de 10°C et une humidité relative de 30% mais elle demeure très sensible à l’excès d’humidité́. Les graines ont une inaptitude à germer (dormance) pendant deux à six mois après récolte. En principe, un stockage au froid avec une hygrométrie élevée pendant quelques jours suffit à lever la dormance. Il est admis que les meilleures graines sont celles de deux ans et qu’une laitue monte d’autant moins vite à graines que sa germination a été́ rapide. La dormance sera levée par un traitement au froid à 4°C pendant 2–3 jours. (1)

Culture des semis :

  • Temps de culture des semis : estimé entre sept et dix jours
  • Température : la pousse des semis est généralement conduite dans un environnement contrôlé avec une température de 25°C idéalement (2). Une autre étude vous dira que la température idéale reste 20°C. (4)
  • Humidité et C02 : l’avantage avec les laitues en général c’est qu’elle se contente d’une humidité relative entre 40 et 60% et à une concentration de C02 normale.
  • Intensité lumineuse de : 175 micromol/m2/sec (PPDF) (2)
  • Photopériodisme : les semis laitues ont besoin de 14 à 16 heures de soleil afin de pouvoir produire de grosses feuilles bien fournies. Baisser de 6°C la température la nuit, une fois les LEDs éteints afin de reposer les pousses et les mettre dans des conditions périodiques naturelles. (4)
  • Distance entre pousses et LED: 10cm
  • Spectre : 600–630 nm. « Pour le spectre le fait d’avoir la valeur PPDF ne signifiera pas nécessairement que les plantes auront une croissance optimale. En fait, les mesures PPF/PPFD ne sont pas précises car elles ne donnent aucune information concernant les intensités relatives aux longueurs d’ondes spécifiques. Deux illustres scientifiques, McCree et Inada, ont établi le spectre de croissance optimal, montrant l’impact de la qualité de la lumière sur la photosynthèse. La Courbe de Rendement Quantique, aussi connue sous le nom de courbe de Flux Photonique de Rendement YPF (Yield Photon Flux) ou courbe de McCree, est grandement utilisée pour évaluer l’impact de la qualité et de la quantité de lumière sur la photosynthèse. La courbe montre que les photons rouges et oranges situés entre 600 et 630 nm procurent 25% plus de photosynthèse que les photons bleus situés entre 400 et 540 nm. Faire une mesure PAR à 100% de lumière bleue donnera donc quand même des valeurs PPF/PPFD importantes. Ce n’est donc pas parce qu’une lampe de croissance a de hautes valeurs PPF/PPFD que vos plantes pousseront bien : il faut donc prendre en compte le spectre. » (5)

Cet extrait d’un site spécialisé dans l’éclairage horticole nous indique quel est le spectre le plus approprié pour les plantules de laitues. Nous savons que les spectres bleus favorisent la croissance et les spectres orange-rouge, la floraison. Or avec l’aide de la courbe de McCree, il semble préférable de mettre en place un spectre situé entre 600 et 630 nm qui favoriserait de + 25% la photosynthèse des plantules. Sachant que les pousses ne risquent pas de fleurir (ce que nous ne voulons surtout pas, nous le verrons plus tard) à cette étape de leur croissance.

Culture Post-semis

D’après l’étude (2), les facteurs déterminants pour la production de laitues semblent être la température et la radiation, soit l’intensité de l’éclairage. La sensibilité de la laitue à l’acidité semble également constituer un facteur important. Il est donc essentiel de réguler et contrôler le taux d’acidité de la solution nutritive.

