BRUCE HUNTER (1939–2018), LE HEROS QUI FONÇAIT DANS UN BROUILLARD

Éric LAHMY

Mardi 10 Juillet 2018

Le nageur américain Richard Bruce Hunter, 4e des Jeux olympiques de Rome sur 100 mètres, est mort ce 6 juillet, jour anniversaire de ses 79 ans.

Bruce fut un des rares étudiants champions de Harvard. Il a 21 ans quand il termine 4e du 100 olympique le plus contesté de l’histoire : l’Australien John Devitt est couronné alors que le chronométrage électronique a désigné l’Américain Lance Larson (dont les films de la course montrent qu’il touche devant) ! Mais on sait qu’étant à Rome, et le Chianti aidant (il faisait chaud ce jour là), les juges de la FINA ne pouvaient que rejoindre une infaillibilité papale…

Hunter, comme très souvent les universitaires US, était un vireur exceptionnel, et il eut quelque mal à traduire dans le grand bassin en mètres ses performances réussies en yards et petit bassin. L’année 1960, il termina ainsi 3e du 100 yards des NCAA en petit bassin, mais, avec deux virages en moins, ne parvint pas en finale du 100 mètres des championnats nationaux (AAU). Cependant, lors des sélections olympiques, quoique qualifié difficilement avec le 7e temps des séries, il arracha la 2e place qualificative pour les Jeux de Rome.

Lance Larson, qui était alors le recordman du monde du 100 mètres papillon, gagna cette course des sélections, dont le grand battu fut Jeff Farrell. Farrell, deux semaines plus tôt, avait gagné le titre US avec un record national (54s8). Le lendemain, il avait dû être hospitalisé et opéré d’urgence (appendicite). Les entraîneurs américains, compte tenu des circonstances, proposèrent à Farrell une qualification automatique, sans passer par les sélections. Hors de question, répondit celui-ci. Un jour après l’opération, le ventre saisi par un énorme pansement et suivi par les médecins de l’hôpital, Farrell entrait dans l’eau et préparait les sélections.

Hunter n’était pas satisfait de son exploit. Il avait devancé d’un dixième un Farrell convalescent. Farrell jouissait d’une réputation d’invincibilité méritée parmi les nageurs et les dirigeants US, autant sur 100 mètres que sur 200 mètres, où il chatouillait les records établis pendant l’olympiade par les Australiens Devitt et Konrads et le Japonais Yamanaka. S’il avait perdu les sélections, c’est qu’en raison de la proximité de son opération, il n’avait pas pu plonger correctement et avait effectué un virage de demi-fond au lieu de sa culbute habituelle. Hunter, persuadé que, avec deux mois de convalescence et d’entraînement, Farrell gagnerait la course olympique, s’en alla proposer sa place dans l’équipe américaine à Farrell et à l’entraîneur chef de l’équipe américaine, Gus Stager.

Farrell refusa l’offre de Hunter, qu’il qualifia d’ « extraordinairement généreuse ». Il fut du voyage de Rome au titre des relais. Il aurait, m’a-t-on dit, pendant le stage été chronométré lors d’un test sur 100 mètres en 53s6, soit une seconde et demie plus vite que le temps du vainqueur de la course individuelle ! (1)

IL ÉTAIT A LUI SEUL L’ÉQUIPE DE SON ÉCOLE

Hunter, 1,84m, 79 kilos, montra, dès ses débuts, à onze ans, lors d’un test d’aptitude au YMCA local, une facilité naturelle dans l’eau. Il nagea ensuite pour son école secondaire, Cambridge and Latin High School. Comme Cambridge n’avait pas de piscine, Hunter constituait à lui tout seul toute l’équipe, et parvint à terminer 4e et 5e des rencontres interscolaires. Etudiant à Harvard, il remporta le 50 yards des NCAA en 1960 et améliora deux records universitaires, sur 50 et 100 yards en 21s9 et 48s6. Sur 100 yards, toujours en 1960, il fut disqualifié pour ne pas avoir touché le mur lors d’un virage, rappelle Braden Keith pour Swim Swam.

Ce virage, Hunter le manqua-t-il parce qu’il était fortement handicapé ? Amblyope — « techniquement aveugle » — il devait soit garder ses lunettes, soit être accompagné pour se rendre vers son plot de départ avant chaque course. Ce faible champ de vision lui posait quelques soucis dans les piscines qu’il ne connaissait pas, et l’amena à se casser un bras lors d’une arrivée de course, en 1959.

Le garçon qui nageait dans un brouillard n’en était pas moins joueur, voire casse-cou. Il se fractura un orteil sur un trampoline à la veille d’un meeting et s’arracha l’ongle d’un orteil sur le chemin des vestiaires après sa qualification olympique.

Études achevées en 1961, Hunter s’engagea pendant deux ans dans la marine qui lui offrait des moyens de s’entraîner après l’université, mais il ne put se qualifier pas, comme il l’avait souhaité, pour les Jeux olympiques de Tokyo, en 1964.
 (1) Cette histoire est contée dans un livre que publia Jeff Farrell en 1961, Six Days To Swim.


Originally published at .

Like what you read? Give Eric Lahmy a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.