L’histoire d’une plateforme d’enchères inversées Swiss Made…

… comment nous avons créé une plateforme e-commerce à partir de rien :)

Logo 2016

L’histoire écrite et racontée par Johan Bavaud, ex-associé de Cronodeal.ch de septembre 2015 à décembre 2016.

Qu’est que c’est Cronodeal.ch?

Le premier site d’enchères inversées en Suisse

Chez Cronodeal.ch une nouvelle enchère démarre toutes les cinq minutes et le prix diminue toutes les trois secondes. Pour gagner le produit choisissez le prix qui vous convient avant un autre utilisateur. Attention à l’épuisement du stock.

Chapitre 1 : Les débuts de Cronodeal.ch
 
C’est en juin 2013 que l’histoire de Cronodeal.ch débute lorsque Alessandro Soldati, tessinois d’origine, remporte le prix Start HEC 2013 Lausanne. L’idée d’adapter le système de la bourse des tulipes d’Aalsmeer au e-commerce a séduit les jurys du concours qui lui ont décerné le premier prix et 20'000 CHF pour démarrer; l’histoire de Cronodeal.ch pouvait débuter.
 
Pleins de rêves et de naïveté, ce petit gars de 22 ans veut amener une nouvelle façon de consommer sur internet. D’une part, en laissant le client choisir son prix d’achat et l’adapter à son porte-monnaie et, d’autre part, en proposant une façon ludique d’acheter des produits. L’algorithme qui régit les enchères inversées et qui a permis de remporter ce prix en sortant des études possède également un grand avantage pour les marchands de produits.
 
Sans rentrer encore dans les détails, ce système permet de faire se rencontrer l’offre et la demande au prix optimal. Le concours passé, il était temps de se mettre au travail et d’attaquer le marché hyper concurrentiel de l’e-commerce suisse, armé de beaucoup de motivation et de 20'000 CHF.
 
L’article annonçant la 1ère place du concours START HEC 2013 : ici

Créer une alerte pour ne pas manquer la sortie du prochain chapitre: ici

La remise du prix START 2013

Chapitre 2 : Les premiers pas …
 
Durant l’été 2013, quelques semaines après avoir remporté le concours START 2013, Alessandro créa le logo et le premier croquis du site Cronodeal.ch. C’est à ce moment-là qu’il embrigada dans son aventure deux amis rencontrés sur les bancs d’HEC Lausanne ; Théo Favre et Samuel Rossier. La petite équipe développa la première Beta du site dans le courant de la fin d’année 2013 avec l’aide d’Arcanys, une société de développement Web. Le trio n’avait que peu de connaissances dans le monde du Web et ils ne savaient absolument pas ce qui les attendaient le jour du lancement, le 23 janvier 2014.
 
Avant de lancer quoique ce soit, la start-up avait besoin d’une identité et c’est comme ça qu’Alessandro se découvrit un don pour la création de logos sur paint — découvrez cette merveille ci-dessous. Cela montre à quel point l’entrepreneuriat pousse a découvrir de nouveaux domaines, tester ses limites et, finalement, toujours trouver une solution grâce aux moyens à disposition. Dès lors, il faut parfois faire l’impasse sur certaines dépenses. Et se découvrir de nouveaux talents — tel que la maitrise du logiciel paint=) Mais le logo n’était qu’une infime partie des choses à mettre en place avant de lancer la première plateforme d’enchères inversées en Suisse.


Chapitre 3 : Préparation du lancement
 
20'000 CHF ! C’est aussi 20'132 USD, 18'476 Euros ou encore 16'442 £ au cours de ce jour (25.10.2016). Cela représente une belle somme dans l’absolu. Mais pour créer une plateforme d’e-commerce en Suisse, cela est un peu juste ; un vrai casse-tête pour être honnête ! Les frais de fondation obligatoires de la sàrl (LLC) ont dû être payés au registre du commerce et au notaire. Ensuite, deux amis des études rejoignent l’aventure (voir chapitre 2). Puis, un ami a donné un coup de main du côté juridique alors que la programmation de la Beta bat son plein. Enfin, une webdesigner Freelance est recrutée au Canada pour quelques centaines de francs. Avec du recul, cela semble facile, mais c’est un peu comme lorsque vous recevez une pelote de laine à démêler ; il faut trouver par quelle partie débuter.
 
Une anecdote datant de cette période : le croquis de la beta de cronodeal.ch a été réalisé sur du papier pendant un cours de répétition de l’armée Suisse. Cela nous paraît aujourd’hui aberrant car nous utilisons la solution balsamiq, mais à l’époque, c’était la meilleure option de préparer un cahier des charges. En tout cas, ce fût suffisant pour donner un fil rouge et préparer le lancement de cronodeal.ch.


Chapitre 4 : La veille du lancement

Voilà, le jour du lancement approche, les fêtes de fin d’année 2013 sont passées, nous sommes le 22 janvier 2014; la veille du lancement de la première version de Cronodeal.ch
 
Le trio d’amis, Alessandro, Théo et Samuel avait repoussé la sortie de Cronodeal.ch plusieurs fois en tombant dans un travers bien connu de l’entrepreneuriat ; l’envie d’atteindre un produit parfait et rendre le projet public une fois que la perfection est atteinte. Dans la pratique, il est impossible d’atteindre cette perfection et le produit/projet évolue de toute façon en récoltant des feedbacks des utilisateurs. Dès lors, Alessandro décida qu’il fallait démarrer l’aventure le 23 janvier, même si certains points n’étaient pas encore parfaits. La vitesse d’exécution est un enjeu majeur dans l’innovation car à tout moment quelqu’un peut vous dépasser. C’est ce qui permet à Cronodeal.ch d’exister encore aujourd’hui.
 
Une vidéo d’anthologie a été préparée par la petite équipe pour expliquer ce concept d’achat innovant ; créativité et stop motion au rendez-vous, vous trouverez cette fameuse vidéo (qui explique l’ancien concept) ci-dessous en attendant la suite de l’histoire …


Chapitre 5 : la veille du lancement (bis)

Lorsqu’un nouveau projet voit le jour et qu’il peut y avoir un intérêt journalistique, il est toujours bien d’essayer de décrocher un article pour attirer quelques visiteurs. Ce n’est pas aussi simple dans la réalité ! il faut mettre en place des campagnes marketing, faire le buzz, communiquer … Néanmoins, Alessandro a contacté le journal 20minutes pour expliquer qu’il avait prévu une vente d’iPad 2 aux enchères inversées. C’est Michel Annese qui s’occupa de relayer l’information. Facile ! Et certainement beaucoup de réussite …
 
Durant cette période, le trio s’était installé dans les bureaux de la société fiduciaire Fidurba à Lausanne. Afin d’illustrer l’article, l’équipe s’était photographiée. Pour donner l’ambiance jeune startup active dans le e-commerce, ils ont monté un décor de fortune avec des cartons récupérés dans une grande surface. Il y avait même des morceaux de tacos qui trainaient dans l’un d’eux. Alessandro garde un souvenir mémorable de cette séance photo puisque c’est le directeur de la société fiduciaire en personne qui tint le flash. L’équipe n’avait juste pas réalisé à ce moment-là que la personne avec qui ils avaient affaire avait certainement mieux à faire que de tenir un flash. Naïveté quand tu nous tiens …
 
La semaine prochaine, vous découvrirez les effets de l’article du 20minutes sur les visites de Cronodeal.ch le jour du lancement et comment nous avons trouvé ce fameux stock d’iPad 2.

Créer une alerte pour ne pas manquer la sortie du prochain chapitre: ici


Chapitre 6 : le jour du lancement
 
Enfin ! Nous sommes le 23 janvier 2014, le site est live depuis 9h. Et là, tout va très vite ! Le site reçoit 8'000 connexions en une heure et cela ne désemplit pas ! Une mise toutes les 7 secondes, l’équipe n’en revient pas ! L’article du 20 Minutes dévoile toute la force de frappe des médias et là, c’est le drame …
 
 … Les serveurs lâchent, trop de monde sur la petite plateforme qu’est Cronodeal.ch à cette époque. Quelques coups de fils plus tard, le site repart et les mises reprennent, il est midi et le site enregistre déjà 17'000 connexions. Un ratio impressionnant pour une première en Suisse ! Un deuxième problème survient rapidement ; si l’équipe veut faire durer un peu plus l’enchère, il faudra avoir un stock plus conséquent de ces iPad 2 Mini. C’est là qu’entre en jeu le tout premier fournisseur de Cronodeal.ch : un pote de l’équipe qui travaille dans une grande surface ! Eh oui, c’était à ce moment-là la seule possibilité d’obtenir des produits, les fournisseurs étant très frileux lorsque Alessandro leur proposa de vendre leur produit sur Cronodeal.ch.
 
Vers 17h, le trafic vers le site a baissé car l’enchère s’était terminée. 24'367 connexions plus tard… Une belle journée s’achevait. Nous vous raconterons demain comment nous avons résolu le problème de copyright du premier design de Cronodeal.ch. Sans grande connaissance, Alessandro a demandé à la webdesigner de s’inspirer plus ou moins d’un site concurrent. Manque de communication et de temps (et à nouveau cette naïveté) ont mené à un rendu final quasiment identique au site de ce concurrent, déclenchant l’ire d’une sympathique communauté d’acheteurs en ligne de la région…

Statistiques du 23 janvier 2014

Chapitre 7 : Oups !