  • Temps de culture : Généralement une laitue romaine met entre 30 et 40 jours pour atteindre sa taille idéale après semis. Notre objectif (avec les techniques hypodroniques) sera de réduire cette durée et de faire en sorte qu’elle dure entre 20 et 25 jours. (voir les études faites avec les variations de température et d’intensité lumineuse avec technique hydroponique en (2)).
  • Température : La température idéale est entre 18 et 20°C (3)(2)
  • Photopériodisme : Eclairage durant 14h. (3)
  • Température VS énergie reçue : La pommaison dépend de l’équilibre énergie reçue — température ; si elle est normale à 20°C, jours longs (supérieurs à 12–14 heures) et fort éclairement, elle devient difficile sous faible éclairement à température élevée (20°C). Par contre, les basses températures favorisent la pommaison en jours courts chez les variétés ayant une croissance sous faible éclairement. (3)
  • Sensibilité PH : La laitue s’avère sensible à l’acidité du sol (pH optimum : 6,8 à 7), à la salinité (résistivité > 1 000 σ/cm/cm2), à la sécheresse et à l’asphyxie racinaire. (3) Ce niveau d’acidité s’obtient en ajoutant de l’acide nitrique (ou de l’acide phosphorique) par petites quantités dans la solution nutritive, jusqu’à arriver au niveau de pH désiré.
  • Distance optimale entre les salades : Entre 25 et 30 cm (1)(2)(3)
  • Intensité lumineuses (radiation) : l’étude (2) montre que pour une température de 20°C (température optimale et moins couteuse que 30°C), la meilleure radiation serait comprise entre 120 et 300 micromol/m2/s. En effet cette combinaison de chaleur et de lumière permettrait d’avoir une laitue déjà bien fournie (environ 0,22kg/m2) en une vingtaine de jours après semis. Le projet de recherche « VEGELED » dont l’étude est de bonifier l’interaction entre les LEDs et les plantes semble en accord avec l’étude précédente concernant les laitues :

« Laitue (Lactuca sativa) variété printanière : ‘Reine de Mai’

Concernant la puissance lumineuse nécessaire en lumière utile, on constate qu’au-delà d’un PPF de 200 µmoles. m-2 .s-1, il n’y a plus avantage à augmenter l’éclairement. Au niveau de la qualité de l’éclairement, dans le cas de la laitue ‘Reine de Mai’, l’équilibre se situe entre 40% et 60 % de bleu. Pour ce type de laitue dite de printemps, l’apport de rouge lointain est néfaste au développement végétatif et provoque, même à faible dose, le développement reproductif de la plante (montaison). Laitue (Lactuca sativa) variété estivale : ‘Merveille des quatre saisons’. D’un point de vue quantitatif, un flux photonique de 140 à 300 µmoles. m-2 .s-1 est largement suffisant, mais le plafonnement est moins marqué que pour la laitue printanière (variété ‘Reine de Mai’). Sur le plan qualitatif, l’équilibre bleu-rouge est comparable à celui de ‘Reine de Mai’ et cette laitue est plus tolérante aux effets du rouge lointain. »(6)

  • Spectre. Comme précisé juste au-dessus, le spectre le plus adapté semble se situer au niveau du bleu (spectre de croissance plutôt que le spectre de floraison). Or nous avons également vu que le spectre floraison favorisé la photosynthèse et donc le développement de la laitue de 25%. Donc ce que j’aimerai appliquer, puisque que c’est une étude expérimentale avec un prototype, c’est mettre sous lumière rouge-orange les laitues pendant les deux premières semaines (avant qu’elles ne fleurissent) pour favoriser leur croissance. Puis les mettre sous lumière bleu jusqu’à la récolte en évitant toute floraisons. Ainsi nous pourrions favoriser encore plus la croissance de la salade sans que cela n’affecte la qualité de cette dernière.
  • Taux de C02 et humidité : Le taux de CO2 reste le même que pour les plantules, selon la majorité des études, la priorité pour s’assurer que le C02 soit présent en quantité raisonnable est de renouveler l’air. Ce qui est le cas dans vos conteneurs il me semble. Une étude technique du ministère de l’agriculture d’Ontario indique les conditions idéales : « Dans la plupart des cas, le point de saturation se situe aux alentours de 1 000 à 1 300 ppm en conditions idéales. Des concentrations inférieures (800 à 1 000 ppm) sont conseillées pour la production des plants de repiquage (comme la tomate, le concombre et le poivron) ainsi que pour la production de laitue ». (7) En ce qui concerne le taux d’humidité, il devrait rester entre 40% et 70%. (8) L’humidité doit cependant être contrôlée pour éviter les maladies qui vont avec. (3) (8)
  • Distance entre laitue et LED : 40cm en début de culture (pour laisser 10 cm au moment de la récolte)
  • Irrigation : L’irrigation est à moduler en fonction du stade de la plante par rapport à la récolte; il faut être particulièrement vigilant aux deux périodes critiques suivantes : de la 10 ou 12ème feuille à la formation de la pomme, au cours de laquelle les apports seront de 10 mm d’eau par semaine (aspersion) — en fonction de l’ensoleillement de la pommaison à la récolte, les apports seront réduits à des bassinages de 3 à 4 mm/jour en prévention des nécroses marginales des feuilles. (3)

