Haro sur l’Orientation et Vive le Rêve!
Laila Ducher
9410

Le constat est tout à fait parlant et très réaliste! Si ton projet est de proposer des outils sérieux (qui seront pris au sérieux par les profs comme par les parents) permettant d’évaluer et de mettre en valeur toutes les compétences non scolaires des ados, et que ces outils valident l’idee que la jeunesse a une place dans le monde professionnel, fonce! Je suis sûre que c’est de cette manière que les choses peuvent changer. Pourquoi?

En même temps que le chômage est devenu massif, l’école est passée de l’éducation des élites à l’éducation de masse. Du coup, elle s’est transformée en une espèce de couveuse de futurs productifs. L’école est devenue la seule institution chargée d’une seule mission et sommée d’y réussir: fabriquer les futurs actifs de la société de demain, dont les contours, qui plus est, sont franchement incertains (à moins d’être devin…). Mais qu’allait-elle faire dans cette galère! Quand je réfléchis à l’école, c’est cela qui me choque le plus, parce que la mission de l’école n’est pas de former, mais d’éduquer, d’instruire. L’école ne doit pas être un super organisme de formation professionnelle! Si l’école échoue aujourd’hui à éduquer en masse, c’est à mon avis surtout parce qu’elle confond éducation avec usine à faire pousser des travailleurs!

Oui, il faut pousser l’école à se dessaisir de cette mission. Oui, il faut aider les parents à désinvestir l’école de cette mission pour mieux la réinvestir comme lieu d’éducation. Il faut que des gens comme toi, Laila, s’attellent à ce travail sur le terrain. Mais, tant qu’il n’y a pas d’outils pour montrer comment les choses peuvent changer concrètement, alors personne n’y croit.

Tu as raison, il faut aider les jeunes à rêver leur futur, mais il faut aussi aider l’école. Si tout le monde crie haro sur l’école mais continue à lui demander la lune, c’est la débandade assurée!

Je crois que le chemin que tu suis est très pertinent et c’est avec beaucoup d’intérêt que je lirai ton prochain article!

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Catherine Leduc’s story.