Est-il obligatoire d’apporter des références en entrevue au Québec ?


Vous êtes appelé en entrevue? Sachez que la majorité des employeurs vous demanderont des références.

Pour eux, c’est une façon de vérifier l’exactitude des renseignements que vous avez fournis. Ils s’en servent également pour évaluer certaines de vos qualifications, pour identifier d’éventuels besoins de perfectionnement ou pour découvrir votre véritable point faible. Lorsqu’on se rend en entrevue, il est donc impératif de préparer une liste de références. Trois devraient suffire. Il peut s’agir d’un supérieur, d’un professeur, d’un superviseur de stage, d’un client, d’un fournisseur ou d’un collègue de travail. L’important, c’est que ce soit quelqu’un avec qui vous avez eu une relation professionnelle. Ce ne peut donc pas être votre meilleur ami ni votre mère!

Pour ceux qui n’ont pas d’expérience de travail au Québec, il est possible de donner des références provenant d’autres pays.

Dans la mesure du possible, il serait tout de même utile d’avoir une référence québécoise. Ce pourrait être, par exemple, un professeur de la francisation, un responsable d’une activité de bénévolat à laquelle vous avez participé, voir même votre conseillère en emploi!

Vous préparez actuellement une telle liste?

Voici quelques conseils :

Soyez stratégique :

Bien que la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé interdise à un ancien employeur de donner de mauvaises références, il est essentiel de bien choisir les personnes que vous mettrez sur votre liste. Dites-vous qu’un employeur qui refuse de parler de vous pour ne pas contrevenir à cette règle n’envoie pas un message très positif. Si votre dernière expérience de travail ne s’est pas bien terminée, choisissez une personne stratégique au sein de l’entreprise.

Vous n’êtes pas obligé de donner les coordonnées de votre ancien employeur. Dans ce cas, vous pourriez plutôt choisir de fournir celles d’un supérieur ou d’un collègue. Si l’intervieweur vous questionne à ce sujet, expliquez que cette personne qui a travaillé plus directement avec vous sera plus à même de parler de votre performance et de vos aptitudes professionnelles.

Préparez votre liste en avance :

Notez sur une feuille le nom des personnes à contacter, leur titre et leurs coordonnées. Il peut parfois être ardu de préparer une telle liste, les gens changeant souvent d’emploi. Vous pouvez donner le nom de personnes même si elles ne travaillent plus chez votre ancien employeur.

Avertissez vos références :

Parlez-leur du poste que vous recherchez et des compétences que vous aimeriez qu’elles mettent de l’avant. Elles seront ainsi mieux préparées pour parler de vous et leurs commentaires seront plus pertinents parce que plus directement liés aux exigences de l’emploi en question. Cette étape est particulièrement importante dans le cas d’anciennes relations professionnelles. Comme ça fait peut-être plusieurs années que vous n’avez pas travaillé avec elles, elles se souviennent sans doute de vous avec moins de précision. Au besoin, faites leur parvenir votre CV mis à jour.

Vérifiez vos références :

Il pourrait être judicieux de demander à vos références ce qu’elles diront de vous si on les contacte. Dans le doute, demandez à un ami de les appeler pour vérifier qu’elles parlent positivement de vous. Il serait vraiment dommage que l’emploi vous échappe en raison de mauvaises références.

Attendez qu’on vous les demande :

Apportez votre liste en entrevue. Il est tout de fois recommandé d’attendre que l’intervieweur vous la demande avant de la présenter. Il n’est pas nécessaire d’offrir cette liste si on ne vous en parle pas.

Vous pouvez retrouver des conseils sur la recherche d’emploi au Québec sur le site du Cremcv.

Songez-vous venir au Québec ? Avez -vous demandez vos références à vos employeurs ?

Emilie Laurin-Dansereau

Conseillère en emploi au Cremcv

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.