CHAMPIONNATS DES USA, 4e JOURNÉE, KATHLEEN BAKER BAT LE RECORD DU MONDE DU 100 MÈTRES DOS !

Éric LAHMY

Dimanche 29 Juillet 2018

Le nouveau record du monde du 100 mètres dos dames, c’est Kathleen Baker qui l’a battu. A la différence de la Canadienne Kylie MASSE, qui détenait le précédent avec 58s10, Baker a pris son temps avant de réaliser l’exploit — en finale des championnats des Etats-Unis d’Irvine.

Elle a été sans doute, ces dernières années, la plus omniprésente dossiste états-unienne, autant en petit bassin avec son école, à Forsyth et son université, Californie Berkeley, que dans les conditions olympiques, avec le Swim MAC Carolina puis les Californie Golden Bears. Qualifiée en 2014 aux PanPacifics, en 2015 aux championnats du monde (de Kazan), son premier exploit fut, en 58s75, d’enlever à Rio l’argent olympique du 100 dos à un bras de Katina HOSSZU. Encore argentée dans le 100 des mondiaux 2017 (Budapest), en 58s58, derrière Kyle MASSE, 58s10, et devant SEEBOHM, 58s59 elle lança en 58s54 le relais quatre nages US champion du monde… Mais elle était toujours battue par MASSE et, dans le relais, dut devancée par l’Australienne Emily SEEBOHM, 58s53 !

BAKER avait enlevé, ex-aequo, le 200 mètres dos, jeudi, avec un temps de 2’6s43.

DERRIÈRE BAKER, UNE JEUNESSE TALENTUEUSE : REGAN SMITH, RECORD DU MONDE JUNIOR, PHOEBE BACON, KATHARINE BERKOFF ET ÉLISABETH STADDEN

Elle n’avait pas daigné honorer le 50 mètres dos (qu’elle aurait gagné les doigts dans le nez), vendredi. L’épreuve de sprint pur avait été gagnée par Olivia SMOLIGA en 27s70, et BAKER est passée en 27s90, touche au pied, donc après la culbute, dans son 100 dos…

Dès les séries, elle avait nagé andante, 59s27, sans pour autant signer le meilleur temps de qualification. Ce soin avait été pris par Regan SMITH, 16 ans, dont les 59s09 réalisés dans la 12e série amélioraient son record du monde… junior, établi avec 59s11 en août 2017. BAKER s’élançait dans la 14e série, mais là, une autre fille de seize ans, Phoebe BACON, parvenait à la devancer en signant le 2e temps des qualifications, 59s12. BAKER était devancée de Èresque rien, et la 13e série avait été âprement disputée entre Olivia Smoliga, une ancienne star de la natation universitaire US, toujours en embuscade à 24 ans, 59s36, Elise HAAN, 59s73, et Lisa BRATTON, 59s76. L’une des sœurs DELOOF, Ali, entrait en finale, où s’infiltrait de justesse une certaine Katharine BERKOFF dont la particularité, outre d’entrer à 17 ans dans la phalange des jeunes espoirs du dos féminin US (comme SMITH, BACON ou encore Elisabeth STADDEN, 16 ans, 1’0s32), est d’être la fille d’un ancien recordman du monde, sur la même distance du 100 mètres dos, David BERKOFF. Comme Une seconde et un centième séparait les huit qualifiées, on pouvait s’attendre à une explication musclée en finale.

Si l’explication a bien eu lieu, on peut dire que Kathleen BAKER a fait les questions et les réponses ! Sa course n’a peut-être pas été parfaite comme le montre le film présenté par SwimSwam

https://swimswam.com/watch-the-race-videos-from-day-4-finals-at-2018-u-s-nationals/. Collant à la ligne de bouchons (comme tant de nageurs habitués à tourner à l’entraînement), elle se retrouva, à la sortie de son virage, pratiquement sous la ligne des flotteurs, et elle dut dévier un peu de l’axe de sa course pendant ses reptations sous-marines pour ne pas se planter sous la ligne de nage comme un vulgaire Titanic sous le mythique iceberg ou passer du côté de la ligne quatre !!! Je ne sais si elle perdit quelque chose dans l’incident, mais je serais étonné qu’elle y ait gagné du temps !

Difficile aussi de dire où BAKER a fait la différence d’un dixième avec le temps de Masse. Torrey HART, la journaliste de SwimSwam, relevait son temps de réaction, 0s56, le deuxième des finalistes. Mais le temps de réaction n’est pas en soi une performance dans l’absolu, il signale le temps que prend la nageuse pour déployer son corps. Olivia SMOLIGA, qui mesure 1,88m, a pris 0s66, dix centièmes de plus que BAKER et son 1,73m pour décoller non pas en raison d’un retard à l’allumage, mais parce qu’un gros porteur a besoin d’une piste plus longue pour quitter le tarmac ! Et Regan SMITH, dont le temps de réaction est de 0s50, mesure 1,70m… Il y a une certaine logique là-dedans

A noter aussi qu’elle a nagé beaucoup plus vite la longueur initiale que la Canadienne, partisane d’une implacable égalité d’allure. Baker est donc passée en 27s90, beaucoup plus vite que Kylie (28s51) ; elle a ensuite presque tout reperdu dans le retour — 30s10 contre 29s59. Presque tout mais pas tout, donc.

SMOLIGA finissait 2e en 58s75, devant la jeune Regan SMITH qui rebattait son record mondial junior, avec 58s83. En une course, les USA venaient de reprendre l’avantage sur l’Australie, le Canada et l’Europe qui leur causaient bien des misères ces dernières années.


Originally published at .