(1) Je me souviens, bribes et fragments

Je me souviens qu’enfant je me souvenais déjà. Puis à l’adolescence, aussi. Je me souvenais le soir, dans mon lit, en attendant que le sommeil vienne me prendre. Je me souviens qu’il ne venait pas, ce satané sommeil. Cela me laissait d’autant plus de temps pour me souvenir. Je me souvenais donc, la tête dans mon plafond, je me souvenais à fond.

Je me souviens avoir découvert que je n’étais pas le seul à me souvenir. Que Georges Pérec l’avait déjà fait dans les années 1970, consignant les souvenirs de son enfance dans un livre intitulé Je me souviens. Et avant lui d’un certain Joe Brainard. Et peut être d’autres encore.

Je me souviens avoir toujours aimé cette forme littéraire que sont les fragments. Je me souviens par exemple d’un roman de Marguerite Duras, je ne sais plus s’il s’agit d’Ecrire ou de La douleur. Des Petits traités de Pascal Quignard. Des Brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio, des dessins de Cabu dans Le Canard enchaîné ou de ceux de Lefred Thouron dans l’hebdomadaire 7 à Paris, de de ma lecture effrénée de certains journaux intimes lorsque j’étais étudiant.

Je me souviens avoir aimé picorer de cette manière. Je me souviens que ces bribes de vie que certains d’entre nous ressentent le besoin de semer, ces éclats, ces échantillons, ont toujours eu chez moi un écho profond.

Allons-y donc.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated SCRATCH-Actu’s story.