Nous reprenons l’histoire le soir du lancement de la plateforme avec une question intéressante: que pouvons-nous vendre le lendemain ? Pour un site de e-commerce innovant, c’est une question qui mérite de se poser, non ? Dans tous les cas, le trio a passé des coups de téléphone un peu partout en Suisse pour finalement trouver un petit stock qui permettra de créer l’enchère du lendemain. Le défi fût relevé grâce à un ami Tessinois et qui est d’accord d’aider la jeune équipe, ouf !
 
Mais pour surprendre chaque jour les utilisateurs de Cronodeal.ch et attirer de nouveaux visiteurs, il faut plus que quelques produits de dépannage et trouver de vraies offres. C’est cette mission principale de Cronodeal.ch — faire des enchères inversées sur des produits qui sont demandés par notre audience — qui a finalement poussé Alessandro à se rendre au Brassus, dans la Vallée de Joux. Deux jours après le lancement de Cronodeal.ch, le voilà les pieds dans la neige pour rencontrer un gars prêt à lui faire confiance et devenir son fournisseur. Un café et quelques mots plus tard, voici que cet inconnu venait de recevoir le titre de premier fournisseur de Cronodeal.ch sans savoir qu’un jour, il se retrouverait mentionné dans l’histoire de la société.

Le même jour, Alessandro rencontra l’équipe d’Addem qui lui a fait une offre sur des RedCups. En plus des produits trouvés au Tessin, les six prochaines journées étaient assurées. Re-ouf !
 
Le problème du copyright évoqué dans le chapitre 6 s’est réglé après une sympathique discussion, tout est rentré dans l’ordre en une semaine et les critiques se sont rapidement calmées…

Créer une alerte pour ne pas manquer la sortie du prochain chapitre: ici


Chapitre 8 : L’Eldorado du E-commerce !
 
Haaa, nous sommes en 2014, les achats sur le net se sont démocratisés, c’est sûr, c’est le domaine dans lequel il faut créer sa start-up ; facile de créer une base clientèle fidèle et de générer des millions de ventes !
 
Enfin, ça c’est la théorie — voir même une utopie. Mais comment faire comprendre au trio que c’est beaucoup de travail et de persévérance alors qu’ils ont généré dès les premiers jours des ventes et des milliers de connexions ? 
 
Des articles de journaux relayaient régulièrement l’aventure sans que l’équipe dût rédiger un communiqué de presse, à l’instar du 24Heures et du journal Le Temps. Le trafic augmentait sans dépenser un franc dans le marketing. Mais une fois cette vague de nouveautés passée, tout devait continuer. La plupart des concurrents avaient déjà développés une logistique et un service après-vente très efficient. La petite équipe devait se démener pour tenir les délais, trouver de nouveaux fournisseurs, répondre aux clients et développer la suite de l’aventure. C’est à ce moment-là que le trio se transforma en duo, Samuel préférant continuer sur une autre voie. Mais il en fallait plus pour qu’Alessandro et Théo se découragent. Les clients qui ont découvert Cronodeal.ch dès les premières heures étaient là pour encourager le projet. Chacun de leurs achats décuplaient la motivation du duo à faire encore mieux chaque jour, malgré l’adversité. D’ailleurs, si vous faites partie des premiers utilisateurs de la plateforme, sachez que nous pensons à vous à chaque fois qu’un coup dur arrive !
 
Le duo avait besoin d’aide et ils trouvèrent ce soutien au sein de Genilem. Non sans mal, mais ça vous le découvrirez demain…


Chapitre 9: Genilem nous encadre

Lors du concours START HEC 2013, le gagnant remportait en plus du soutien financier, un accompagnement par Genilem. Pour une raison quelconque, c’est l’équipe qui termina deuxième du concours qui fût accompagnée par cet organisme. 
 
 Quelques semaines après le lancement, un besoin de conseils se faisait sentir. C’est à ce moment que Alessandro et Théo rencontrèrent David, coach chez Genilem. Voyant que l’idée s’était concrétisée et que certains signes prometteurs pointaient, il fût décidé d’organiser une session de rattrapage. C’est comme ça que le duo se retrouva en face de dix personnes pour expliquer et défendre le projet Cronodeal.ch. À la suite de la présentation, le duo obtint l’unanimité et un membre qualifia même la prestation « de l’une des meilleures présentations à laquelle il avait assisté ». Cela fait chaud au cœur quand vous décidez qu’il est temps de demander de l’aide, de laisser son ego de côté et admettre que seul, ce sera difficile. Ajoutez à cela le moral qui commençait à se ternir au vu du rythme soutenu qu’impose les débuts dans l’entrepreunariat, vous pouvez aisément imaginer quel souffle nouveau cette nouvelle apporta au duo.
 
