Quid de la transformation numérique de la société ?

Pour qui les entreprises et les administrations évoluent-elles?

Source: Unsplash.com - CC0 Public Domain

La semaine dernière, j’ai assisté à une conférence qui avait pour thématique les enjeux de l’informatisation du secteur de l’assurance. A côté du cadre cossu, du café odorant et des petits fours, il fallait se poser les bonnes questions. Ces questions qui se posent lors de toutes les rencontres des acteurs du numérique auxquelles j’ai assisté au Cameroun. Toutes ces interrogations pouvant aisément se résumer en une seule: comment ces technologies, tout à fait louables, vont-elles atteindre leur cible ou leur public ?

Nous avons eu à cette occasion un bel exposé du directeur général de la CNPS*, qui est l’organisme public camerounais chargé de la prévoyance et de la sécurité sociales. Un très bel exposé donc, pendant lequel nous avons appris que grâce à une application web conçue de A à Z par les ingénieurs maison, les inscriptions, le suivi, l’historique des cotisations, les divers rappels, se font désormais beaucoup plus aisément par les assurés eux-mêmes. Du moment où ils ont à leur portée un appareil connecté à Internet. Finies donc les queues interminables dans les agences de la CNPS.

Comment ce service parviendra-t-il à son public cible?

La transformation numérique des entreprises et des administrations certes facilitent la vie des usagers, mais il faudrait que ceux-ci soient au préalable sensibilisés. La réaction ou non à la sensibilisation procède entre autres de l’éducation des individus. L’intérêt des populations camerounaises pour les facilités en termes de communication que permet le numérique vont certes crescendo, mais une large majorité de la population n’a pas accès à internet (le taux de pénétration était de 21% en fin 2016), parce que les connexions coûtent encore cher, parce qu’elles n’ont pas les moyens d’acquérir l’équipement nécessaire pour une connexion, parce que la simple fourniture en électricité fait défaut dans de nombreuse localités du pays.

Les habitants des principales agglomérations pourront peut-être être au fait de cette amélioration du service de prévoyance, mais ceux qui n’ont pas cette chance continueront à braver distances et intempéries s’ils veulent avoir connaissance de l’état de leurs droits.

La transformation digitale des entreprises, ainsi que celle des institutions, passe nécessairement par la transformation digitale de la société, celle-ci devant faire en son sein la promotion des oppotunités, des facilités ou plus trivialement, des choses positives rendues possibles grâce à l’apport du numérique. Ce qui, dans le contexte bien camerounais, va se traduire par un changement radical des mentalités. Car ici, Internet, pour le grand public, est beaucoup plus connu pour ses anecdotes qui remplissent la section des faits divers que par les solutions que les développeurs qui y travaillent parviennent à trouver et qui facilitent la vie quotidienne.

*CNPS: Caisse Nationale de Prévoyance Sociale