Animaux et enfants, une relation particulière…

Nos animaux seraient-ils meilleurs éducateurs que nous ?

Suite à la parution d’un article dans le « International Journal of Environmental Public Health » le 27 février dernier, ChezMonEleveur vous fait part du meilleur des résultats des 22 études menées sur l’animal de compagnie et le développement de l’enfant et de l’adolescent. En effet, jusqu’à présent, les études concernant le développement de l’enfant se sont le plus souvent limitées à leurs interactions avec les autres humains. Il n’est pourtant pas rare de voir nos enfants se lier d’une amitié très forte avec nos animaux, d’autant plus que selon de nombreuses études, les foyers ayant des enfants seraient plus susceptibles de posséder des animaux que ceux uniquement composés d’adultes. Mais alors, quels effets ont réellement nos compagnons sur nos enfants ?

1. Un premier animal avant 6 ans

La première question est de savoir quand l’animal a un réel effet sur le développement de l’enfant. A quel moment leur interaction a-t-elle un vrai bénéfice ? Il a alors été découvert que l’effet de notre compagnon sur notre enfant est différent en fonction de son âge : un enfant de moins de 6 ans est plus réceptif à l’animal et a plus d’interaction avec lui qu’un enfant entre 6 et 10 ans par exemple. En effet, un jeune accorde plus d’importance et plus d’affection à son compagnon qu’un enfant ayant commencé à devenir plus indépendant (de même que pour l’affection parentale qu’il peut éprouver). Il y a donc une période de « creux » jusqu’à 10 ans environ, période où l’enfant évolue, essaye de devenir plus autonome et délaisse légèrement l’animal, pour se tourner vers une réelle sociabilisation avec les humains. Après 10 ans, et vers l’adolescence, le comportement de l’enfant s’est alors développé et il renoue souvent des liens avec son animal, ce dernier influençant à nouveau le développement de son propriétaire de manière significative.

L’adoption du premier animal a différents impacts sur l’enfant selon son âge. Il est ainsi plus bénéfique d’adopter son premier animal lorsque l’enfant a moins de 6 ans. Ceci permet de créer des liens plus forts et de pouvoir observer de plus grands bénéfices au cours de l’évolution et de l’apprentissage de l’enfant. L’interaction entre un animal et son jeune propriétaire présente ainsi des résultats reposant en grande partie sur la santé émotionnelle de l’enfant.

2. L’estime de soi.

Une interaction avec un animal domestique permet à un enfant de mieux s’estimer. Cela dépend du niveau d’attachement qu’éprouve l’enfant pour son animal : plus l’enfant éprouve un attachement fort envers lui, mieux l’enfant aura tendance à s’estimer. Ceci peut être expliqué par le fait que de nombreux enfants jugent la relation avec leurs animaux plus importante et plus forte qu’une relation avec un humain. En effet, l’animal ne juge pas et nous retourne l’affection, l’enfant ou l’adolescent est alors mis en confiance.

3. La solitude

Les jeunes possédant des animaux sont moins à même de se sentir seuls. Le fait d’être propriétaire d’un animal a un effet protecteur, et une interaction réelle entre les deux se met en place : la sensation de solitude en est alors significativement réduite. L’attachement d’un enfant pour son compagnon est alors reflété par le développement de son réseau social. Il a été mis en évidence que plus l’enfant est attaché à son animal, plus son réseau social est étendu. L’animal joue ainsi un rôle de « prédicteur » influençant le bien-être social de l’enfant (toujours lié au fait que la relation avec l’animal augmente l’estime de soi).

4. Réduction de l’anxiété

Le fait de posséder un chien permet à nos enfants d’être moins anxieux. Ce compagnon à 4 pattes est capable, à titre préventif, de réduire l’anxiété de la séparation et l’anxiété sociale. Cependant, le nombre d’études concernant ce sujet reste très faible et des recherches complémentaires sont nécessaires pour réellement confirmer cet effet.

5. Amélioration du comportement

La présence de nos animaux dans le quotidien de nos enfants améliore leur comportement. Il a alors été relevé que l’enfant se montre plus coopératif et se comporte mieux, notamment avec ses parents et les adultes à partir de 1 mois après l’adoption d’un chien. De plus, le fait d’être propriétaire d’animaux augmente nettement la responsabilisation de l’enfant. Avoir un animal à la maison permet de sensibiliser l’enfant à s’occuper de son animal et de prendre soin de lui, en lui donnant des responsabilités adaptées à son âge. Ceci permet donc de responsabiliser l’enfant en général, dans sa vie quotidienne et non uniquement envers son compagnon. De cette manière, l’enfant devient de plus en plus autonome.

6. Développement cognitif et éducation

Un enfant ayant un thème ou un sujet qu’il se représente bien et connait, qu’il aime, et qui se ramène à sa vie de tous les jours apprend beaucoup plus vite sur ce sujet. De la même manière, l’animal serait alors un facteur de motivation pour l’enfant dans le cadre de son apprentissage.

Pour mieux comprendre en quoi notre animal de compagnie rend plus efficace l’éducation de nos enfants, rendez-vous la semaine prochaine !

Vous trouverez l’article du International Journal of Environmental Public Health concerné ici.

Floriane FAUGERON, ChezMonEleveur.fr

Show your support

Clapping shows how much you appreciated ChezMonEleveur’s story.