 Par la suite, la collaboration entre Genilem et Cronodeal.ch mena Alessandro à participer à un court-métrage au sujet de l’entrepreunariat « L’aventurier du quotidien ». Un huis-clos rassemblant plusieurs entrepreneurs romands, deux coachs et réalisé par Anthony Jerjen. Nous vous laissons découvrir ce film que nous vous recommandons vivement…


Chapitre 10 : Lancement de la Version Allemande

Nous voici le 28 mai 2014 qui correspond au lancement de la version de Cronodeal.ch en allemand. Mais pourquoi lancer une version en allemand seulement quelques mois après le lancement de la version francophone ? Facile, pour augmenter les possibilités de vendre des produits ! Maintenant, nous vous proposons de vous poser la question à nouveau, mais en ajoutant un élément ; Théo et Alessandro ne parlent absolument pas allemand…
 
Autant cela semblait presque compréhensible dans l’état, mais en ajoutant le fait qu’aucun de l’équipe ne parle allemand, cela devient tout de suite plutôt douteux … C’est donc en grande pompes que le lancement fût annoncé par la presse alémanique à l’instar du journal Blick. La naïveté et la persévérance ont plutôt du bon puisque les ventes en suisse alémanique sont en évolution constante depuis ce fameux 28 mai 2014. 
 
Certes, le service après-vente en allemand prenait des airs de conquête de l’Everest et représentait un casse-tête constant pour le duo, mais au final, cette langue a survécu au gré des changements de version de cronodeal.ch, si bien qu’une petite base de clients s’est formées Outre-Sarine. Parfois, la logique doit venir au second plan dans ce genre d’aventure. Cependant, l’équipe avait fait très fort sur ce coup !


Chapitre 11 : Nous changeons de locaux
 
Nous voici 2 mois après le lancement du site internet. L’équipe a dû faire face à une première commande importante. La livraison s’est faite par palette et, vu qu’il n’était pas possible de la déposé en centre-ville de Lausanne, tout arrivait directement chez Alessandro. Durant cette période, plusieurs palettes ont donc été livrées au domicile du fondateur.

En plus de devoir faire les aller-retours entre le bureau et la colocation d’Alessandro, les voisins retrouvaient régulièrement les commandes devant la porte d’entrée. En plus de devoir assumer potentiellement des vols, l’immeuble entier était dérangé par ces livraisons inhabituelles. C’est à ce moment-là que le duo résilia le contrat de bail avec la société fiduciaire au centre-ville de Lausanne, persuadé qu’il retrouverait rapidement un lieu approprié.
 
Dans une période tendue dans le domaine immobilier aux alentours de Lausanne et avec un budget start-up, le duo se retrouva à établir la maison mère de Cronodeal.ch… dans la colocation d’Alessandro ! Tout cela ne devrait pas durer très longtemps et un arrangement avait été trouvé pour garder l’adresse de Cronodeal.ch au centre-ville… Bien évidemment, vous découvrirez demain que la recherche de locaux commerciaux dans l’arc lémanique avec un budget très réduit est un vrai challenge. Nous vous raconterons cette semaine comment le duo a géré cette période de transition plutôt casanière …

Théo dans le couloir de l’immeuble

Chapitre 12 : Rencontre avec un représentant d’une célèbre marque 
 
Le déménagement est terminé et il faut maintenant continuer à trouver de bons produits, délivrer les commandes, améliorer le site internet, … Bref, les tâches variées propres à un site de vente en ligne reprennent, malgré le changement de lieu. 
 
C’est une semaine après le déménagement que le duo reçoit un appel qui fait suite à des mails de prospection envoyés — une grande marque Suisse ouvre la discussion ! Alessandro décroche :
 
 — Bonjour M. Soldati, Hans au téléphone de la marque …
 — Bonjour Hans, enchanté. 
 — Je suis intéressé pour vous rencontrer dans vos locaux la semaine prochaine.
 — … silence … euh.
 — Vous êtes libre la semaine prochaine, M. Soldati ?
 — Oui, bien entendu Hans, mais je suis souvent sur la route, nous pourrions nous rencontrer à mi-chemin ?
 — Oui, entendu, je suis aussi souvent en déplacement …
 
 Rideau.
 
Théo attendait la fin de l’appel lorsque qu’il vit enfin le sourire d’Alessandro qui sortait de la salle de bain de la colocation — la salle des téléphones. Ils avaient décroché un rendez-vous avec une marque connue en Suisse et dans le monde entier !
 
