C’est quoi un MVNO?

Crédit photo: René Jackson Nkowa

Quand un opérateur de téléphonie mobile squatte l’infra d’un autre…

Au Cameroun, il existe quatre opérateurs de téléphonie mobile (ou MNOs pour “Mobile Network Operator”) qui, créés par décret présidentiel, disposent chacun d’un réseau et d’infrastructures spécifiques.

Les MVNOs pour leur part, sont en quelque sorte des “excroissances” de ces MNOs. En effet, un MVNO (Mobile Virtual Network Operator, en français: opérateur de réseau mobile virtuel) est “un opérateur de téléphonie mobile qui, ne possédant pas de concession de spectre de fréquences ni d’infrastructure de réseau radio propres, contracte des accords avec les opérateurs mobiles possédant un réseau mobile pour leur acheter un forfait d’utilisation de leur réseau radio et le revendre sous sa propre marque à ses clients” (Wikipedia).

Pour faire simple, les opérateurs de réseau mobile virtuel nouent des partenariats avec les opérateurs mobiles qui disposent d’une infrastructure et d’un réseau mobile, pour utiliser ce réseau et le revendre.

Le dernier MVNO a ouvrir ses portes au Cameroun est l‘opérateur Yoomee Mobile. Présent sur place depuis quelques années déjà, Yoomee Télécoms était jusqu’alors concentrée autour de l’activité de FAI (fournisseur d’accès à internet). Après une recapitalisation et un changement de stratégie, l’entreprise s’est muée en opérateur de téléphonie mobile en offrant de la data (internet) et de la voix (appels et SMS).

L’opérateur, qui est en accord avec Camtel (l’opérateur historique du Cameroun), se définit comme étant un “full MVNO”, ce qui lui permet d’émettre ses propres cartes SIM, et de disposer de sa propre base de données centrale lui permettant de gérer les droits des abonnés, de maîtriser l’ensemble des services. Le full MVNO un modèle assez contraignant car il engage des coûts de déploiment et de maintenance plus élevés qu’un MVNO, mais a l’avantage de permettre au MVNO de s’affranchir de l’opérateur hôte et donc de mieux contrôler son trafic et ses services.

Néanmoins ces coûts demeurent largement plus faibles que ceux que doivent supporter les MNOs, ce qui donne l’avantage aux opérateurs mobiles virtuels d’offrir, avec la même qualité réseau que leur MNO, des services très ciblés à des prix serrés, ce qui bénéficie au porte-monnaie de leur clientèle. L’autre avantage est qu’ils introduisent davantage de choix, ce qui permet au consommateur de trouver plus facilement l'offre qui correspond le mieux à son usage ou à ses attentes.

Article proposé avec la participation de Yoomee Mobile.

A single golf clap? Or a long standing ovation?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.