Le Game Boy Advance, la console de salon portable.

La description de la Game Boy Advance sur le site de Nintendo France

En 2001, sort une console portable de 140 grammes, avec un écran de 2,9 pouces et une résolution de 240 par 160 pixels. C’est la petite sœur de la gamme portable de Nintendo, son nom le Game Boy Advance. Avec ses spécificités techniques, se rapprochant d’une Super Nintendo, la petite dernière de va se retrouver avec plusieurs portages de sa grande sœur qui trônaient fièrement sous les téléviseurs cathodiques, au début des années 90. Pendant que la firme de Kyoto recycle ses licences comme Super Mario World, FZero ou encore Metroid Fusion, un jeu qui reprend sprite pour sprite le Super Metroid de 1994, des studios Ubisoft et Atari en tête, se mettent en ordre de marche afin d’adapter leurs licences sur la portable de Nintendo. Splinter Cell, Max Payne ou encore Jet Set Radio, sortis sur des consoles de salons permettant d’afficher des décors réalistes ou des graphismes en cell-shading, ont eu le droit à des adaptations sur le Game Boy Advance. Entre réinterprétations, retour aux sources et prouesses techniques, plongeons dans le monde du “Demake”, ou comment adapter un jeu sur un support techniquement dépassé et plus ergonomique ?

L’année de la sortie de la console, le premier éditeur à se lancer dans cette entreprise, de destructuration graphique et de simplification des contrôles, est Ubisoft avec Black Isle Studio, sur l’adaptation de Baldur’s Gate Dark Alliance. D’abord développé pour la Playstation 2, la Xbox et la Gamecube, cet épisode est une réinterprétation de la saga Baldur’s Gate, au format Hack n’ Slash, mais garde ses racines de jeux de rôles, avec les dialogues, les personnage non jouables et à progression du personnage, hérités des règles d’Avanced Donjons et Dragons. C’est à Destination Software, qu’incombe la lourde tâche de développer le jeu, ils seront aussi les responsables de Medal Of Honor Underground et Midnight Club Street Racer sur la même machine. Le jeu reprend la vue isométrique de la version console ainsi que sa trame narrative, à la virgule près. Le développeur va réussir un tour de force musical avec le jeu, il est de notoriété que le chipset sonore du Game Boy Advance soit bien loin des capacités de celui de la Super Nintendo, pourtant dans Baldur’s Gate Dark Alliance, on retrouve des chants digitalisés qui collent parfaitement à l’ambiance Dark Fantasy du jeu.


Une capture d’écran de Baldur’s Gate Dark Alliance sur Game Boy Advance (Crédit. Legendra)

Ubisoft déjà éditeur sur le titre de Destination Software, va se lancer lui aussi dans l’adaptation de ses licences les plus populaires. Les premiers à recevoir ce traitement sont Splinter Cell et Prince Of Persia Les Sables du temps, deux jeux en trois dimensions sur les consoles de salon qui se transforment en jeux à scrolling horizontal en deux dimension. La version portable du jeux d’infiltration de l’éditeur breton, garde ses racines, avec des cachettes, des poutres et des moyens techniques afin de tromper l’ennemi. L’intelligence artificielle n’étant pas aussi évoluée d’une version à une autre, il est possible de passer à côté des personnages adverses sans se faire repérer. Le jeu possède aussi quelques scènes de tir à la première personne, avec un effet de zoom sur les sprites ,lorsque la lunette de tir passe sur les terroristes, que doit abattre Sam Fisher.

Dans les aventures du prince de Perse, la version Game Boy Advance, revient au scrolling horizontal de la version de Jordan Mechner et modifie la jouabilité, avec une plus grande réactivité dans les mouvements et l’ajout du contrôle du temps qui ont fait leurs preuves sur les versions Playstation ou Gamecube. En 2005, il se lance sur l’adaptation du King Kong de Michel Ancel sur Game Boy Advance, les situations en vue à la première personne du jeu sur consoles de salon deviennent une sorte de mélange entre action et exploration proche des The Legend of Zelda de la Super Nintendo, un système de changement des personnages hérité de The Lost Viking de Silicon and Synapse (ancien nom de Blizzard Entertainement), avec chacun des trois protagonistes possédant des caractéristiques différentes et les phases avec Kong, se transforme en un ersatz de Beat’em All. Bien loin de la qualité du jeu produit par le créateur de Rayman, la qualité du graphique du titre lui permet de rester un bon jeu pour ce support.


