J’ai tenté de me désabonner de Mediapart

Si vous me suivez sur Twitter, vous l’avez vu : je me suis désabonné de Mediapart et ça ma (un peu) énervé. Petit résumé.

tl;dr : Mediapart demande d’envoyer une lettre pour se désabonner, mais seuls les abonnés peuvent voir la méthode exacte, qui n’est pas indiquée dans les conditions générales d’abonnement.

Pour commencer, je n’ai absolument aucun grief contre le contenu. La raison principale de mon désabonnement reste simplement que je ne lis pas assez Mediapart. Comme avec d’autres sites à une époque, j’ai lu (très) régulièrement les articles avant — peu à peu — de passer à autre chose. Et payer 11 € par mois pour lire 2 ou 3 articles m’a semblé idiot.

L’abonnement à Mediapart (en février) avait été très simple : comme le site est un Pure Player (i.e. uniquement en ligne), il suffit de rentrer quelques informations et payer.

Pour se désabonner, par contre, c’est une autre paire de manches. Premièrement, les conditions générales d’abonnement actuelles (mai 2017) indiquent simplement “Pour résilier un abonnement individuel : la procédure est indiquée en ligne. Elle est accessible, en mode connecté, sur le site dans l’espace “Mon Compte” > “Abonnement”.” À une époque (avril 2016, dixit Archive.org), la procédure exacte était pourtant indiquée pour les personnes qui ne sont pas abonnées : “Pour mettre fin à l’abonnement, il suffit de nous envoyer un courrier simple de demande de résiliation, rappelant votre nom, votre prénom et l’email indiqué lors de votre inscription, à l’adresse suivante. (…) Nous validerons votre résiliation à réception de votre courrier, dans un délai de 10 jours après réception de votre courrier. Cependant, soucieux de ne pas compliquer le vie de nos abonnés, nous acceptons bien entendu les demandes de résiliation par mail pour les personnes résidant hors de France métropolitaine ou étant dans l’impossibilité à se déplacer (impossibilité physique ou matériel).”.

Oui, vous avez bien lu : le Pure Player innovant demande d’envoyer un courrier papier pour se désabonner. Parce que proposer un lien de désabonnement demande sûrement trop de travail, je suppose (ou peut-être pour décourager l’envie de se désabonner, si je voulais persifler).

Point amusant dans mon cas, j’avais abandonné un abonnement il y a quelques années à cause de cette procédure de désabonnement archaïque, mais cette fois, ne voyant pas ce point précis, je m’étais lancé. Et j’avais ragé à l’époque en découvrant, dans l’interface du site, qu’il fallait toujours envoyer une lettre.

Mon désabonnement

Le message n’indique pas de délai de 10 jours.

Donc pour me désabonner, n’ayant absolument pas envie d’envoyer une lettre (en partie par flemme, en partie par “principe” et en partie parce que je n’avais pas envie de payer un timbre pour me désabonner), j’ai envoyé un courriel à l’adresse indiquée le 8 mai, en indiquant que je ne pouvais pas me déplacer. Courriel resté sans réponses. Le 16 mai, sans réponses, j’ai envoyé un second courriel à la même adresse (là aussi sans réponse). Le 17 mai, lendemain de la date anniversaire du lancement de mon abonnement, j’ai été prélevé des 11 € mensuels. Et le 18 mai (hier), j’ai remarqué que mon abonnement avait bien été résilié.

Après un petit passage sur Twitter, on m’a indiqué un sujet de blog qui montre que la demande de résiliation est effective sous 10 jours. Délai que les anciennes conditions générales d’abonnement indiquent, mais que les actuelles ne précisent pas. Et sur la page dédiée au désabonnement sur le site, ce délai n’est pas non plus indiqué. En l’absence de réponses à mes messages, je ne sais pas si c’est ma demande du 8 mai ou celle du 16 mai qui a été prise en compte, mais dans la pratique, j’ai payé un mois de plus que je ne voulais pas. Je ne vais pas en mourir, mais je trouve le procédé un peu cavalier.

Dans tous les cas, je suis désabonné de Mediapart et je ne me réabonnerais jamais : j’ai eu un peu trop l’impression d’être pris pour un idiot.

EDIT : sans avoir rien demandé, je viens de recevoir un remboursement pour le dernier mois de Mediapart. Ils sont bons joueurs.