Sélection de la laitue

La laitue romaine possède une pomme oblongue non serrée et à feuilles épaisses. Elle est également divisée en diverses variétés. La laitue Romaine “Xanadu” est une variété hivernale de petite taille idéale pour les cultures sous abri. C’est une plante courte, à feuilles dressées et légèrement cloquées. Elle a également une bonne résistance à la montaison. Elle nécessite une densité de plantation élevée. Son goût sucré est remarquable. Elle semble donc correspondre le plus à nos conditions. Vitalis et Voltz sont deux semenciers certifiés bio qui semblent être recommandés. Les prix n’étant pas disponibles. Il ne reste plus qu’à les contacter pour connaître les prix et les quantités minima que nous pouvons acheter. La laitue Romaine “Blonde Maraîchère” est une variété à feuilles vert blond, très serrées et craquantes qui pourrait s’apprêter à la technique NFT (Voir plus bas) mais un peu moins à celle en colonne verticale.

II- ASPECTS TECHNIQUES

Solution nutritive

Point de vue général :

Les minéraux que la plante consomme en grande quantité : ceux-ci sont appelés macroéléments et sont au nombre de six : l’azote, le phosphore, le potassium, le calcium, le magnésium et le soufre. Les végétaux ont besoin d’autres éléments minéraux mais en quantité nettement plus faible. Il s’agit des oligo-éléments (du grec oligos, petit, peu nombreux) composés du fer, du manganèse, du zinc, du bore, du cuivre, du molybdène, du chlore et du nickel.

Solution nutritive de l’étude (2)

Les laitues sont connues pour être des légumes ayant besoin d’eau mais pas énormément de nutriments. La seule solution nutritive que j’ai trouvée dans mes recherches et qui me paraissait cohérente avec le reste des informations que j’ai collectées est celle de l’étude (2). 
 
 Elle suppose (en mol m_3) 12 molécules de nitrate (NO3-N), 1.3 molécules de phosphore (P), 8.7 molécules potassium ( K+) 5 molécules de Calcium (Ca++) 1.7 molécules (Mg++) 5 molécules de sodium (Na+) 5 molécules de Chlore (Cl_) 0.04 molécules de Fer (Fe++)

Un des enjeux de cette solution est son recyclage mais également l’intensité à laquelle la solution est mise à disposition en effet : en cas d’excès d’eau : on pourrait observer un jaunissement des feuilles, une carence en Mg et en CA, des feuilles petites et des pertes de racines. En cas d’excès d’eau (courte) : on peut observer un jaunissement des feuilles et des taches vitreuses sur les feuilles. En cas de manque d’eau temporaire : plantes qui fanent et taches vitreuses. En cas de manque d’eau plus long : plantes qui fanent, croissance ralentie et feuillage vert foncé. (10) Pour éviter ce genre de situation les techniques hydroponiques actives (avec un flux d’eau alternatif) semblent plus adaptées que les techniques passives (eau constante).

La technique hydroponique adoptée

Pour ce projet, j’aimerais utiliser la technique NFT :

- La technique dite NFT (Nutrient Film Technique) : les plantes sont disposées avec leurs mottes de substrats (laine de roche) sur des gouttières ou plateaux de culture légèrement inclinés (1 à 2%). Une bâche opaque assure l’obscurité nécessaire aux racines. La solution nutritive est injectée dans la partie la plus élevée et s’écoule vers la partie basse ou elle est récupérée puis réinjectée. Le liquide nutritif circule sur les plateaux sous la forme d’un fin film qui entre en contact avec les racines. Celles-ci se développent sur un tapis racinaire (toile de fibre). L’oxygénation de la solution nutritive s’effectue par son déplacement dans les gouttières et par la grande surface d’échange du liquide avec l’air. (11)

Cette technique semble être la plus adaptée pour la culture de laitue. La société Cubicfarm en est l’exemple type. Elle semble avoir développé une technique beaucoup plus sophistiquée mais similaire à celle NFT.

Montaison en graines

Quels sont les inconvénients de la montaison en graines?

La montaison en graines semble inappropriée en termes de rentabilité pour trois raisons :

  • Une fois qu’une laitue monte en graines, elle « contamine » les autres laitues en contact
  • Une fois que les graines apparaissent, les laitues perdent de leurs qualités gustatives et nutritives. Ce qui va à l’encontre des valeurs d’Agricool. Elles sont donc invendables.
  • L’achat de semences bio reste très accessible et peu cher.

La montaison en graines c’est donc prendre le risque de rendre notre production invendable rapidement. Une hausse des températures peut accélérer le processus. Parfois quelques degrés au dessus des températures normales de saison suffisent à déclencher la floraison. Les espèces sensibles sont les laitues, les épinards et les radis. Les jours longs (photopériode). L’augmentation de la durée des jours favorise la montaison, en particulier des annuelles. Les journées de fin de printemps et de début d’été sont les plus longues et donc les plus dangereuses, surtout si les températures sont élevées.
 Voici des éléments qui permettent de réduire les risques de montaison :

  • Respecter les dates de semis ou de repiquage
  • Effectuer un arrosage régulier et adapté aux besoins spécifiques de chaque plante (notamment après le repiquage).
  • Récolter les légumes dès l’apparition des hampes florales. (12)

Avantages :

Une laitue peu produire jusqu’à 1000 graines. Si nous arrivons à isoler suffisamment une ranger de salade pour la floraison, cela serait risqué mais rentable et nous rendrait moins dépendant des semenciers.

Il faudrait en même temps contrôler la dormance des graines, comme indiqué plus haut :

La dormance sera levée par un traitement au froid à 4°C pendant 2–3 jours . (1)

Sélection de la laitue et substrat pour semis

Culture des semis par substrat

Les substrats qui semblent être les plus adéquats pour les semis de laitue sont :

  • La laine de roche qui est imbibée de la solution nutritive décrite un peu plus haut.
  • De la mousse humidifiée (13)

Sélection des LEDS

Les lampes LEDs Valoya semblent être les meilleures en termes de qualité et de longévité. Ces lampes semblent chauffer beaucoup moins que leurs concurrentes (donc des économies en évitant d’avoir à refroidir le conteneur pour atteindre la température idéale. Elle est idéale pour la luminosité qui est de qualité, la chaleur émise par la LEDs qui est très réduite et la durabilité qui est très forte (35 000h de moyenne)

La L18 semble être la plus adaptée avec des spectres pouvant varier en fonction de la sélection rouge ou bleu. En envoyant un mail j’ai demandé les prix par unité. Les LEDs L18 sont à 53 euros par unité.

III- PROJECTION ET PRODUCTION

Estimation des productions

Dimensions du conteneur de 24m2 estimées :

  • 3 mètres de hauteur
  • 2,5 mètres de largeur
  • 9,5 mètre de longueur

Voici à quoi ressemble le conteneur :

Technique FNT

Voici les deux croquis que j’ai dessinés pour cette technique. Ils décriront mieux que moi les mesures.

Avec cette technique, nous aurions dix laitues par rangée et quatre rangées sur un panneau. Soit 40 laitues pour un panneau d’une longueur de 2,5m et de 40cm de largeur.

Ainsi, sur la longueur du conteneur nous pourrions aligner trois panneaux (7,5m) et sur la largeur cinq (40cmx5= 2m). Ainsi avec cette technique, nous pourrions obtenir un rendement de 600 laitues (40x3x5). Ce sont des estimations assez optimistes sachant que je me fonde sans doute sur des données en partie non vérifiées.

Ici il nous faudrait deux LEDs par rangée soit huit par panneau donc en tout 120 également.

Retroplanning (à titre indicatif)

Avec ces données, nous pouvons mettre en place un retroplanning qui permettra de récolter des laitues chaque semaine.

Si nous estimons que la culture de semis prend environ dix jours et la culture de laitue romaine 24 jours (pour un mois et une semaine de culture au total). Nous pouvons échelonner les cultures pour en récolter chaque semaine.

Pour la culture NFT, il nous faudrait diviser l’espace en quatre cultures (si la culture de semis se fait à l’extérieur du conteneur). Nous planterions ainsi 150 laitues par semaine et en récolterions 150 par semaine à partir d’un mois et une semaine, une fois que les premières laitues seront récoltées.

Projet- prototype.

J’aimerais construire deux « panneaux » avec quatre rangées de dix laitues et mettre en place le système d’irrigation avec une inclinaison à 1 ou 2%.

Rétroplanning du projet :

Deux premières semaines. C’est le temps que j’estime nécessaire pour

  • Fabriquer un prototype de la technique NFT (fabrication de deux panneaux de 4 rangées, achats des bacs, de la laine de roche, du polystyrène. Recherche et construction des « portants » idéals pour maintenir les rangée). Recherche et construction du système d’irrigation en m’inspirant du système déjà mis en place dans les conteneurs.
  • Lancer la culture des semis.

