Du rêve de gosse au travail d’adulte

Je viens d’une époque où les ordinateurs n’étaient pas des “Personal Computers”, une époque durant laquelle m’imaginer travailler sur un ordinateur était aussi accessible que travailler sur un moteur de navette spacial. Et encore à l’époque on savait comment construire un moteur. Mais je fais partie des chanceux qui se sont fait sans diplômes à la manière d’une boussole qui n’indique pas le nord mais le pole le plus proche. Pour nous laisser le temps de découvrir toutes les directions.

Avec comme bagage mon envie de construire des choses nouvelles, j’ai commencé à travailler dans le Web en 1999 après avoir appris à manipuler le couple magique Photoshop-Illustrator, les enfants xPress-inDesign et le cousin fraichement arrivé Flash. C’est avec Flash que j’ai vraiment compris que le seul domaine d’activité dans lequel je pouvais m’épanouir était - est toujours - l’Internet. Après 8 ans d’agence de communication où j’ai monté le secteur Web, je me suis lancé en freelance et j’ai rapidement troqué l’ActionScript pour le JavaScript. Merci Brendan Eich, merci Macromedia !

Flash est mort, vive… qui au fait ?

Au milieu des années 2000 j’étais complètement plongé dans le développement Flash (sites Web, applications CDrom, animations, …) et mon oreille n’était pas très réceptive aux affirmations qui prévoyaient la fin de Flash sous prétexte que Steve Jobs refusait de l’implémenter sur son iPhone. Moi j’avais fait la mise à jour de Flash, et j’avais bien vu que Flash offrait la possibilité d’exporter un exécutable IOS pour l’AppleStore… Et les plus belles applications de l’époque, elles étaient développées comment Steve ?

Je dois avouer que j’ai encore aujourd’hui un rapport sentimental avec Flash et c’était l’un des meilleurs logiciels pour créer des animations HTML5. D’autant qu’on ne parle plus aujourd’hui que de bower ou npm mais nous avions l’équivalent à l’époque : ça s’appelait FlashKit, c’était plein de code OpenSource plus ou moins crades et c’était sacrément formateur de réussir à intégrer un module !

T’as entendu parler de Joomla ? Ça va devenir chaud de vendre des sites !

Aborder son métier comme celui d’un spécialiste nous contraint au rôle d’expert et nous impose l’excellence pour durer alors que l’aborder comme celui d’un artisan nous permet de voir les transformations du métier comme autant de chances de faire évoluer nos compétence. J’ai d’abord vu l’arrivée des CMS comme un risque pour mon activité avant de me rendre compte qu’ils pouvaient m’apporter énormément de solutions à des problématiques que je rencontrai.

C’est Worpdress qui m’a définitivement converti à l’utilisation des CMS. Après avoir monté un projet hybride qui affichait un site Wordpress sur smartphone et une application Flash sur desktop, je me suis rendu compte qu’il fallait que j’en apprenne plus sur le PHP et le SQL pour gérer mes données et que ce petit JavaScript semblait bien intéressant. Merci aux créateurs de Wordpress cette fois-ci car grâce à eux, j’ai réussi à faire une boucle dans mon autoformation : faire le design du site, intégrer le design en front, modéliser la donnée en back et renvoyer la donnée en Front. Et en prime çaa rendu mon travail de plus en plus passionnant car de plus en plus global.

Quand l’absence de diplôme dépasse la valeur du diplôme

Différentes expériences professionnelles m’ont amené à travailler dans des milieux divers et variés qui avait tous un point en commun : besoin de mes connaissances. Et je ne parle pas de techniques, parce que techniquement je ne me suis jamais considéré comme le meilleur. Mon point fort est plus celui d’être arrivé où je suis le nez au vent, en suivant mes envies du moment et en conservant le plaisir d’apprendre. Ce qui m’avait fermé les portes des écoles où je rêvais de m’inscrire m’ouvrait celles pour devenir formateur de ses mêmes écoles.

Le dernier remerciement revient à JavaScrip, il est central dans tout mon parcours et c’est le langage qui répond autant à mes attentes d’aujourd’hui qu’à celles de notre futur. Les frameworks comme NodeJS ou Angular m’ont plongé littéralement en immersion dans le JavaScript, et l’arrivée de l’ES8 ne va pas donner envie de sortir de l’eau et c’est principalement son fonctionnement coté client qui m’a définitivement converti au JavaScript. Du coup, je vois tout au travers le principe du MEAN stack : l’implémentation de fonctionnalités novatrices sur des solutions anciennes. J’aime à réfléchir sur ce genre de problématiques et je pense que c’est à travers elles que nous parviendrons à accompagner le changement de paradigme. Un mot pompeux pour dire qu’avant de supprimer nos serveurs Apaches polluants pour passer à ds serveur JavaScript, il faut travailler par étapes en comprenant le métier de nos clients.

Once apon a time

Une personne de mon entourage m’a parlé de Medium en ne trissant pas d’éloge pour ce média, j’y ai vu un bon moyen de présenter mes recherches. Mais j’ai vu un bouton nommé “New story” et je me suis dit que la moindre de choses c’est de se présenter : 
“Salut, je m’appelle Julien.”

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.