Les 20 règles pour devenir un entrepreneur à succès (celles qu’on a jamais osé te dire) — Partie 1

J’ai quitté mon job de social media manager pour des grandes marques il y a 5 mois. Je n’étais pas sûre de ce que je faisais et d’où cela allait me mener. Vraiment pas sûre…

En ce moment, j’aide des gens à bien entreprendre et j’explique aux entrepreneurs que pour réussir, il ne suffit pas d’utiliser les meilleures stratégies mais de développer un état d’esprit et des habitudes de winners.

Je me considère comme un entrepreneure. Au féminin. Peut-être pas comme une entrepreneure qui révolutionne la technologie. Peut-être plus comme une entrepreneure de la vie… ou des modes de vie. Je sais pas. Cela importe t-il vraiment en fin de compte ? Je ne le crois pas.

Alors, que vais-je faire l’année prochaine ?
Où vivrais-je en 2019 ?

Je n’en ai absolument aucune idée.

Peut-être en Asie ?
Ou en Afrique ?

Peut-être que je serai femme de ménage ou que je vivrai dans la rue. Ou peut-être que j’aurais fondé une famille et que je serai mariée. Je ne sais pas. Et, je m’en fiche.

De toute façon, qui est capable de répondre à ces questions stupides ?

Si quelqu’un m’avait dit il y a 10 ans que je fonderai une entreprise une fois mon diplôme en poche au lieu d’accepter un des postes clinquants à responsabilité que l’on me proposerait, j’aurais dit à cette personne qu’elle était complètement folle.

Si quelqu’un m’avait dis il y a 2 ans que je vivrai de ma passion (FIY : le développement personnel orienté business) et que j’écrirai des contenus lus par des centaines d’entrepreneurs, j’aurais probablement dis la même chose.

Il en va de même pour les dizaines d’entrepreneurs français et européens qui m’ont fais confiance dès le début et que j’ai déjà aidé.

Et si j’avais du prévoir mon avenir il y a quelques années, ces choses là ne m’auraient même pas effleurées l’esprit. Si tu me demandes aujourd’hui où je me vois dans les 5 prochaines années et quel est mon plan, je te répondrai que je vais seulement essayer de saisir toutes les opportunités que je rencontre si tant est qu’elles m’intéresse et que je vais tout faire pour réaliser le plus de challenges possible.

Je n’aime pas les plans de carrière. Ni les plans d’avenir. J’ai donc cessé d’avoir des plans spécifiques il y a longtemps. Je suis dans l’action.

Avoir des plans m’empêchent de vivre l’instant présent et d’essayer de nouvelles choses.

Il y a maintenant 5 mois que j’ai quitté mon job de social media manager et que je fais ce que je fais. Et j’ai appris beaucoup de choses sur le fait d’être un entrepreneur. Plus j’échange avec toi et plus j’ai le sentiment que ces leçons ou ces règles peuvent t’être utile, à toi qui me suit et me lit chaque semaine.

Je vais essayer de m’intéresser à des choses que tu ne lis pas habituellement sur les grands blogs de marketing ou d’entreprenariat. Ces blogs qui se ressemblent tous et donnent toujours les mêmes conseils.

Cet article rassemble en substance TOUTES les choses ce que j’ai du apprendre seule et qui sont en quelque sorte hors du champs.

donne-moi-des-conseils

#1 Si tu es un flan en ventes ne crée pas de start-up et ne démarre pas de business 1 1. Ou apprends D’ABORD à vendre. ×

Ou apprends à D’ABORD à vendre.

Aujourd’hui, l’enjeu n’est plus de développer des produits. Tout le monde ou presque peut le faire. Tu peux externaliser ton business très simplement et à bas coût (j’ai rédigé un dossier sur la délégation et les assistant virtuels), tu peux développer un site Wordpress en une journée, tu peux facilement commander des produits physiques et bon marché en provenance de Chine et tu peux créer une formation en 2 jours (et je suis sympa).

Le vrai enjeu aujourd’hui est de trouver un besoin réel du marché et d’avoir les compétences nécessaires pour les vendre. En gros, tu dois identifier un marché, une thématique, une cible, une niche et apporter une valeur unique et sincère (beaucoup de valeur).

Soit : (les règles qui suivent doivent TOUTES être respectées). Tu n’es pas au supermarché libre de choisir ta marque chips préférée.

Parle beaucoup à peu de gens plutôt que parler peu à beaucoup de personnes.

Je peux te le dire avec une franchise comme on en trouve peu dans ce bas-monde. Le problème majeur de beaucoup d’entrepreneurs est qu’ils veulent plaire à tout le monde. C’est déjà impossible dans la vie de tous les jours alors dans un business. 🤒

Un prospect va acheter tes produits car il résout un de ses problèmes particuliers. Je ne prétends pas que ce soit la vérité. Mais c’est ce que je crois après plusieurs années dans le web, des centaines d’articles écrits et une petite expérience dans l’entreprenariat.

Plus le problème que tu résous est large, moins il concerne précisément quelqu’un. Aussi, la probabilité qu’une personne clique sur le bouton “Acheter” de ton produit est faible. Plus le problème que tu résous est pointu, plus il concerne précisément un prospect. La probabilité qu’une personne achète ton produit est ainsi forte.

Apporte des solutions réelles aux problèmes, aux questions de tes cibles.

Ce sera court. Parler de jardinage à des fans de motos n’a jamais été une super idée…

Sois empathique auprès de tes cibles et montre-leur que tu as les mêmes problèmes qu’eux ou que tu les as déjà eu.

Tu acquerras rapidement une légitimité que des centaines d’entrepreneurs cherchent à avoir soit en réseautant 5 heures par jour, soit en bouffant leur énergie sur LinkedIn tous les matin.

Délivre un message impactant qui renvoie une image concrète.

Personne n’aime les bullshits et les gens qui cherchent de la théorie l’a trouveront dans les livres (qui sont sans doute plus complets que toi, sans te vexer).

Sois toi-même.

Ce que je veux dire par là, c’est… vraiment toi-même. Les gens accrocheront ou n’accrocheront pas à ce que tu proposes alors autant très vite se débarrasser de ceux qui ne sont pas accord avec tes valeurs, ta personnalité.

Cela évite aux maximum les mauvais commentaires et les prospects inutiles qui n’ouvrent aucun de tes mails et achètent aucun de tes produits.

Donc différencie-toi bien sûr…

Lancer un 168ème formation ou produit sur une thématique de la même façon que les 167 autres n’est pas non plus l’idée du siècle…

Apprends à connaître ton marché sur le bout des doigts.

Dur de se faire connaître et de vendre quand on ne sait pas exactement ce qui passe par la tête des gens qu’on cherche à aider. Tu te vois mal sortir produit sur produit ou formation sur formation pour finalement n’intéresser… personne, n’est-ce pas ?

# 2 Former tes gros muscles entrepreneuriaux tous les jours

Si tu ne développe et n’entraîne pas tes muscles entrepreneuriaux tous les jours, ils vont commencer à s’atrophier. Ces muscles sont :

  • Ton état d’esprit, ta productivité, ton organisation et tes habitudes
  • Tes compétences en ventes, en marketing
  • Tes compétences en persuasion, en influence
  • Ta capacité à échanger, partager, déléguer et raconter des histoires
  • Ton esprit de persévérance et de résilience
  • Ton “intelligence business”

Et la bonne nouvelle, c’est que tu n’as même pas besoin d’avoir lancé ton business pour commencer à les exercer.

# 3 Seulement une proportion incroyablement faible de personnes achètera ton produit

Même si 100 personnes t’ont dit qu’ils achèteraient votre produit ou souscris à ton formulaire, tu ne le vendras qu’à 3 personnes. Le reste n’achètera pas ton produit. Je sais, ça fait mal de l’entendre comme ça mais c’est la vérité.

Accepte-le et agis en conséquence. Deux solutions s’offre à toi :

  • Multiplie par 10 le nombre de tes prospects auquel tu t’adresses. C’est ce que j’appelle la règle des 97%. Par exemple, si 100 personnes ne sont montrées intéressées par ton produit et ta formation, seulement 10 l’achèteront.
  • Sois ultra spécifique dans ton offre sur ta thématique afin que tes prospects soient le plus qualifiés possibles… Plus tu te positionne sur une niche et plus tu arriveras à un pourcentage d’acheteurs élevés.

# 4 Valide ton idée d’abord et vend après

On a tous de super idées. Vraiment, je suis convaincue que tout le monde est capable d’avoir d’avoir des idées incroyables.

On a tous de super idées. Vraiment, je suis convaincue que tout le monde est capable d’avoir d’avoir des idées incroyables. Je suis persuadée que toi aussi !

Nous avons tous de nombreuses idées mais généralement on a du mal à savoir si elle fonctionnerait vraiment pour un business. Alors on rédige des business plans, on effectue des tonnes de recherche, on demande à sa famille et à ses amis, on construis des prototypes, on demande des fonds pour financer cette partie de recherche.

Et puis après quelques semaines, on se rend compte que personne n’a réellement besoin de ce produit. Personne ne se manifeste, personne n’est intéressé et personne… n’achète.

Par conséquent, il est beaucoup plus logique de valider tes idées avant et essayer de vendre cette idée ou ce produit à quelques centaines de personnes (voir #1 et # 4).

Dans le cas où tu trouves des gens prêts à remplir ton compte Paypal, tu peux commencer à construire le produit car tu auras validé l’idée.

Il s’agit de totalement renverser toute la chaîne de valeur : tu commences par les ventes et les stratégies marketing et ensuite, tu développes ton produit.

# 5 Analyse ton coût d’acquisition par client

Je suis impressionnée par le nombre d’entrepreneurs qui me disent ne pas connaître le coût d’acquisition par client et ne pas vraiment s’en soucier.
 Comment développer un business prospère sans cet indicateur de rentabilité ?

