JOHN DEVITT, AUSTRALIE, VAINQUEUR CONTESTE DU 100 METRES OLYMPIQUE DE ROME

Eric LAHMY

Dimanche 15 Mai 2017

DEVITT [John Thomas]. Natation. (Granville, 4 février 1937-). Australie.

Nageur de sprint, il fut 2e du 100 mètres des Jeux de Melbourne (1956) derrière son compatriote Jon Henricks, beaucoup plus près que les chronos, 55’’4 et 55’’8, ne l’indiquaient. Il l’emporta quatre ans plus tard à Rome, où, cette fois, l’ordre d’arrivée donna lieu à une grosse polémique. Il est probable que Devitt, quoique couronné, ait en fait terminé second. à l’issue de la course, trois des six juges donnèrent Devitt vainqueur, les trois autres l’Américain Lance Larson. Les chronométreurs attribuèrent respectivement 55’’, 55’’1 et 55’’1 à Larson, et, trois fois, 55’’2 à Devitt. Et la machine à juger (officieuse) désigna Larson net vainqueur. En toute logique, celui-ci aurait dû être champion olympique. Malgré ces indices, le responsable des juges désigna Devitt qui reçut la médaille d’or. Larson, dont le temps fut ramené à 55’’2, reçut l’argent et les Américains ne cessèrent plus de protester, en vain, de cette décision.

Devitt aurait mérité mieux que ce succès doux-amer. Il avait dominé l’olympiade, battu en janvier 1957, le record du monde du 100 mètres en 54’’6, et, par deux fois, celui des 110 yards, en 55’’2 et 55’’1. Mais on sait que les titres olympiques, loin de distinguer la constance et la régularité dans l’effort, couronnent le mieux disant du jour donné,

Devitt n’était pas un styliste, il se distinguait pas l’extrême vélocité de ses mouvements de bras, laquelle compensait la faiblesse de son battement à deux temps. Ses chevilles manquaient de souplesse, disait-il, et il couvrait les 55 yards de battements en 1’10’. Devitt fut aussi champion olympique avec le relais 4 fois 200 mètres à Melbourne en 1956, 3e du relais à Rome en 1960. Il fut entraîné, pendant ses années olympiques, par Sam Herford, qui coachait également Murray Rose, à Sydney. Son premier entraîneur, Tom Penny, était un homme inventif. Après la Seconde Guerre mondiale, il n’y avait pas en Australie de piscine couverte et chauffée. Penny avait noté que l’eau du port de Sydney était utilisée pour refroidir les stations électriques pour leur éviter la surchauffe. L’eau, filtrée des déchets, était pompée via un canal dans les turbines, et, une fois utilisée, ressortait de l’autre côté, chaude. Penny installa son école de natation dans un carré, inscrit sous la jetée, où personne ne pouvait les voir. C’est ainsi que Devitt et ses équipiers purent s’entraîner dans un flux d’eau raisonnablement tempérée. Des bernacles et des huitres fleurissaient à l’endroit, et les nageurs portaient des sandales pour s’en protéger. Elles s’emplissaient d’eau, s’alourdissaient, et, dit Devitt « c’est ainsi que j’ai développé mon battement australien à deux temps qui m’a accompagné toute ma carrière. » Quand ils travaillaient long, les nageurs couvraient ce « bassin » improvisé sous forme d’un carré qui faisait environ quatre cents mètres. Ils nageaient une longueur contre le courant, la suivante de travers, la suivante aidés par le flux d’eau, la dernière de travers. Parfois, le courant d’eau chaude se tarissait, parfois le flux l’emportait, et la température de l’eau pouvait varier de 20°. « Le courant nous permit de développer de la force et de la puissance, et, quand il était favorable, nous l’utilisâmes pour apprendre à juger de notre vitesse… Penny trouva de l’autre côté de la station électrique un canal de 120 mètres dans lequel existait un fort courant. Il nous faisait nager contre le courant, nous laisser porter à notre point de départ où nous effectuions des virages culbute pour éviter d’avoir à nous frotter aux bernacles, ce qui nous apprit à négocier vite un virage. »

Son désir de se concentrer sur le sprint créa une situation de conflit avec Penny, et Devitt se mit à s’entraîner seul. Mais comme il régressait, songeant abandonner la compétition, il passa chez Herford.

John Devitt a effectué sa carrière professionnelle dans le sport — d’abord dans les affaires, puis comme dirigeant : il a été président de la Fédération australienne.


Originally published at Galaxie Natation.