Le panafricon, l’adepte de la connerie qui se veut panafricaine

Bola BALOGOUN
Dec 22, 2016 · 5 min read

Qu’est-ce qu’un panafricon? ce néologisme dont le crédit revient à Nshimba KUMUAMBA (le bonhomme dont l’inspiration rivalise avec la masse de nourriture qu’il ingurgite par jour).

En plus de se mêler par moment à la strate des panafricains extrémistes, je définis le panafricon comme étant cette personne qui se dit œuvrer pour une réelle indépendance et développement de l’Afrique mais dont les approches sont irréalistes, à la limite connes.

Si ce n’est pas assez clair, croyez-moi vous serez fixés bien avant la fin de ce billet.

Tout comme le féminisme, le panafricanisme est l’une des doctrines en plein essor sur le continent noir. Ceci est la résultante de notre envie à tous de voir une Afrique prospère, une Afrique qui décide pour elle-même, une Afrique qui jouit pleinement de ses ressources, une Afrique respectée et pas dépotoir, une Afrique digne. Nous sommes nombreux à avoir de nobles ambitions pour notre cher continent. Pas les moindres sont également ceux pour qui ces objectifs ne peuvent être atteints que par une scission totale entre l’Afrique et l’occident. Le paradoxe par-contre, c’est que déjà ces derniers utilisent les moyens et technologies de communication moderne d’origine occidentale pour s’exprimer. (Bande de petits joueurs :D)

Copyright : TheWondrous

L’argument le plus brandi par les panafricons est l’indépendance qui selon eux se résume en l’absence totale de toute interaction entre l’Afrique et l’occident. La connerie a atteint ce niveau où on vous traite de pauvres colonisés parce que vous faites preuve de plus d’enthousiasme pour le concours Miss France au lieu de Miss Cameroun. (C’est vrai que le ridicule ne tue pas, mais …) Le métissage représente pour eux une trahison vis-à-vis de leur combat.

La liste des conneries est longue, allant des plus flagrantes aux plus subtiles. Les panafricons se mêlent à la masse pour reprocher à l’occident sa responsabilité dans la traite négrière et son intrusion dans la gestion actuelle de l’Afrique. Je partage bien évidemment ce point. Mais la majorité d’entre eux semblent ignorer que l’Asie non plus n’est pas si rose qu’elle veut le faire croire. Les panafricons semblent ne rien voir de cette nouvelle forme d’exploitation du continent noir avec l’arrivée en force de la Chine, avide de matières premières et de produits forestiers. Ils ignorent que la traite négrière fut à l’origine Orientale. A cet effet, je rappelle comme l’a fait l’Anthropologue et Economiste Sénégalais, Tidiane N’DIAYE, dans son livre “Le Génocide Voilé”, qu’il ne faut pas que la traite des noirs effectuée par l’Europe occulte celle accomplie, en amont, simultanément et en aval par les Arabo-musulmans.

Ce devoir de mémoire n’est surtout pas pour élargir le champ de « haine » des panafricons, mais juste pour faire comprendre que l’Afrique n’a pas été abusée que par l’occident.

L’Afrique a besoin d’indépendance, mais l’Afrique se doit également d’interagir avec les autres continents. Je suis loin d’être un expert en la matière mais je sais qu’en Mathématiques appliquées, il peut avoir d’interaction entre deux ou plusieurs variables sans pour autant que ces dernières soient dépendantes les unes des autres. Comme l’a dit l’ancien président Ivoirien Laurent GBAGBO, le but de l’Afrique noire n’est pas de se venger de qui que ce soit, mais plutôt de retrouver sa dignité et son autonomie.

Pour ceux qui connaissent les valeurs universelles de Shalom Schwartz, l’indépendance pour laquelle nous Africains devront tous œuvrer, se rapporte en sa définition de l’autonomie. C’est-à-dire l’indépendance de la pensée et de l’action — choisir, créer, explorer.

Le panafricanisme est défini comme un mouvement politique et culturel qui considère l’Afrique, les Africains et les descendants d’Africains, en Afrique et hors d’Afrique, comme un seul ensemble visant à régénérer et unifier l’Afrique, ainsi qu’à encourager un sentiment de solidarité entre les populations du monde africain. Il glorifie le passé de l’Afrique et inculque la fierté par les valeurs africaines. Le panafricanisme n’inculque ni la division, ni la haine du non Africain et ne demande surtout pas à l’Africain de prôner une politique dont il n’a pas les moyens.

La mentalité panafriconne n’est définitivement pas panafricaine.

J’ai toujours eu ces questions pour les panafricons. Sont-ils prêts à se passer de:

  1. Le confort des moyens de transports modernes d’origine occidentale sans lesquels tout déplacement s’avère pénible voir impossible aujourd’hui?
  2. L’internet, les réseaux sociaux, la télévision, les tablettes, les ordinateurs et tous les autres gadgets high-Tech d’origine occidentale auxquels ils se sont sans doute aussi attachés ces dernières années?
  3. L’électricité sans laquelle la vie semble être un calvaire? (Il suffit de voir comment nous réagissons face à une coupure d’électricité dans nos secteurs.)

Détenir de connaissances nucléaires est aujourd’hui synonyme de puissance, combien d’instituts de formation Africaine forme dans ce domaine?

Nous nous faisons piller nos ressources minières depuis plus de cinquante (50) ans. C’est révoltant. Mais avons-nous déjà la logistique nécessaire pour les exploiter nous-mêmes ? Faisons-nous quoique ce soit pour les avoir?

Sommes-nous assez unis ? Avons-nous réussi l’intégration socio-économique entre Africains? Le franc CFA renforce l’intrusion de la France en Afrique et nous aspirons tous à une monnaie Africaine indépendante de la France. Mais avons-nous œuvré pour une alternative concrète à l’heure actuelle? Je ne suis pas spécialiste de politique monétaire mais si eux-mêmes ne s’entendent pas sur le sujet, c’est bien parce qu’il nous manque certains pré-requis.

Ne commettons pas la même erreur que ceux qui veulent juste gagner la guerre au lieu de résoudre le conflit.

Il y a tant de questions dont les réponses obligent encore l’Afrique à interagir avec le reste du monde mais ceci ne nous empêche nullement de travailler et de nous battre pour notre autonomie et notre dignité.

Ne soyez pas timides! Si vous trouvez que j’ai manqué de sagacité dans mon développement plus haut, merci de partager la vôtre avec moi. Mon verre n’est pas encore rempli, je peux toujours y verser quelques bribes de connaissance. ;-)

Written by

Observer - Apprendre - Comprendre - Partager ou non.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade