La World Vision et l’Implémentation des TIC dans l’Education en Milieu Rural en Haïti

EMO-HAITI
EMO-HAITI
Aug 10, 2018 · 6 min read

L’éducation est un droit humain qui doit être accessible à toutes personnes, sans aucune discrimination. Tous les enfants doivent pouvoir aller à l’école, et ainsi bénéficier des mêmes opportunités de se construire un avenir. Par ailleurs, l’enseignement doit également permettre aux enfants issus de milieux défavorisés, de jouir eux aussi de leur droit à l’éducation. Au-delà de l’accessibilité, le droit à l’éducation suppose aussi que les objectifs de l’apprentissage soient atteints. Cela signifie que tous les enfants ont le droit de bénéficier d’une éducation de bonne qualité et adaptée à leurs besoins.

Durant le sommet “EdTechHaiti 2018", notre représentante Myrlène Mathurin a eu le privilège de s’entretenir avec Dr Lesly Michaud, le directeur d’opérations de la World Vision-Haiti, question de partager avec nous le travail qu’il effectue dans les milieux ruraux, ainsi que des informations sur son parcours travaillant dans ce domaine.

Dans le cadre des travaux de la World Vision dans les milieux ruraux, EMO-Haiti entreprend présentement un partenariat avec elle, ayant pour objectif l’intégration et l’adaptation de BRAVO dans ces communautés. A travers ce projet, deux séances de formation dans les régions du Plateau Central et du Cap-Haitien ont déja été réalisées, à l’issue desquelles, environ 20 enseignants et administrateurs d’écoles ont été certifiés.

Quelques des participants de la formation sur BRAVO au Cap Haitien posent pour une photo souvenir.

Myrlène Mathurin: Bonjour Dr Michaud et Merci de participer avec nous au sommet “EdTechHaiti2018”. C’est avec plaisir que nous allons nous entretenir pour aider nos lecteurs à comprendre les projets de la World Vision.

D’abord, parlez-nous un peu de vous et des actions de la World Vision en Haïti?

Dr Lesly Michaud: La World Vision est en Haïti depuis 1978. Elle travaille dans ce que nous appelons le développement transformationnel c’est-à-dire la transformation au sein des communautés. Elle intervient dans trois domaines: l’aide d’urgence qui est la réponse quand il y a les catastrophes naturelles, le plaidoyer pour aider à changer les structures en matière d’accès à la justice et aux services de bases, et le développement transformationnel sous forme de service de bases ou la facilitation à leur accès. Quand je parle de service de bases, je fais référence à la santé, l’éducation, la nutrition, l’eau, et l’assainissement. Présentement, c’est ce que fait la World Vision en Haïti et elle le fait avec les membres de la communauté et des partenaires comme l’état, l’église et d’autres organisations pour s’assurer que cette transformation soit durable et ne soit pas liée à la World Vision en tant que telle.

Myrlène Mathurin: Comment les apports de EMO-Haiti, particulièrement à travers BRAVO pourront-ils vous aider à concrétiser votre vision pour Haïti dans le domaine de l’éducation?

Dr Lesly Michaud: Le partenariat avec EMO-Haïti nous aide dans plusieurs domaines: Par exemple dans notre projet de parrainage d’écoles, et aussi dans notre programme d’écoles associées, qui comprend à peu près 300 écoles. L’un des problèmes dont on fait face au niveau de ces projets, c’est le manque d’accès à des données sur les enfants. Notre objectif est de pouvoir aider les écoles à mieux organiser les données des enfants. Nous voulons aussi arriver au stade où les enfants aient accès aux TIC comme outils d’apprentissage. Ce qu’on veux atteindre avec EMO-HAITI c’est qu’elle nous aide à combler ces objectifs et de faire en sorte que les TIC arrivent au niveau rural car nous travaillons avec les plus vulnérables. Nous ne veulons pas que l’enfant c’est quand il va à Port-Au-Prince qu’il soit exposé aux Nouvelles Technologies. EMO joue un rôle de véhicule car le logiciel Bravo existe et nous ne faisons que faciliter que le logiciel arrive dans les communautés les plus reculées.

Myrlène Mathurin: Quels types d’obstacles rencontrez-vous dans le projet de parrainage d’écoles?

