DOHA : CAMERON VAN DER BURGH DEVANCE KIRILL PRIGODA

Éric LAHMY

Vendredi 6 Octobre 2017

La Coupe du monde est-elle une formule fourbue ? Cela se pourrait bien. Il y a quelque chose de fatigué dans les performances réalisées à Doha, ce week-end. Après un été où les nageurs ont surfé sur la forme qu’il leur restait des championnats du monde, ils entrent pour la plupart dans l’automne.

Dans un article assez dithyrambique, Pedro Adrega, chef de la communication de la FINA, titrait sur la victoire dans le 400 quatre nages de Doha, de Maxime SHEMBEREV, un Azerbaidjanais et y voyait la preuve de l’ouverture de la Coupe du monde à des nations qui n’accèdent pas à un tel niveau en championnats du monde. Certes. Mais c’est parce que la coupe du monde n’est pas une compétition significative. Il s’agit de meetings, habillés en épreuves mondiales, et jouissant il est vrai assez souvent de la présence de grands talents. La victoire de SHEMBEREV n’en fait pas une star mondiale. Il reste un bon nageur, qui fut ukrainien avant de nager pour l’Azerbaïdjan.

On ne peut pas dire qu’une seule grande performance ait été réalisée à Doha, dans la seconde et dernière journée du meeting. La seule course de valeur a été le 100 mètres brasse messieurs remportée par Cameron VAN DER BURGH, qui dut faire face à une opposition valeureuse de la part du Russe Kirill PRIGODA et du Biélorusse Ilya SHYMANOVICH.

Dans plusieurs courses, le nombre d’engagés n’était pas suffisant pour que soient disputées des séries, et les victoires se jouèrent en finales directes.

Dès lors, on était réduit à compter le nombre de courses gagnées par celles et ceux qui poursuivent la victoire en Coupe du monde FINA et les sommes offertes aux titulaires. Katinka HOSSZU, Sarah SJÖSTRÖM, Vladimir MOROZOV et Chad LE CLOS. L’allemand DIENER réussissait le coup parfait en dos, avec trois victoires. HOSSZU et SJÖSTRÖM retrouvaient leurs faire-valoir habituelles, Ranomi KROMOWIDJOJO, championne olympique néerlandaise à Londres, pour la première, Emily SEEBOHM, championne du monde australienne à Kazan pour la deuxième. Tandis que LE CLOS se livrait à un duel classique de cette saison avec Tom SHIELDS qui pimentait ses courses.

MESSIEURS.- 50 libre : 1. Vladimir MOROZOV, Russie, 20s98 ; 2. Chad LE CLOS, Af. Sud, 21s50

200 libre : 1. Chad LE CLOS, Af. Sud, 1’44s40; 2. Tom SHIELDS, USA, 1’45s02.

1500 libre : 1. Gergely GYURTA, Hongrie, 14’41s84; 2. Maksym SHEMBEREV, Azerbaijan, 14’43s79; 3. Gabriele DETTI, Italie, 14’46s75; 4. Wojciech WOJDAK, Pologne, 14’48s91.

50 dos : 1. Christian DIENER, Allemagne, 23s58.

200 dos : 1. Christian DIENER, Allemagne, 1’50s96; 2. Radoslaw KAWECKI, Pologne, et Chad LE CLOS, Af. Sud, 1’51s02.

100 brasse : 1. Cameron VAN DER BURGH, Af. Sud, 56s11; 2. Kirill PRIGODA, Russie, 56s31; 3. Ilya SHYMANOVICH, Biélorussie, 56s76; 4. Vladimir MOROZOV, Russie, 57s17; 5. Arno KAMMINGA, Pays-Bas, 57s80; 6. Ilya KHOMENKO, Russie, 57s84; 7. Jiajun SUN, 58s17.

100 papillon : 1. Chad LE CLOS, Af. Sud, 50s17 ; 2. Tom SHIELDS, USA, 50s30 ; 3. Pavel SANKOVICH, Biélorussie, 50s79.

200 4 nages : 1. Kirill PRIGODA, Russie, 1’55s57.

DAMES.- 100 libre : 1. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 51s62 ; 2. Ranomi KROMOWIDJOJO, Pays-Bas, 52s19 ; 3. Femke HEEMSKERK, Pays-Bas, 52s29

400 libre : 1. Jianjiahe WANG, Chine, 4’2s43; 2. Bingjie LI, Chine, 4’2s58; 3. Duo SHEN, Chine, 4’2s94.

100 dos : 1. Katinka HOSSZU, Hongrie, 56s27; 2. Emily SEEBOHM, Australie, 56s40

50 brasse : 1. Alia ATKINSON, Jamaïque, 29s42 ; 2. Rikke PEDERSEN, Danemark, 30s32.

200 brasse : 1. Rikke PEDERSEN, Danemark, 2’18s86.

50 papillon : 1. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 24s76; 2. Ranomi KROMOWIDJOJO, Pays-Bas, 25s25

200 papillon : 1. Yufei ZHANG, Chine, 2’7s43.

100 4 nages : 1. Katinka HOSSZU, Hongrie, 57s26; 2. Sarah SJÖSTRÖM, Suède, 57s60; 3. Emily SEEBOHM, Australie, 58s59.

400 4 nages : 1. Katinka HOSSZU, Hongrie, 4’27s94; 2. Emily SEEBOHM, Australie, 4’32s57.


Originally published at Galaxie Natation.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.