Tu dois savoir combien ton business est capable de générer si tu investis 1 euro. Si tu mets 1 euro et qu’en fin de matinée, tu reçois plus d’1 euro en retour, alors tu peux faire des affaires.

C’est une thématique qui revient souvent alors je ferai un billet complet en début d’année prochaine sur le coût d’acquisition par client avec mes chiffres pour appuyer mes dires.

# 6 Tu ne feras PAS le buzz et tu ne seras JAMAIS viral 2 2. Désolé de te le dire comme ça (mais on est entre nous). ×

C’est ce que chaques entrepreneur, blogueur, infopreneur ou spécialiste du marketing de contenu rêve. Faire le buzz. Ce rêve qui devient réalité.

Commencer à créer un truc tellement cool et énorme que tous tes amis le partagent puis leurs amis et puis les amis te leurs amis. Le buzz est dingue et tu peux déjà te voir sous les cocotiers au bord d’une plage dans un resort Thaïlandais avec Jean Rivière.

Cela n’arrive JAMAIS. D’ailleurs, c’est mon conseil numéro 1 auprès de tous ceux qui veulent lancer un business : ne choisis pas “viral et buzz” comme stratégie de marketing. Je ne peux pas t’en dire plus dans le temps imparti de la rédaction de ce billet (30 minutes) mais ne le fais pas en fait.

# 7 Sois au maximum propriétaire de ton audience

Mauvaise nouvelles pour les non-propriétaires : Si tu n’es que locataire de ton audience, tu vas devoir payer pour chaque interaction avec tes prospects.

Rappelle-toi que plus tes rapports avec tes prospects sont nombreux et plus tu augmentes tes probabilités de bien vendre. Par conséquent tu as besoin d’établir une relation stable avec ces gens.

Si tu n’es pas propriétaire de tes relations avec eux, que tu passes par des plate-formes comme YouTube ou Facebook, tu dois payer beaucoup d’argent pour atteindre tes prospects, encore et encore… Pourquoi ? Car si tu ne paies pas le service, c’est que tu es toi-même le produit. Au cas où tu sortes tout juste d’une grotte, YouTube et Facebook sont des plate-formes qui monétisent leur portée.

Qu’est-ce que cela signifie ? Ben que tu seras en mesure d’atteindre tous tes clients potentiels uniquement quand tu sortiras le chéquier. Si tu ne le fais pas, cela conduit à faire très peu de ventes pour ton démarrage.

Essaie au maximum de ramener ces gens vers des parcelles de terrain qui sont à toi comme :

  • Ton blog
  • Ton application
  • Ta newsletter

# 8 Tes clients achètent quand ils le veulent, pas quand tu es prêt.

Pendant des semaines et des semaines, tu as travaillé sur ton produit. Tous les jours à fond. Tu as mis toute ton équipe sur le projet et tu as sorti les grands moyens niveau promotion. Et puis, quelque temps après tu te rends compte que personne n’achète ton produit… Que s’est-il passé ?

Pourtant, les gens te disaient qu’ils aimaient ton produit et qu’ils étaient prêts à l’acheter. Tu te souviens de cette fois où cette dame t’a dit que ton produit était génial et qu’elle était prête à l’acheter sur le champs ? Seulement, tu n’étais pas prêt.

Malheureusement, les gens n’achètent que quand “ils le sentent” et pas quand toi tu as envie de vendre… Les gens se foutent que tu ai des contre-temps ou que tu n’ai pas assez travaillé. Ne pas être prêt à temps constitue une faute grave.

# 9 Commence par vendre des produits simples

Tu rêves peut-être de construire la nouvelle entreprise à succès de ta thématique. Que l’on t’admire pour ce que tu a fais. Beaucoup travaillent tous les jours dans ce même but. Tu dois en connaître et tu dois les envier.

Le truc c’est que pour l’instant, toi, tu n’as pas d’expérience. Tu n’as jamais vendu un seul produit.

Commencer avec un produit très très compliqué ou une formation très très importante est une bonne idée. En fait, c’est très dur et tu vas te planter.

Donc au lieu de calquer sur les “pros”, ceux qui sont installés depuis des années, commence par vendre des produits moins complexes.

Richard Branson, par exemple, a commencé par la vente d’arbres de Noël…

# 10 Il s’agit de réduire le risque

La peur règne en maître sur le monde. Que ce soit la peur de perdre son emploi, de perdre beaucoup d’argent ou ne pas être en mesure de payer le loyer et de nourrir les gosses. Alors apprends à prendre cela en considération et à déterminer un plan d’action.

  • Essayer de diminuer les risques par tous ceux impliqués dans ton business : toi et les membres de ton équipe : à moins que tu veuilles risquer de tous les virer du jour au lendemain ou avec quelques jours de préavis (c’est déjà vu ça, d’ailleurs plus d’une fois avec des entrepreneurs en ligne qui s’imaginent qu’au prétexte que leur business démarre, ils peuvent virer les gens du jour au lendemain.)
  • Ou simplement vivre avec ce risque et te souvenir que tu as pris cet engagement à chaque fois que tu n’auras pas le moral.

Originally published at 🦄 Youngpreneur .