CHAMPIONNATS RUSSES : LE RETOUR D’ALEXANDR KRASNYKH

CHAMPIONNATS RUSSES : LE RETOUR D’ALEXANDR KRASNYKH

Eric Lahmy
Nov 12, 2018 · 3 min read

Eric LAHMY

Dimanche 12 Novembre 2018

La première journée des championnats de Russie en petit bassin, qui s’achève à Kazan, la capitale du Tatarstan, devenue décidément un haut lieu de la natation, a donné de bons résultats, malgré les absences de quelques professionnels délégués aux meetings de fin d’année (World Cup), tells PRIGODA, CHUPKOV et EFIMOVA (et qui d’ailleurs s’y distinguent.

On aimerait que cette natation ne soit pas polluée, comme elle l’a été depuis longtemps et jusqu’à un passé récent, par les pratiques de pollution qui ont gravement terni sa réputation, sauf à la FINA, certes, où la fin justifie les moyens et où Cornel MARCULESCU a trouvé le moyen de s’assurer d’indéfectibles alliés en étendant sur eux une aile protectrice.

La natation russe a tout ce qu’il faut en termes de moyens, d’organisation « sport-études » et aussi de capacités techniques de ses entraîneurs pour se passer du dopage et égaler les résultats qui firent d’elle, au moins chez les hommes, la triomphatrice des Jeux olympiques de Barcelone en 1992 (où tout porte à croire cependant que les nageurs russes, comme depuis une ou deux décennies passées, ne fonctionnaient pas essentiellement à l’eau claire).

UN “QUATRE NAGEUR” QUI SE NOMME ALEXANDR KOLESNIKOV

On aimerait qu’une nouvelle politique apparaisse où les talents s’affirment par leur technique et leur travail, dans la tradition d’un Alexandr POPOV, peut-être le plus beau nageur de la fin du siècle écoulé, comme on veut croire que c’est le cas avec RYLOV, KOLESNIKOV, PRIGODA et CHUPKOV, pour ne citer qu’eux.

Ici, les résultats d’Alexandr KRASNYKH [bronze du 200 mètres des mondiaux de Budapest en 2017, 8e aux Jeux olympiques de Rio, mais étrangement absent en 2018 à Glasgow où il partait en favori sur ses performances de la saison (1)] sur 400 mètres, d’un autre Alexandr, HARLANOV sur 200 papillon, et de Clément KOLESNIKOV qui, comme il l’avait annoncé, élargit son registre au 200 mètres quatre nages, sont plus que prometteurs. KOLESNIKOV, avant de gagner le 200 quatre nages, avait assuré en demis sa qualification sur 100 dos devant RYLOV, en 50s54 contre 50s74, annonçant une furieuse bataille en perspective…

  • Etrangement parce qu’aucune explication de cette absence n’a été donnée. Krasnykh était l’un des favoris du 200 mètres et du 400 mètres parce qu’il y avait inscrit son nom en deuxièmes positions sur les chartes de la saison. Etrangement aussi parce que l’une des pratiques des nations dopeuses était d’ôter au dernier moment (et sans explication bien entendu) les athlètes qui ne passaient pas aux contrôles anti-dopage maison. C’est ainsi par exemple que les haltérophiles russes se déplaçaient à vingt alors qu’ils n’avaient droit à engager seulement dix. On espère qu’en l’occurrence, il ne s’agissait pas de ça, mais je ne saurais jurer de rien !

MESSIEURS.- 400 mètres: 1. Alexandr KRASNYKH, 3’36s84; 2. Martin MALUTIN, 3’37s84; 3. Vyacheslav ANDRUSENKO, 3’40s20; 4. Daniel PASINKOV, 3’40s68.

200 papillon: 1. Alexandr HARLANOV, 1’51s20; 2. Alexandr PRIBOK, 1’52s04; 3. Daniel PAKHOMOV, 1’52s12; 4. Alexandr KUDASHEV, 1’52s31; 5. Peter ZHIKHAREV, 1’53s16; 6. Nikolai SKVORTSOV, 1’53s38.

200 4 nages: 1. Clément KOLESNIKOV, 1’53s66; 2. Semen MAKOVICH, 1’54s25.

DAMES.- 200 mètres: 1. Veronika ANDRUSENKO, 1’53s57; 2. Anna EGOROVA, 1’54s19; 3. Anastasia GUSENKOVA, 1’54s28; 4. Valeria SAMALATINA, 1’55s12.

400 4 nages: 1. Irina KRIVONOGOVA, 4’34s87.


Originally published at .

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade