Alors, et cette keynote d’Apple?

Tim Cook, le directeur général d’Apple, pendant la conférence de lancement de l’iPhone X – Septembre 2017

Pour la première fois, j’ai regardé l’événement. Et je n’ai pas été déçu.

Ce 12 septembre, j’ai décidé de ne pas me laisser conter (lire les compte-rendus, les comparatifs, les annonces ou les critiques sur les sites spécialisés) et de regarder pour la première fois en direct une keynote (comprenez conférence de présentation des nouveaux produits) de la firme Apple. Comme d’habitude, avant le jour-J et l’heure-H, les plus intéressés savaient quelles seraient les principales annonces faites lors de l’événement. Mais ça valait vraiment le coup de voir les choses par soi-même.

16h55 GMT. Il est 9h55 à Cupertino, en Californie. Je me connecte sur le site maison dédié aux diffusions en livestream des événements de la compagnie. Il faut savoir que ce streaming n’est pas accessible n’importe comment: la liste - restrictive - des appareils, systèmes d’exploitation et navigateurs compatibles est fournie à l’avance par Apple.

16h58 GMT. L’écran s’anime et s’ouvre sur l’Apple Park, le nouveau siège de la firme, monumental, spatial et très épuré. Quatre ou cinq minutes plus tard, Tim Cook, le directeur général de l’entreprise, apparait sur l’estrade. C’est parti pour deux heures à en prendre plein la vue.

L’effet “Waouh!”

Regarder une keynote d’Apple, c’est d’abord assister à un formidable exercice de story-telling. Le bâtisseur historique de l’entreprise, le charismatique Steve Jobs, apparaît à l’image et a droit à un hommage appuyé. Puis les différentes étapes de la construction de la marque, de ce qui fait sa singularité, de ses produits, de son impact dans la vie quotidienne des gens est mis en exergue dans une orchestration savamment élaborée.

Regarder une keynote d’Apple c’est assister à un show ultra-léché, avec absolument aucun temps mort. On loupe assurément quelque chose à chaque moment d’inattention.

Regarder une keynote d’Apple, c’est aussi se rendre compte que la simplicité, bien organisée, est diablement efficace. Les orateurs sont vêtus BCBG, sans aucune prétention. La scène est complètement vide. Il y a des pupitres aux deux extrémités, mais ne deviennent visibles qu’au moment des démonstrations des options des terminaux. Un écran géant à la définition bluffante fait mur arrière et même les éléments y affichés pendant l’événement sont absolument épurés. Une présentation de haut vol!

Regarder une keynote d’Apple, c’est aussi - je suppose - l’effet “Waouh!” des nouveautés qui y sont présentées. Personnellement, les démonstrations du fonctionnement du FaceID (la reconnaissance faciale pour déverrouiller l’appareil), des animojis, et de l’AirPower (le système de recharge sans fil) m’ont agréablement surpris. Mais mon moment absolument “Waouh!” de la soirée a été la diffusion de la petite vidéo précédent la présentation de la nouvelle mouture de l’Apple Watch. Je l’ai trouvée su-bli-mi-ssime!

Ce spot, du grand art!

Bémols

Regarder une keynote d’Apple c’est par contre écouter les discours grandiloquents - parfois légitimes, souvent non - des dirigeants de cette entreprise. J’ai souri quand Tim Cook a annoncé que l’iPhone X révolutionnera la prochaine décennie. Cette propension qu’Apple a de prendre des technologies déjà existantes, d’essayer de les sublimer et de les refourguer comme étant des innovations est connue. Ce qui était vrai il y a dix ans ne l’est plus forcément aujourd’hui.

Regarder une keynote d’Apple c’est aussi un second effet “waouh!”. Celui-là, plus réprobateur, qui point timidement quand les prix des machines sont annoncés. Ils sont de plus en plus élevés et c’est peu de le dire.

Donc, j’ai regardé une keynote d’Apple en live pour la première fois et je n’ai pas été déçu par le spectacle. Par contre, pour ce qui est des “nouveautés”, je préfère encore regarder du côté d’Android qui a toujours une ou deux années d’avance.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Ursidae Numeris’s story.