Quelques jours plus tard, Alessandro retrouva Hans dans une station-service de la région lémanique. Très vite, ils trouvèrent un accord et quelques produits furent vendus la semaine suivante. Finalement, ce n’était pas si compliqué puisque la seule condition posée par la marque était de posséder un dépôt sécurisé. Ce qui était bien sûr le cas de nos deux comparses…

Station d’essence, lieu privilégié des entrepreneurs SBF (Sans Bureau Fixe)

Chapitre 13 : Les experts de l’expédition 
 
Lorsque vous commandez sur Cronodeal.ch aujourd’hui, vous recevez, dans la grande majorité des cas, un carton avec notre logo et des protections à l’intérieur. Normal vous pouvez nous dire …
 
Et bien, au début, ce n’était pas si claire que cela pour Alessandro et Théo. Les fidèles de la première heure se souviennent certainement des cartons reçus dans leur boîte d’origine, sans signe distinctif. Une bonne façon de rassurer la clientèle sur la provenance et l’origine des produits (lol). Après quelques remarques des premiers clients, le duo a commencé à emballer les commandes. Mais les cartons coûtent chers et le duo, dans les premiers temps, reprenait et découpait les cartons qu’il retrouvait un peu partout. Lorsqu’il recevait une bonne commande d’un fournisseur, il n’était pas rare de recevoir le tout sur une palette dans un énorme carton. C’était jour de fête à ce moment-là puisque le duo pouvait découper cet énorme carton en plusieurs parties. Ces parties étaient ensuite recollées pour former de plus petits cartons. Le tout avec un scotch aux couleurs de la société que nous utilisons toujours aujourd’hui.
 
Nous devons la petite anecdote du jour à Théo. En effet, même si ses compétences en matière de découpage de cartons s’amélioraient au fil du temps, il survint un accident ; Théo se coupa ! Rien de grave qui entrava sa vie, mais le carton était plein de sang. Théo voulait l’envoyer tel quel alors qu’Alessandro insista pour recommencer et jeter le carton. Malgré la pénurie, le duo recommença le colis, Théo n’a aucune séquelle de cet accident et le client ne fit jamais connaissance avec les hémoglobines du co-fondateur.

Créer une alerte pour ne pas manquer la sortie du prochain chapitre: ici


Chapitre 14 : Un jour ordinaire
 
La chaleur estivale, les barbecues et les longues soirées au bord du lac Léman dessinaient peu à peu l’été 2014. Les étudiants partaient en vacances longtemps et les familles un peu moins. Tout le monde ralentissait un peu le rythme de travail qui se voyait réadapté au gré des festivals et des parties de pétanque.
 
Nous retrouvons notre duo durant l’une de ces journées d’été. Les commandes sur le site déclinaient à mesure que la température augmentait. Une routine estivale s’était installée dans la colocation d’Alessandro. Après le petit-déjeuner, Théo rejoignait la colocation avec le bus de 8h16. Le duo prospectait des fournisseurs et des responsables des ventes pour nouer des contacts. Ceux-ci sont moins sollicités durant cette période, cela représente une opportunité et c’est à ce moment que les vraies premières collaborations ont été mise en place.
 
Midi, un plat de pâte et une partie de ping-pong dans le jardin plus tard, les co-fondateurs se remettaient au travail jusque dans la soirée. Les journées étaient bien remplies et loin des clichés environnant les start-ups Hi-tech — pas de meeting autours de Frappuccino dans un bar de San Francisco à l’ambiance faussement surannée — des tableaux de Post-it et des photos souvenirs du dernier meetup berlinois. Non, le duo vivait dans les cartons en mangeant des pâtes. Jour après jour en s’accrochant à leurs rêves d’entreprise.

Transformer sa chambre de colocation en bureau, le salon en dépôt et la salle de bain en salle de réunion possède certains avantages. Mais cela n’était pas vivable pour Alessandro qui restait enfermé dans l’appartement. Les recherches pour un nouveau local devenaient de plus en plus pressantes …

Les colis avec le sourire dans la colocation, juillet 2014

Chapitre 15 : Au revoir vie privée …
 
L’entrepreneuriat est un marathon. Gérer ses forces, se montrer endurant et fort mentalement. Ne jamais laisser tomber, accepter de se faire dépasser et puiser dans les forces restantes pour rattraper le retard. Tenir le rythme en tête de peloton, innover, souffrir, rire, pleurer, aimer…
 
Et la vie privée dans tout cela ? Lorsque l’on mélange à ce point vie professionnelle et privée, est-ce que cela fait du sens d’essayer de séparer les deux ? Au final, c’est une question d’équilibre.
 
Les copines n’étaient pas toujours enchantées de voir leurs hommes transpirer sur des découpes de cartons et manger des pâtes alors que les deux étaient diplômés d’HEC Lausanne. Le monde du travail les attendait et seulement quelques années après leur entrée dans celui-ci, ils auraient tous les deux de confortables situations ; deux enfants, une maison, des vacances au club Med, un break et un labrador. La vie de rêve en somme…
 
Et c’est vrai au fond, pourquoi finalement s’évertuer à créer sa propre entreprise alors qu’il en existe déjà des centaines ? Pourquoi parcourir un marathon ?
 