Dr Lesly Michaud: Les obstacles que la World Vision rencontrent dans le parrainage d’écoles sont variés. Mais la plus lourde est la dépendance dans le sens que tout le monde pense qu’on doit tout leur donner, qu’il doive tout recevoir du partenaire. Je lutte pour les faire penser d’une autre façon et d’essayer d’apporter une solution à chaque problème et non un problème à toutes les solutions viables. Il y a aussi l’accès limité aux infrastructures de l’éducation, les problèmes au niveau général global c’est-à-dire en Haïti près de 90% des infrastructures scolaires sont privées, or je travaille dans des zones complètement et extrêmement très pauvres, ce qui nous met dans une situation difficile pour faciliter l’accès à l’éducation. Nous avons un partenariat avec le Ministère de l’Education National, à travers lequel certaines écoles nationales ont été construites. Mais en matière de supervision, un autre problème s’est posé et les résultats obtenus en matière de lecture, de compréhension des mathématiques ,de communication sont très faibles par rapport au manque d’enseignants de qualité, au manque de support à la maison pour les élèves eux-mêmes, et au manque d’apports de l’école face à ces problèmes rencontrés par les élèves. c’est pour cette raison que la technologie peut nous aider à résoudre beaucoup de ces problèmes en mettant à la disponibilité des enfants des moyens technologiques au sein de leur propre communauté.

De la droite vers la gauche, Myrlène Mathurin, Coordonatrice d’Événements à EMO-HAITI, Carl-Hens Fievre, Directeur en Chef de Technologie à EMO HAITI, Dr Lesly Michaud, Directeur d’Opérations à la World Vision, Ralphson Pierre, Directeur de L’unité Technologique à la MENFP, et Jonathan Fleurimond, Co-Fondateur et Directeur d’Opérations à EMO-HAITI

Myrlène Mathurin: À quoi pensez-vous exactement quand vous voyez Technologie et Education?

Dr Lesly Michaud: Quand je vois technologie et éducation je pense au futur, je pense aussi à la place que l’enfant va avoir dans un monde où dans les prochaines années l’employabilité va surtout être fixée sur la capacité, la connaissance que tu as à manipuler les nouvelles technologies. Ce que je veux c’est voir le futur de ces enfants, leur bien être, le bien être du pays et le développement. Je ne vois pas l’outil mais sa finalité. Je vois aussi comment les outils technologiques comme BRAVO, pourraient nous aider à combler les vides qu’il y a en matière d’éducation et aussi comment on pourra faire rêver les enfants en les exposant au monde. On veut leur faire sentir que bien que nous soyons sur une île, la pensée ne doit pas être insulaire, elle doit être mondiale. Et la meilleure façon de faire pour utiliser cet approche c’est à travers la technologie.

Myrlène Mathurin: Pour finir, Que pensez-vous de cette première du sommet EdTechHaiti?

Dr Lesly Michaud: Pour la réalisation du “Sommet EdTechHaiti 2018” je pense que c’est venu trop tard, cela devrait être fait depuis des années. C’était donc une nécessité parce que quand on pose un problème aussi crucial que celui de l’éducation, on a besoin de ces espaces de discussions, d’échanges, de compréhension pour pouvoir porter des solutions parce que cela nous permet de nous mettre en réseau et d’aborder le problème de façon globale et non pas de façon isolée.

Est-ce que les usages des technologies en éducation peuvent réellement participer à la réussite scolaire des élèves? Les études sont nombreuses à le montrer. Mais pour ce faire, il ne faut pas se limiter à la seule vision utilitaire des technologies, mais bien cerner les transformations éducatives qu’elles pourraient alimenter dans la classe. Et cette évolution technologique se doit impérativement de passer par la pédagogie, par un enseignement qui incarne le changement et l’innovation, non pas tant d’apprendre à utiliser la technologie, mais plutôt comment mieux enseigner, avec la technologie. Ainsi, et tout particulièrement dans le domaine des technologies en éducation, aucune conclusion de grande recherche ne devrait être transformée en règle absolue sur l’art d’enseigner.

Myrlene Mathurin

Coordonnatrice d’Evenements à EMO Haiti, Juriste, Entrepreneure sociale, Influenceuse, et Manager adjointe à impactHub

EMO-HAITI

Written by

EMO-HAITI

We are building a better future through education and technology. We create and implement programs to bridge the technology gap in schools. Follow us!

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade