« Kilobis » : le concept de vente au kilo débarque sur Montpellier

Comme inscrit sur la devanture, le prix des produits varie de 15 et 45€ euros le kilo.

Découverte de la friperie “in” du moment !

Voilà maintenant 2 mois et demi que la nouvelle friperie « Kilobis » spécialisée dans la vente au kilo, à ouvert en plein cœur de Montpellier. En effet le 8 novembre dernier, le concept connu dans les grandes villes comme Paris ou Bordeaux est enfin arrivé dans la cité héraultaise.

Le principe est simple chaque article est étiqueté d’une couleur correspondant à un tarif comprit entre 15 et 45 euros le kilo. En passant à la caisse il ne suffira donc plus qu’a trier les articles par tarif et de peser le tout. Dans le même esprit que son voisin de palier « Kilostock » qui propose un système de vente traditionnel, la boutique tenue par Ilham Fetti, jeune vendeuse de 27 ans, est typiquement d’inspiration vintage. Si ces deux magasins dirigés par le même gérant se ressemblent, il expose neanmoins une différence de gamme et de concept.

Ainsi si « Kilostock » propose des marques largement destinées aux amateurs de mode et de Skateboard où les grands noms comme « Ralph Lauren », « Lacoste » ou « Levis » font malheur … « Kilobis » lui, se démarque par la vente au kilo. Le magasin propose le même genre de produit mais dans une gamme légèrement inférieure. La vendeuse explique ainsi « c’est au kilo donc ça reste de bonne qualité mais à coté de ça je n’ai pas de « Lacoste », je n’ai pas de « Ralph Lauren » même si j’ai des produits « Abercrombie » « Hollister » et « Carharrt ».

La boutique à également choisit de proposer un large choix de déguisement où se mêle chapeaux, perruques et bon nombre d’accessoires. Idéal pour les soirées déjantées ! « Je fais tout une gamme de déguisement avec accessoires, c’est du neuf et ça plait beaucoup au gens. A Montpellier, il n’y a pas trop de magasin de ce type dans le centre-ville » raconte la vendeuse avant de continuer avec humour « Au niveau de la clientèle on a de tout, j’ai même des mamies qui m’achètent de perruques mais pas pour se déguiser… »

Si depuis son ouverture le magasin connaît déjà une forte affluence, Ilham déplore néanmoins un certain nombre de client qui, malgré des prix indiqués dès l’entrée, ont tendance à constamment chercher à négocier les prix. « Le problème c’est que je me fais encore une clientèle émailleuse ». Sans parler des clients qui ont encore du mal à comprendre le concept de vente au kilo, la friperie a encore des progrès à faire.

« Kilobis » devient donc un des lieux incontournables pour tous les amoureux du vintage et amateurs de chine. Ils pourront y perfectionner leur look et y trouver le déguisement idéal pour toutes occasions

Camille Heurtebise-Garnier

Like what you read? Give Camille Heurtebise G a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.