Étudiant, entrepreneur et chrétien à la fois, c’est possible ?

Nous avons posé la question à Côme Besse, ancien de CGE, fondateur de Divine Box — la box des produits monastiques — depuis septembre 2016 et diplômé d’HEC depuis … juin 2017.

Divine Box fait découvrir chaque mois une sélection de produits monastiques à ses abonnés

Comment est venue l’idée de Divine Box ? Pourquoi Divine Box ?

Tout a commencé avec un pâté ! Un de mes frères qui habitait à Barcelone, souffrait de ne pas retrouver son petit fromage français, son vin rouge et sa charcuterie préférée. Une année à Noël, maman lui avait offert un panier garni plein de victuailles françaises pour remédier à ça… dont un pâté d’abbaye dont mon frère est tombé complètement amoureux !

Avec ma soeur, nous avons alors commencé à parler d’apéro des abbayes, vu que nous savions que les abbayes faisaient aussi du fromage et de la bière. Nous nous sommes peu à peu rendu compte qu’elles faisaient mille autres produits d’épicerie fine, et qu’autour de nous personne ne le savait ! On s’est demandé comment faire découvrir tout cela autour de nous… Et hop, Divine Box est née : une box mensuelle des meilleurs produits monastiques, avec un nouveau thème chaque mois : chocolat, miel, apéro, fruits rouges…

Le nom Divine Box vient du parallèle entre une expression familiale, « c’est divinement bon! », et les moines dont la vie est « divine » ou reliée à Dieu nous semblait assez amusant. On a combiné les deux, rajouté box parce que c’est une box, et voilà !

Étudiant-entrepreneur, c’est facile à gérer ?

J’étais à HEC Entrepreneurs, un master qui encourage la création d’entreprise. J’ai toujours senti que j’avais envie de monter ma boîte et d’être à la tête de quelque chose ! Alors avec une idée pareille, je me suis lancé, malgré mes cours à côté, malgré les quelques devoirs à rendre, malgré un emploi du temps pas toujours évident. Mais c’est un peu ça le charme d’une start-up, non ? Avec de la persévérance et un peu de bonne volonté on y arrive!

Que connaissais-tu du monde monastique avant Divine Box ?

Ça reste entre nous ? Réponse : pas grand chose … Grâce à une tante et une cousine moniale, on connaissait les bonbons de Saint-Benoît-sur-Loire, mais pas beaucoup plus… Quand on a fait nos recherches et découvert tout ce que faisaient les abbayes (bière, pâté, huile d’olive, confitures, miel, fromage, crackers, compote…) on a vraiment trouvé ça incroyable et vraiment dommage que si peu de gens ne les connaisse !

Sur le monde monastique au sens plus large, on avait déjà visité quelques abbayes, mais au fond, on n’y connaissait pas grand chose.

Côme a fondé Divine Box pendant sa dernière année d’études

Qu’est ce qui t’a le plus surpris dans tes relations avec les frères et les moniales depuis le début de l’aventure Divine Box ?

Les communautés religieuses sont les seuls fournisseurs du monde qui, par mail, demandent à Dieu de te bénir et de bénir ton entreprise ! Ce qui m’a d’abord marqué, c’est la bienveillance. Entre elles et nous, il y a vraiment un grand respect. Un jour, lors d’une tournée d’abbayes comme on en fait tous les mois, à Laval, à la fin de nos discussions, une soeur s’absente deux minutes et revient avec un petit bout de papier qu’elle me glisse au moment de nous dire au revoir. Une fois repartis de l’abbaye, j’ouvre ce petit papier : « Joyeux anniversaire Côme ! ».

Ensuite, j’ai été marqué de voir que les abbayes font pleinement partie du monde d’aujourd’hui. Beaucoup s’imaginent que les soeurs sont toutes vieilles et ont à peine un téléphone voire internet… alors que, petit à petit, on découvre que les abbayes vivent dans le même monde que nous, tout en préservant leur vie de prière et leur vie cachée. Récemment, pendant en tournée d’abbayes dans le Sud-Ouest, Astrid (ma soeur et associée), postait une story Instagram en pleine visite des ateliers de pâtes de fruits. Et là, **roulement de tambours**, un moine commence à discuter avec nous sur Instagram ! Bon certes tous les moines ne sont pas sur Snapchat ou Instagram mais quand même, cela montre bien que les abbayes sont bien dans notre temps.

Vois-tu que Divine Box comme être un moyen de faire découvrir le monde monastique ?

Complètement ! Bien sûr, on ne sera jamais une box catho ou une box de prière, on se veut très neutre par rapport à la foi. En revanche, nos box sont le moyen de montrer tout ce que les abbayes font d’incroyable. Dans chaque box, on glisse une petite carte postale à envoyer à l’abbaye du mois de votre choix pour les remercier de leurs bons produits ! Libre à chacun de l’envoyer ou non, et d’aller creuser un peu plus loin ensuite en se rendant sur place …

Sais tu déjà si tu comptes te dédier à Divine Box à long terme ? D’autres projets dans les cartons ?

Il y a tellement de belles choses à faire que je pense qu’on est partis pour quelques années au moins. Vu l’engouement pour l’instant, je ne pense pas que Divine Box va s’arrêter dans deux semaines ! Je ne sais pas non plus si j’y serais encore dans 10 ans … On verra comment l’aventure évolue.

Notre priorité à très court terme est d’optimiser et de sécuriser l’opérationnel, mais très vite on va lancer plein de choses : des nouveaux thèmes, des nouvelles offres etc… Toujours dans le but de faire découvrir les produits monastiques au plus grand nombre et notamment à un public jeune et cool (comme nous !).

Côme, Astrid et Dauphine : l’équipe derrière Divine Box !

Une petite anecdote sur l’aventure Divine Box ?

Un jour, lors d’une mise à jour du site, j’ai fait une boulette et supprimé tous les mots cadeaux que les gens nous avaient demandé de marquer, ce qui nous valu de les relancer un par un pour qu’ils nous les renvoient. Plutôt pas terrible comme lien avec un abonné, non ? Et en fait, c’est à cette occasion qu’on a reçu le plus de messages d’amour : des « c’est pas grave », « vos box sont incroyables », « continuez comme ça! » à en pleuvoir … Quand on vous parle de bienveillance, ça marche aussi avec nos abonnés !

Plus d’infos sur Divine Box : https://divinebox.fr/ et https://www.facebook.com/divinebox.fr/