Madame la Marquise, tout va très bien !

Dernière reine de France et de Navarre (1774–1792) — Portrait par Martin van Meytens, vers 1767. Marie-Antoinette Josèphe Jeanne de Habsbourg-Lorraine.

Aujourd’hui, nous savons que la perfection n’est pas de ce monde.Mais nous aimons à croire que c’est moins pire que ce que l’on en dit.

Il y a tant de mauvaises langues, d’hier et d’aujourd’hui ! Voici ce qu’elles disent :

« Il est de grande importance dans les républiques, non seulement de se défendre contre l’oppression de ceux qui la gouvernent, mais encore de garantir une partie de la société contre l’injustice de l’autre. » ( Président Américain James Madison . 1751- 1836 )

« Je crois qu’il est faux d’afficher un trop grand optimisme sur notre avenir. La seule opinion raisonnable et responsable est de reconnaître qu’il y a de l’espoir mais aussitôt d’avouer qu’il est malgré tout bien mince. » ( Nikolaas Tinbergen / L’Avenir de la Vie )( Prix Nobel 1973)

CROISSANCE

« La croyance du Capitalisme en une croissance économique perpétuelle va contre tout ce que nous savons ou presque de l’univers. » (Yuval Noah Harari / Sapiens)

ENVIRONNEMENT

La prévision mondiale 1900 >à 2050 de l’ONU de ‘consommation annuelle de matières premières par habitant, en tonnes’ :

passerait de 5t >à 6t (dans l’improbable hypothèse de consommation en baisse de 60% dans les pays industrialisés, par rapport au niveau de 2005, et stable dans les autres pays), et

passerait de 5t >à 17t si consommation stable des pays industrialisés par rapport à 2005, et rattrapage pour les autres pays : « bien au-delà de ce qui est supportable ».

(rapport ONU 2011) ( mat. premières = minerais + pétrole, gaz, charbon + matériaux construction + biomasse) (Note JPC : le niveau 2005 était de 9t)

« Enfermée dans le court terme des échéances électorales, et dans le temps médiatique, la politique s’est peu à peu transformée en gestion des affaires courantes. Elle est devenue incapable de penser le temps long. Or la crise renverse une perception du progrès où le temps joue en notre faveur. Parce que nous créons les moyens de l’appauvrissement de la vie sur terre et que nous nions la possibilité de la catastrophe, nous rendons celle-ci crédible. » ( Le Monde 3 avril 2011 — article Michel Rocard — D. Bourg — F. Augagneur)

« L’homme passe son temps à bouleverser cet équilibre en vue de ce qu’il considère comme une nécessité immédiate, sans prendre un instant en considération ce qui peut en résulter même dans un avenir assez proche, parfois aussi par ignorance et avidité. » ( Henry Fairfield Osborn Jr / La Planète au pillage — 1949 )

« Il nous faut une révolution (…) : un changement profond de nos idées fondamentales. » ( William Vogt / La faim du monde — 1950)

« Il est tentant pour les prospectivistes de penser que le néo-cortex est dominant chez l’homme et qu’en donnant à ce dernier le rêve d’un monde meilleur, il parviendra à abandonner son désir organique de satisfaction immédiate. » (…) « (…) l’étude du comportement humain révèle que dans l’ensemble, les hommes comme les animaux laissent leur vieux cerveau prédominer et rechercher ainsi le plaisir. » ( Gabriel G. Nahas / L’Avenir de la Vie )

DÉCADENCE

La décadence d’une société commence quand l’homme se demande : “Que va-t-il arriver ?” au lieu de se demander : “Que puis-je faire ?”. ” (Denis de Rougemont / L’avenir est notre affaire )

« (…) dans le doute des opinions, les hommes finissent par s’attacher uniquement aux instincts et aux intérêts matériels. » ( Alexis de Tocqueville / De la Démocratie en Amérique )

« (…) le problème essentiel de notre société occidentale réside (…) dans le manque total de finalité. » (Henri Laborit / L’avenir de la vie)

« D’un point de vue sanitaire,l’homme occidental (l’Américain, l’Européen) est probablement assez décadent. (…) Je parle de changements phénotypiques, non de changements génétiques. Je maintiens que nous nous faisons de grandes illusions quand nous croyons que nous, les membres des sociétés d’abondance, sommes sains parce que nous sommes maintenus en vie plus longtemps. » ( Nikolaas Tinbergen / L’Avenir de la Vie )

IMMIGRATION

« Aujourd’hui, nous connaissons aussi une immigration liée à la guerre et à la pauvreté. Et très bientôt, nous allons connaître l’immigration liée au changement climatique, à la sécheresse. (…) Ce n’est probablement que le début d’un phénomène que nous aurons le plus grand mal à maîtriser. » (Boris Cyrylnik )

« La seule bonne solution, c’est l’intégration. Les immigrés occupent les boulots dont nous ne voulons plus, ils paient leurs impôts, ils financent la retraite de nos vieux. Et en retour, ils modifient la culture et les représentations de la société dans laquelle ils vivent. Ils enrichissent le pays dans lequel ils s’installent et le bouleversent de manière positive. Évidemment, ce bouleversement produit une émotion et nécessite donc un travail mental. » (Boris Cyrulnik)

FAMILLE

« L’État et le Marché sont la mère et le père de l’individu, et l’individu ne peut survivre que grâce à eux. » (…) « Nous, l’État et le Marché, nous allons prendre soin de vous. Nous vous fournirons nourriture, hébergement, éducation, santé, aide sociale et emploi, mais aussi pensions, assurances et protection. » (Yuval Noah Harari / Sapiens)

INSÉCURITÉ CULTURELLE

« La polémique engagée autour du concept ‘d’insécurité culturelle’ se fonde sur une erreur de fond : croire que l’essentiel de la communauté française est multiculturelle. » (…) « En réalité, l’insécurité culturelle est pour tout le monde. Elle a trois causes : la mondialisation ultralibérale, la déliquescence de l’État, le sentiment de déclassement. » ( Jean-François Daguzan / la fin de l’État-nation )

ABATTOIRS

« Le jour viendra où les personnes, comme moi, regarderont le meurtre des animaux comme ils regardent aujourd’hui le meurtre des êtres humains. » ( Leonardo da Vinci — vers 1510 )

« Un chien qui meurt, et qui sait qu’il meurt comme un chien, et qui peut dire qu’il meurt comme un chien est un homme. » ( Erich Fried — 1970)

VIVISECTION

« Des barbares saisissent ce chien, qui l’emporte prodigieusement sur l’homme en amitié ; ils le clouent sur une table, et ils le dissèquent vivant pour te montrer les veines mésaraïques. Tu découvres dans lui tous les mêmes organes de sentiment qui sont en toi. Réponds-moi, machiniste, la nature a-t-elle arrangé tous les ressorts du sentiment dans cet animal, afin qu’il ne sente pas ? A-t-il des nerfs pour être impassible ? Ne suppose point cette impertinente contradiction dans la nature. » ( curé Jean Meslier ‘1664–1729’ — Dictionnaire philosophique, article ‘bêtes’)

INEGALITES : PAUVRETÉ & RICHESSE

« L’indigence au milieu des richesses est la plus pesante des pauvretés. » (Sénèque / lettres à Lucilius, 74 — vers 50 après JC)

« A l’époque des Lumières, il n’existait aucune région du monde, en dehors des peuples vernaculaires, où la richesse moyenne par habitant aurait été le double d’une autre. Aujourd’hui, le ratio atteint 428 (entre le Zimbabwe et le Qatar). » ( Le Monde 3 avril 2011 — article Michel Rocard — D. Bourg — F. Augagneur)

« (…) c’est l’exploitation avide des contrées exotiques et de leurs populations, entre le XVI ième et le XIX ième siècle qui permit au monde occidental de prendre son essor. » ( Claude Lévi Strauss / L’Anthropologie face aux problèmes de l’homme moderne — conférences 1986 )

« (…) la réduction des inégalités au cours du siècle écoulé est le produit chaotique des guerres et des chocs économiques et politiques qu’elles ont provoqué, et non le produit d’une évolution graduelle, consensuelle et apaisée. » ( Thomas Piketty / Le Capital au XXI ième Siècle )

« L’accroissement actuel des inégalités « favorise la montée des individualismes et des égoïsmes : puisque le système dans son ensemble est injuste, alors pourquoi faudrait-il continuer à payer pour les autres ? » ( Thomas Piketty / Le Capital au XXI ième Siècle )

« (…) plus d’argent sort des pays qu’il n’en rentre dans les autres pays, ce qui est en principe impossible. » ( Thomas Piketty / Le Capital au XXI ième Siècle )

JUSTICE

« Il n’y a pas de justice dans l’Histoire » ( Yuval Noah Harari / Sapiens — 2015 )

« (…) L’Histoire, telle que nos civilisations l’utilisent, exprime moins des vérités objectives que des préjugés et des aspirations. » ( Claude Lévi Strauss / L’Anthropologie face aux problèmes de l’homme moderne (conférences 1986)

« Nos sociétés fonctionnent sur une différence de potentiel : la hiérarchie sociale, qui, à travers l’histoire, a pris les noms d’esclavage, de servage, de division en classes, etc… De telles sociétés créent et entretiennent en leur sein des déséquilibres qu’elles utilisent pour produire à la fois beaucoup plus d’ordre -la civilisation industrielle- , mais, sur le plan des relations entre personnes, beaucoup plus d’entropie. (désordre)» ( Claude Lévi Strauss / L’Anthropologie face aux problèmes de l’homme moderne — conférences 1986 )

