Unleash the rope ! — Ride the world

KERAVIS Yann — wakebird.fr

Bonjour je m’appelle Yann, et je suis rope addict. Mon premier

contrat d’opérateur saisonnier remonte à 2006. Cette saison, je lance

Wakebird pour proposer un service d’enseignement wake assisté par

drone. Mais qui je suis n’est pas pertinent. Ce qui compte c’est le

secret que nous partageons tous. Le paradoxe fou qui vole en éclat

dans chaque run, dans chaque prise de care, dans chaque tricks.

http://wakebird.fr/

Pourquoi est-ce pieds et poings liés, suspendu à une corde que nous

nous sentons le plus libre ? Peut être que le sentiment de liberté à ceci

de commun avec l’apaisement qu’il ne se ressent qu’après la douleur.

Peut-être qu’on ne peut se sentir libre que si l’on a des chaînes à briser.

Alors on s’attache les pieds dans une board, les mains dans le palo, et

on se fait tirer par une corde comme un desperado au cul d’un cheval

dans le désert mexicain. Et le défi, c’est de n’en paraitre que plus libre,

d’utiliser les chaînes pour voler encore plus haut. C’est un peu de cette

philosophie que j’essaie de transmettre aux scolaires que j’encadre :

« On peut, en changeant de point de vue, faire d’une entrave une

échelle, d’un obstacle un tremplin ».

Piscine le Gall — Paris organisé par UCPA

Hier, j’ai participé aux 50 ans de la piscine Roger Le Gall Paris

12eme. L’UCPA, la FFSNW et ELSIUM se sont associés pour offrir deux

jours d’initiation et de découverte du wakeboard, dans une piscine de

50m. L’obstacle est de taille ; de trop petite taille. Mais la capacité

d’adaptation d’ARIA, le solo d’opéra wake d’ELSIUM, semble sans

limite, et en changeant de point de vue, la petite taille m’a permis de

suivre les apprentis riders à la palme ! Je pouvais ainsi sécuriser,

rassurer et repositionner les apprentis en restant au contact, plutôt que d’une lointaine voix inaudible.

Coaching personnalisé en piscine

En changeant de point de vue, l’obstacle m’a offert une petite révolution pédagogique.

Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Être libre, voler

toujours plus haut, ok. Mais toujours sur le même parc ? S’accrocher à

une corde pour se libérer de la gravité, c’est bien, mais si vous pouviez

mettre cette corde n’importe où, ne seriez-vous pas encore plus libre ?

J’entends les Kiteux qui haussent les sourcils, et ils ont raison. Mais

Zephir se commande moins bien qu’ARIA, les gars. ARIA tient dans le

coffre d’une voiture. Qui n’a jamais pique-niqué près d’un étang en se

disant « spot de ouf ! », tout de suite suivi par : « trop petit »… Et bien

ça, c’était avant.

11 avril 2017 — KERAVIS Yann

Piscine Olympique by night