Le défi, l’adrénaline, l’innovation, … Chaque entrepreneur possède ses raisons propres, mais dans tous les cas, il y aura des moments de doutes et d’adversité qui vous pousseront hors de votre zone de confort. Mais c’est là que se trouve pour nous cette sensation de se sentir exister qui s’estompe parfois dans la routine d’une vie parfaite. Tout le monde peut se lancer dans l’aventure — Alessandro et Théo en sont la preuve vivante — et c’est la ténacité et la persévérance qui permettra de surmonter les défis. L’idée compte pour 1%, les 99% restant sont de la transpiration…

Citation bien connue dans notre milieu d’entrepreneurs

Chapitre 16 : Des sextoys dans une banque privée
 
Oui! Nous avons fait livrer deux énormes cartons remplis de Sextoys au siège d’une banque privée. Non, ce n’était pas voulu !
 
Une petite partie du site Cronodeal.ch est consacrée aux produits coquins. Lors des premières discussions avec les fournisseurs, il a été convenu de démarrer la collaboration en voyant un échantillon exhaustif afin de se faire une idée du choix et de la qualité. Nous étions à ce moment-là dans la colocation d’Alessandro avec une adresse officielle déposée dans l’ancien bureau au centre-ville de Lausanne. Cela faisait plus sérieux qu’une adresse de colocations pour les partenaires commerciaux. 
 
Deux énormes cartons ont donc été livrés à l’adresse officielle de Cronodeal.ch — c’est-à-dire au siège d’une banque. Aucun destinataire n’était mentionné sur l’adresse. Dès lors, la secrétaire qui a réceptionné le colis au siège a ouvert un des deux cartons pour connaître le propriétaire en trouvant une facture. Quelle surprise elle eut lorsqu’elle découvrit le contenu ! 
 
Depuis cet incident, Alessandro était accueilli à chaque fois avec un sourire de connivence par la secrétaire lorsqu’il venait chercher le courrier. Allez savoir pourquoi …

Créer une alerte pour ne pas manquer la sortie du prochain chapitre: ici


Chapitre 17 : Découverte de notre nouvel espace de vie
 
Le RainbowLab ! Avant de lui donner son nom, nous devions faire connaissance avec notre futur laboratoire à créativité. Une simple annonce dans le journal a attiré l’attention du duo Cronodeal.ch fin août 2014 et la visite s’est faite le lendemain.
 
Dans un énorme immeuble, rempli de grossistes et d’entreprises du bâtiment, nous avons retrouvé le propriétaire des lieux. Un personnage qui nous a marqué dès la première rencontre - petits jeunes que nous étions. Après les premiers échanges, il nous a proposé de visiter ce qui deviendrait le futur RainbowLab. Mais, comme toujours, cela n’a pas été si facile et, surtout évident.
 
En effet, alors que nous arrivions au premier étage, le propriétaire nous a indiqué une porte. Nous nous sommes regardés à ce moment-là avec angoisse car une trace de main ensanglantée imprégnait le bois de la porte : derrière celle-ci se trouvait le dépôt de 150m2 proposé dans l’annonce. C’est donc dans un endroit rempli de mystère que l’aventure de Cronodeal.ch continua après un passage dans la colocation d’Alessandro.

Pourquoi Rainbowlab? La créativité, l’innovation, le futur, la technologie, internet, la digitalisation et le e-commerce forment 7 domaines différents et, tout comme les 7 couleurs de l’arc-en-ciel, mis ensemble, il représentent les valeurs de … Stop, alerte BULLSHIT! La zone industrielle où se trouve le dépôt s’appelle “Arc-en-ciel”. Un peu de traduction anglaise et nous avions le nom du lieu… Rien de compliqué :).


Chapitre 18 : Déménagement dans le RainbowLab
 
Enfin ! Nous avions trouvé un endroit rêvé pour continuer l’aventure. Malgré le fait que nous n’expliquons toujours pas d’où provenait cette trace de main ensanglantée lors de notre première visite, lors de l’emménagement dans les lieux: elle avait disparu. 
 
 Pourquoi nous avons eu le coup de cœur pour cet endroit ? 
 
 Des grandes baies vitrées, un immeuble rempli de sociétés dynamiques actives dans le numérique, des places pour les voitures gratuites, …
 
 … euh, non, rien de tout ça ! En faite, nous avions eu un prix imbattable pour la région même s’il fallait partager une toilette avec 30 personnes, payer des places pour les voitures et vivre dans un local avec très peu de lumière naturelle ; nous étions chez nous !
 
