Mobile Design : la nouvelle ère de l’ultra-minimalisme.

Bon nombre d’applications mobiles ont subi un redesign toujours plus minimaliste depuis quelques années. Le rendu visuel mais également la manière dont cela fonctionne ont été simplifiés. Dans un monde connecté où le “simple” est devenu un mode de pensée pour toute démarche, l’ultra-minimalisme semble s’imposer après le flat design et le minimalist design.

Cas concret avec quatres applications influentes : Instagram, Apple Music, Airbnb, Medium. L’aspect graphique sera seulement pris en compte.

L’ultra-minimalisme se traduit par :

  1. Des titres de grande taille avec une police épaisse (couleur noire).
  2. Des icônes toujours plus simples (one line)
  3. Quasiment pas de couleur

Le résultat est que l’interface utilisateur de nos applications préférées se ressemblent tellement de plus en plus qu’on pourrait croire qu’elles appartiennent à la même marque.


Des titres bigger & bolder

Une nouveauté reprise par Apple dans son application Apple Music est l’utilisation de titre avec une patte très épaisse, un espacement resserré, généralement une couleur noire et une grande police.

Apple, via Apple Music, maitrîse parfaitement l’ultra-minimalisme pour mettre en avant les pochettes d’albums.

En 2016 à la WWDC d’Apple, le géant américain annonçait plusieurs nouveautés dont la release d’iOS 10.

Bien que les aspects les plus importants de la refonte concernent des mises à jour UX et des fonctionnalités supplémentaires, l’esthétique de l’app est tout de même remarquable.

Caitlin McGarry décrit parfaitement ce redesign : “C’est un look totalement nouveau, avec des cartes géantes, des polices plus grandes et plus audacieuses, et un fond blanc propre qui permet à l’art de l’album de briller.”

Ce design se retrouve également sur l’app Airbnb. Pour sa page de recherche, Airbnb a même supprimer l’utilisation de photos et d’une barre de recherche au profit une pleine page blanche avec des titres bigger & bolder.


Des icônes toujours plus simples

La refonte de l’UI d’Instagram a fait beaucoup de bruit, mais la refonte graphique de l’interface est une grande réussite visuellement.

Instagram a éliminé en grande partie le bleu et gris foncé utilisés auparavant, rendant les titres plus audacieux et simplifiant la navigation de fond et les icônes. Les icônes sont plus fins et conçus sans fond (excepté lorsque l’on clique dessus). Ceci permet de mieux comprendre la section sur laquelle nous naviguons, sans charger le rendu visuel. L’absence de couleur est frappante et a le mérite de mettre en valeur le contenu : les photos des utilisateurs.


Extraction de couleur

La dernière règle pour mettre en avant son contenu est de ne pas utiliser de couleurs mais de privilégier le noir, gris et blanc. Medium l’a fait très tôt et ceci a fortement contribué à une lecture fluide des pushs.

C’est d’ailleurs l’une des forces de l’ultra-minimalisme : mettre en avant les produits ou le contenu au détriment de la marque. Les wireframes seraient quasiment indissociables d’une app à l’autre, l’apparence des marques se ressemblent en utilisant l’ultra-minimalisme, mais l’oeil de l’utilisateur est focalisé sur ce qui est essentiel. Les marques ne se différencient pas par leur UI mais par le contenu et le layout. L’ultra-minimalisme renforce donc la mise en avant du contenu et contribue au final à se différencier.

D’autres applications utilisent également cette approche : VSCO, end clothing, YOOX.

Au premier abord on pourrait croire que l’ultra-minimalisme est une tendance qui standardise les marques, mais dans le fond, cette approche fluidifie la navigation et met en avant l’essentiel : le contenu. L’user sera donc mieux guidé : less is more.