Un mois et demi :

  • Lancer la culture dans un conteneur
  • Avec les deux variétés de salades différentes citées ci-dessus.
  • Changement de spectre au bout de 2 semaines de culture pour éviter la montaison en graines.
  • Laisser un rang avec spectre rouge pour favoriser la floraison et essayer de récolter les graines.
  • Ce prototype permettra d’établir une étude sur la technique la plus productive et la variété la plus apte à cette technique. Ce projet se ferait avec toutes les conditions précédemment citées.

Le Tarnec Benjamin

Bibliographie

(1) Site jardinier avec information sur les différents types de laitues romaines. http://www.homejardin.com/laitue_romaine/lactuca_sativa_variete_longifolia.html

(2) Soil-less indoor-grown lettuce (Lactuca sativa L.): Approaching the modelling task.

L. Incrocci , G. Fila , G. Bellocchi , A. Pardossi , C.A. Campiotti , R. Balducchi

Received 22 September 2004; received in revised form 4 February 2005; accepted 9 February 2005 Available online 11 May 2005

(3) Fiche technique laitue et batavia

Réalisée par J-François VEROLET (A.D.A.B.) en collaboration avec Roger RAFFIN (Chambre d’Agriculture du Rhône), Ludovic JAGU (Chambre d’Agriculture de l’Isère), Dominique BERRY (SERAIL) et les adhérents maraîchers de l’ADAB.

FICHE TECHNIQUE LAITUE EXEMPLES PRATIQUES DE PRODUCTEURS

Felix CASTEIGHTS

Fiche technique, laitue sous abri hors sol.

Chambre d’Agriculture Martinique / Decembre 2007

(4) Wikihow-Tuto -Comment cultiver des laitues à l’intérieur (site internet)

http://fr.wikihow.com/cultiver-des-laitues-%C3%A0-l'int%C3%A9rieur

(5) Leoled- Lampes horticoles LED haute puissance- mesurage de PAR PPDF

http://www.leoledgrow.eu/fr/mesurage-par-ppfd

(6) Projet d’étude « VEGELED », « les LEDS et les plantes »

Ing. Samuël Colasse, Ir. Julien Louvieaux, Dr. Thierry Marique et Dr. Cécile Nanbru4

(7) Fiche technique gaz carbonique dans les serres- Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales (Ontario) Décembre 2002

Shalin Khosla — spécialiste en légumes de serre/MAAARO; Wayne Brown — spécialiste en floriculture de serre/MAAARO

http://www.omafra.gov.on.ca/french/crops/facts/00-078.htm#CONCE

(8) Site spécialisé sur l’hydroponie — les plantes et le degré hygrométrique

http://hydroponie.fr/les-plantes-le-degre-hygrometrique/

(9) Montaison en graines — fiche pratique — 2015

http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/montee-en-graines.php

(10) Gestion de l’équilibre hydrominéral de la solution nutritive- Stephane Martinez

http://s.martinez.free.fr/V2/agro/0420-nutrition.php

(11) Technique NFT — site Hydroponie.fr — Decembre 2013

http://hydroponie.fr/nutrient-film-technique-systems/

(12) Montaison en graine — Au parfait jardinier.

http://www.auparfaitjardinier.fr/images/stories/2014/08/monte-graine.pdf

(13) Site internet- culture hydroponique en Thailande- Avril 2015

https://toutelathailande.fr/la-culture-hydroponique-en-thailande/

AUTRES

10 000 Laitues par jour avec led

https://mrmondialisation.org/10-000-laitues-par-jour/
 
 Unité de mesure

http://www.led-horticoles.eu/outils/guides/les-unites-de-mesure/

Lampes vs chaleur

file:///Users/benjaminletarnec/Downloads/Valoya%20-%20EN_Urban%20Farming%202016.1.pdf

Lampes Valoya

file:///Users/benjaminletarnec/Downloads/EN_ProductBrochure%202016.2%20(1).pdf

Fertilisation + solution nutritive

file:///Users/benjaminletarnec/Downloads/Vol34–1-Raynal.pdf

http://s.martinez.free.fr/V2/agro/0420-nutrition.php

CUBICFARM

http://cubicfarms.com/

Différents types de lampes :

http://www.canna.fr/eclairage_pour_mes_plantes

Info sur l’hydroponie de la laitue

http://hydroponie.fr/culture-hydroponique-quelles-plantes/