Le déménagement s’est effectué durant le courant du mois d’août 2014. Cela s’est fait très rapidement car nous n’avions qu’une table, deux chaises et quelques cartons. Un tour à GloryLand et nous avions aménagé un lieu idéal pour continuer l’aventure. Nous occupions à ce moment-là 10m2 de la surface totale et un gigantesque écho se propageait à travers cette immense pièce sans mobilier. C’est sûr, dans quelques semaines, cet endroit serait rempli de cartons…


Chapitre 19 : Nos nouveaux colocataires
 
Seulement deux semaines après avoir emménagé, nous nous sommes rendus compte qu’il serait difficile de remplir la totalité de la surface alors que nous vendions qu’un produit par jour sur la plateforme. Nous nous retrouvions avec une surface de 140m2 libre car notre rêve occupait seulement 10m2 à la fin de l’été 2014.
 
C’est dans une conversation, portée par l’écho dû au vide de la pièce, que nous avons eu l’idée de passer une annonce pour une colocation de bureau. Après avoir refusé quelques dossiers peu intéressants, nous savions qu’il serait difficile de trouver des colocataires qui seraient d’accord de partager notre dépôt. Néanmoins, un groupe d’amis nous écrivit et c’était le seul dossier intéressant que nous avions reçu. Ils avaient participé au Start-up weekend de Lausanne quelques mois auparavant et ils avaient continué l’aventure entrepreneuriale dans le domaine des Fintech (une entreprise qui utilise la technologie pour repenser les services financiers). Les premiers échanges ont été teintés de méfiance des deux cotés ; Alessandro et Théo voulaient accueillir des gens sympas dans leur RainbowLab et travailler dans une bonne ambiance, tandis que le groupe d’amis avait des doutes sur la véracité de l’annonce. 
 
Naturellement, une conversation sur Facebook débuta :
 
Alessandro : Ciao Grande, c’est quand que tu passes ?
François : (…) mon co-fondateur voudrait venir avec, vous êtes toujours libres la semaine prochaine ?
Alessandro : (…) Nous étions hier à l’apéro des startups de la région, d’autres sont intéressés …
 
Quelques jours plus tard :
 
Alessandro : Ciao Grande, pour l’instant, nous hésitons à prendre une quatrième start-up, redis-moi vite si vous êtes intéressés…
François : On regarde/discute les détails, mais nous sommes en bonnes voies…
 
La jeune start-up Monito.com (anciennement TawiPay.com) a donc eu l’énorme chance de voir son dossier retenu parmi les nombreuses candidatures…

Chapitre 20 : Tout est à construire, le rêve !
 
Après l’emménagement de nos locataires, voilà que nous étions cinq personnes à cohabiter dans le RainbowLab. À l’époque, c’était un grand espace de 150m2, tout blanc. 
 
L’espace offert était vaste et l’impression d’être devant une toile blanche a traversé l’esprit de l’équipe de monito.com. Tout est à construire, le rêve !
 
Très rapidement, les deux équipes prirent leurs marques dans le RainbowLab et l’ancien dépôt se transformait petit à petit en mini-incubateur pour deux start-ups. Des bureaux, des chaises, un baby-foot, des tableaux, nos colis, des écrans, un coin salon, une mini-salle de conférence construite avec des cartons que nous appelions « la grotte », des drones, … Le tableau prenait forme dans la plus grande insouciance, jusqu’à début novembre où les jours commençaient à se raccourcir et se rafraîchir … Sans chauffage, cela s’annonçait rude !

Le RainbowLab
Monito.com
Monito.com

Chapitre 21 : L’hiver sans chauffage

Nous reprenons le récit de notre histoire en novembre 2016. Le propriétaire du RainbowLab n’avait toujours pas installé de chauffage dans le dépôt, malgré plusieurs demandes.
 
Quelques semaines plus tard, la température ambiante ne dépassait pas les 10 C°. En plus d’être remplis de rêves, nous étions remplis de microbes. Travailler dans un lieu aussi froid toute la journée sans bouger n’est pas la meilleure façon d’éviter la grippe hivernale… C’est alors qu’un chauffage de fortune fût installé. C’était un chauffage ventilateur de chantier de 2Kw et cela permettait de faire remonter légèrement la température du bureau. 
 
Cependant, il faisait toujours très froid et nous avons passé tout le mois de décembre en veste d’hiver à travailler sur nos ordinateurs portables pour avancer dans le développement du site. Le soutien de nos fidèles clients nous poussait à avancer, mais c’était physiquement difficile pour tout vous avouer.
 
Vous pouvez imaginer l’angoisse que nous avions à chaque fois que nous accueillions un fournisseur, partenaire, investisseur, etc. Un de nos meilleurs fournisseurs avait dû garder sa grosse veste d’hiver et boire trois cafés d’affilé pour négocier une commande et éviter l’hypothermie.