« Notre justice ne nous présente que l’une de ses mains, et encore la gauche. » ( Montaigne — Les Essais L3 Ch13–1533 /1592)

« Considérez la forme de cette justice qui nous régit : c’est un vrai témoignage de l’humaine imbécillité, tant il y a de contradiction et d’erreur. » ( Montaigne — Les Essais L3 Ch13– 1533 /1592)

«(…) les lois se maintiennent en crédit, non parce qu’elles sont justes, mais parce qu’elles sont lois. Elles sont souvent faites par des sots. » ( Montaigne — Les Essais L3 Ch13–1533 /1592)

DÉMOCRATIE, GOUVERNANTS et GOUVERNÉS

« L’élection ne fait pas la démocratie. Laquelle suppose un système éducatif efficace, une justice indépendante, une administration impartiale, une presse libre, le respect des droits des minorités et un minimum de sécurité physique comme alimentaire. » ( Vincent Hugeux / le mirage démocratique )

« Les démocraties sont trop lentes, voire impuissantes tant que les électeurs ne sont pas conscients des problèmes. » ( Nikolaas Tinbergen / L’Avenir de la Vie )

« (…) la masse des citoyens veut très sincèrement le bien du pays (…) mais ce qui leur manque toujours, plus ou moins, c’est l’art de juger des moyens tout en voulant sincèrement la fin. » ( Alexis de Tocqueville / De la démocratie en Amérique — 1840)

(…) « Une idée fausse, mais claire et précise, aura toujours plus de puissance dans le monde qu’une idée vraie mais complexe. » ( Alexis de Tocqueville / De la démocratie en Amérique — 1840)

« (…) les charlatans de tous genres savent si bien le secret de plaire au peuple, tandis que, le plus souvent, ses véritables amis y échouent. » ( Alexis de Tocqueville / De la démocratie en Amérique — 1840 )

« Les grands talents et les grandes passions s’écartent en général du pouvoir, afin de poursuivre la richesse ; et il arrive souvent qu’on ne se charge de diriger la fortune de l’État que quand on se sent peu capable de conduire ses propres affaires. » ( Alexis de Tocqueville / De la démocratie en Amérique — 1840)

« Il y a une grande différence entre faire ce que l’on n’approuve pas, ou feindre d’approuver ce que l’on fait : l’un est un homme faible, mais l’autre n’appartient qu’aux habitudes d’un valet. » ( Alexis de Tocqueville / De la démocratie en Amérique — 1840).

« (…) les courtisans (…) parlent sans cesse des lumières naturelles de leur maître (…) mais, en lui sacrifiant leurs opinions, ils se prostituent eux-mêmes. » ( Alexis de Tocqueville / De la démocratie en Amérique — 1840)

ONU

« Derrière la langage feutré des diplomates, on distingue des bruits de bottes coloniales. » (Tierno Monomewbo — Prix Renaudot 2008 )

CPI — Cour Pénale Internationale

« Pourquoi épargne-t-elle tant de criminels ? (…) la CPI, souvent perçue comme l’instrument servile de censeurs au teint pâle et à l’indignation sélective peut encore désamorcer le procès en iniquité néocoloniale et en dissymétrie judiciaire instruit à son encontre. Mais il faut y mettre le prix. » ( Vincent Hugeux / le mirage démocratique )

RACISME

« Tandis que les blancs proclamaient que les Indiens étaient des bêtes, les seconds se contentaient de soupçonner les premiers d’être des dieux. A ignorance égale, le dernier procédé était certainement plus digne d’hommes. » ( Claude Lévi Strauss / Tristes Tropiques — 1955 )

Jean Jacques Rousseau préférait croire que les gorilles étaient des hommes, plutôt que de courir le risque de refuser la qualité d’hommes à des êtres qui, peut-être, révélaient un aspect encore inconnu de la nature humaine.

ORDRE PUBLIC

« En toute police, il y a des offices nécessaires, non seulement abjects, mais encore vicieux ; les vices y trouvent leur rang et s’emploient au maintien de la société, comme les poisons à la conservation de notre santé. » (…) « Le bien public requiert qu’on trahisse et qu’on mente, et qu’on massacre. » (Montaigne / Les Essais L3 Ch1–1580)

« Il est des crimes autorisés par des décisions du Sénat et les décrets de la plèbe. » ( Sénèque — vers 50 après JC )

Madame de Pompadour — par François Boucher 1759 (Source : abcgallery.com)