Jet Set Radio développé par Vicarious Vision (Crédit. Nintendo Life)

En 2003, SEGA et Atari, s’associent pour lancer l’adaptation, du précurseur du cell-shading, Jet Set Radio, le jeu reprend exactement la même trame que la version Dreamcast. Que ce soit des images du jeu, le tutoriel similaire, les mêmes niveaux et la digitalisation des voix des personnages, tous les éléments montrent un profond respect de la formule original, puisque le système de graffiti au joystick est reproduit à l’identique, mais adapté à la croix directionnelle de la portable. La musique de Hideki Naganuma est aussi présente dans la cartouche. Seule différence, le jeu se pare d’une vue isométrique. Un an plus tard, Take Two se lance dans la publication de Max Payne sur la portable Nintendo, à l’instar de Baldur’s Gate Dark Alliance et Jet Set Radio, une vue isométrique qui reste la marque de fabrique des jeux en trois dimensions qui sont transposés par la suite sur Game Boy Advance. Le jeu conserve le concept de Bullet-Time instauré par Remedy sur les versions consoles, ainsi que les cinématiques en case par case et les voix digitalisés des acteurs.

“GTA 3 sur GBA”, c’est l’annonce de jeuxvidéo.com, le 16 novembre 2011, une information découverte sur le site de Destination Software. Jamais très loin, le studio s’occupe de cet adaptation de l’open-world de Rockstar Games. Lors de la sortie en 2004 du jeu, c’est la stupeur chez les joueurs, ce n’est pas Grand Theft Auto 3 qui les attend mais bien un nouveau scénario et de nouveaux personnages, dans la ville de Liberty City. On retrouve l’extorsion, les voitures et les célèbres lieux de la franchise (Ammu-Nation ou le garagiste pour éviter la police). L’adaptation est de grande qualité, l’écriture, la bande-son et le gameplay, qui pour sa part reviens à l’origine de la série, avec la vue du dessus, comme pour les épisodes sur Playstation sont salués par la critique. Entre hommage à son passé, adaptation aux consoles portables avec des missions courtes, sauvegarde rapide, cinématique dessinés, Grand Theft Auto est une surprise sur Game Boy Advance, mais c’est surtout la sortie sur se support qui surprendra les joueurs, cassant l’image enfantine de Nintendo, du fait des scandales liés à la poule aux œufs d’or de Take-Two.


Sur la Playstation 2 à la même époque, Ubisoft sort un concurrent à la série Grand Theft Auto, Driv3r, troisième épisode de la série débutée sur la petite sœur de la console de Sony. Driver propose des situations en voiture et à pieds. Si Destination Software, nous a prouvé qu’il était possible d’adapter ce genre de jouabilité à la console de Nintendo, Atari qui récupère la licence pour la Game Boy Advance, va pousser l’adaptation plus loin, en gardant la vue en trois dimension, avec des sprites deux dimensions, une vue de dos, des textures pour représenter les bâtiments. Driv3r souffre de son ambition de départ, faire un jeu en monde ouvert sur console portable, avec ses hit-box hasardeuses , sa demande en ressources créant des ralentissements, sa durée de vie réduite, gonflé artificiellement par sa jouabilité approximative et sa conduite “glissante”, le jeu est descendu par la critique et les joueurs. Un raté de plus sur la console portable, qui n’eut jamais la possibilité de prouver ses capacités 3D, seuls des jeux comme V-Rally 3, Duke Nukem 3D ou Doom, on réussit à faire ressentir les mêmes sensations que sur console de salon ou ordinateur. Malgré cela, la console de Nintendo a su s’imposer comme une alternative aux consoles de salon, avec des jeux de qualités contournant les caractéristiques techniques de la consoles par de l’inventivité et des transformations artistiques.


Driv3r dans sa version Game Boy Advance

Corrections effectuées par Justine BARBIER et Damien MAGLIANO.


Sources