Noël approchait, les ventes étaient bonnes à notre échelle, et le moral était malgré tout bon. Le froid était au final qu’une petite contrainte qui s’ajoutaient aux autres défis à relever. Cependant, à choisir, nous ne voudrions plus revivre cela une nouvelle fois, même si nous avons les locaux offerts …

Alessandro Soldati, Décembre 2014

Chapitre 22 : Noël 2014
 
Haaa, Noël ! Une période qui ne laisse personne indifférent. Nous étions arrivions à la fin d’une année riche en émotions et nous avions prévu quelques jours de repos bien mérité. Dans notre RainbowLab, une ambiance chaleureuse — malgré le froid — c’était installée et nous ressentions le sentiment d’accomplissement. Après des démarrages tumultueux, une petite stabilité c’était mise en place et une ambiance grandiose s’était installée dans nos locaux, 
 
Nous avons organisé une fête de Noël avec toute l’équipe du RainbowLab pour marquer la fin de cette année riche en émotions. Autours d’une bonne fondue, le vin blanc coulait à flot ! Nous vous laissons imaginer comment s’est terminé la journée au bureau alors que nous écoutions « Disco-Pogo » de Die Atzen.
 
C’est sur une journée de décompression totale que nous nous quittions pour retrouver nos familles. Le moment de prendre du recul, se reposer et bien manger. Nous savions que la reprise serait difficile en janvier 2015, il fallait que nous reprenions des forces pour l’année suivante.
 
Nous ne savions pas encore qu’une attaque de rats se préparait au RainbowLab …

François de Monito.com et Alessandro

Chapitre 23 : l’attaque des rats !

1 ans ! Voilà 1 ans jour pour jour que nous avons mis en ligne la plateforme Cronodeal.ch. Nous voulions marquer le coup en proposant une offre différente de ce que nous faisions habituellement. Alessandro décrocha donc le téléphone pour appeler la maison mère de Piaggio. Le fait de parler italien a peut-être aidé à mettre à l’aise la personne de contact, mais c’est plutôt le fait « d’organiser un concours » qui a permis d’avoir un joli rabais. En effet, pour vendre des scooters Piaggio, il faut signer un contrat pour devenir revendeur officiel de la marque. Mais lorsque c’est pour une opération ponctuelle, il est possible d’obtenir un prix. C’est comme ça que nous avons vendus trois scooters Piaggio a un prix complétement cassé — une belle récompense pour nos fidèles utilisateurs.

Nous bouclions la semaine avec un grand sourire après avoir vendu ces trois scooters, plusieurs produits électroniques et des bijoux. Tout allait pour le mieux !
 
Mais, c’était sans compter sur une sordide attaque qui se préparait dans les étages inférieurs du RainbowLab. Après avoir vidé un stock de nourritures pourries, notre voisin de dépôt à fait fuir une horde de rats qui est remontée dans les étages supérieurs. Nous étions vraiment surpris de voir ces supers-rats gris-bruns courir dans tout le RainbowLab alors que nous n’avions rien demandé ! Notre colocation n’avait pas besoin de membres en plus — La guerre était déclarée et nous avons sorti les grands moyens ! Après quelques jours, nous avions vaincu les rats à grand renfort de poison et de patience …


Chapitre 24 : Théo Speaking 
 
Durant le mois de janvier, Théo annonça à Alessandro son désir de reprendre un Master à l’UNIL en septembre 2015.
 
Nous avions passé une année riche en émotions, en apprentissage et en célébrations, mais tous les bons moments ont une fin. En discutant de cela bien en avance ensemble, cela nous permettait de prévoir la suite de Cronodeal.ch. Même si l’entreprise perdrait 50% de ses employés dans 6 mois, la volonté de continuer était présente…
 
En annonçant suffisamment son désir, Théo permettait à Alessandro de se retourner afin de poursuivre l’aventure…

Edit 19.10.2017

Je comptais continuer à raconter cette histoire dont j’avais eu l’idée, mais alors que la société était en pleine montée, nous avons eu un différend avec Alessandro en décembre 2016. À ce moment-là, je rédigeais un chapitre par jour tout en co-dirigeant la société. Dès janvier 2017, je me suis consacré à d’autres projets et j’ai donc arrêté l’écriture de l’histoire de Cronodeal.ch. Ironiquement, je n’ai pas parlé une seule fois de mon temps passé là-bas, mais je peux vous assurer qu’il y a de belles choses à raconter :)

Dès lors, si l’histoire vous intéresse, je vous invite à cliquer sur le lien suivant : https://wemakeit.com/projects/l-histoire-d-une-startup Alessandro a apparemment repris le concept et un livre serait en préparation.